Coupe Fed: secret d'État pour Azarenka

Olga Govortsova en est à sa quatrième visite... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Olga Govortsova en est à sa quatrième visite à Québec.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Où est Victoria Azarenka? À 48 heures de la remise des alignements définitifs pour l'affrontement du Groupe mondial II de la Coupe Fed de tennis entre le Belarus et le Canada, en fin de semaine au PEPS de l'Université Laval, personne ne pouvait répondre à cette question.

Le point de presse de l'équipe biélorusse a pris des allures de secret d'État, mercredi, devant l'absence de leur meilleure joueuse. Azarenka, qui devait être à Québec mardi, en fin de journée, brillait toujours par son absence mercredi.

«On attend toujours l'arrivée de Victoria, nous avons encore le temps avant de remettre liste finale», disait le capitaine Eduard Dubrou dans sa langue maternelle. Appelé en renfort pour traduire, le directeur de la Fédération de tennis du Belarus n'a pas donné plus d'indications sur la venue ou non à Québec de l'ancienne numéro 1 mondiale.

Où est Vika? «Elle se prépare.»

À quel endroit? «C'est secret. On verra si elle sera là ou non. On n'est pas surpris, on a jusqu'à vendredi. Nous sommes toujours optimistes», répondait Anton Yuspa.

Championne des Internationaux d'Australie en 2012 et 2013, Azarenka s'est inclinée en quart de finale, à ce même tournoi, récemment, contre l'éventuelle gagnante (Angelique Kerber). On la croyait sur le même vol que la jeune prodige Vera Lapko, championne du volet junior australien, la semaine dernière, et numéro 1 mondiale junior. Aliaksandra Sasnovich et Olga Govortsova, qui a déjà joué trois fois à Québec, sont aussi en ville.

«Il y a peut-être eu une petite erreur de communication avec les organisateurs, parce qu'elles n'étaient pas sur le même vol. On aussi mépris Vera pour Victoria. Si elle ne vient pas, vous le saurez à la prochaine conférence de presse», ajoutait-il.

Sur le terrain, l'équipe poursuivait sa préparation pour le duel contre le Canada. L'absence possible d'Azarenka pourrait-elle compliquer la tâche du Belarus?

«Que voulez-vous dire? Nous sommes prêts à jouer avec n'importe quelles joueuses et à montrer notre meilleur tennis. Il est toujours prévu que Victoria soit de la partie, nous attendons sa décision», précisait Dubrou, qui pourrait n'aligner que trois joueuses.

Bruneau pas dérangé

Dans le coin rouge, le jeu de cachotterie du clan adverse ne semblait guère déranger le capitaine Sylvain Bruneau. «J'ai remarqué qu'elle n'était pas là, je n'ai pas d'opinion [à savoir si l'adversaire jouait à la cachette]. Je ne connais pas assez la dynamique au sein de leur équipe pour m'aventurer sur ce terrain, je ne sais pas trop comment ils ont répondu aux questions. Qu'ils jouent une game ou pas, ça ne change pas vraiment grand-chose en ce qui nous concerne.»

Pendant son récent séjour en Australie, tout lui laissait croire qu'Azarenka s'amenait à Québec. «S'il y a eu un changement, je n'en serais pas le premier informé. On m'a dit qu'elle avait mentionné être malade, peut-être veut-elle voir comment ça va aller au jour le jour. C'est ce que j'ai entendu, ça ne vient pas d'une source officielle», ajoutait Bruneau.

En journée, le symbole d'un bonhomme fiévreux affiché sur le compte Twitter de la joueuse semblait lui donner raison.

Un équilibre des forces

Victoria Azarenka ne serait pas l'unique joueuse la mieux classée de son pays à rater la Coupe Fed, si tel devait être le cas. Déjà, le Canada a fait son deuil d'Eugenie Bouchard, qui a renoncé à ce rendez-vous international. «Si on regarde de l'angle où l'on n'a pas Eugenie et qu'ils n'ont pas Victoria, les deux pays seraient privés des services de leur meilleure joueuse au classement. On peut donc dire qu'il y aurait équilibre», reconnaissait Sylvain Bruneau.

Ce n'est pas la première fois qu'une telle situation se produit. Et pas la dernière. Le capitaine de l'équipe canadienne aimerait que des points au classement soient à l'enjeu. «J'aimerais beaucoup qu'il y en aille. Ça pourrait être un incitatif pour avoir les meilleurs éléments en Coupe Fed [femmes] et Davis [hommes]. La Fédération internationale devrait se pencher là-dessus, je pense même qu'ils l'ont fait.»

De l'université Stanford à l'équipe canadienne

Carol Zhao en est à sa première présence avec... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 4.0

Agrandir

Carol Zhao en est à sa première présence avec l'équipe canadienne à la Coupe Fed.

Le Soleil, Yan Doublet

Finaliste du Championnat national universitaire américain en 2015, Carol Zhao entreprend sa carrière professionnelle, d'où sa première présence avec l'équipe canadienne pour la Coupe Fed, en fin de semaine à Québec. Produit du Centre national, à Montréal, l'Ontarienne aurait pu le faire après son stage junior, mais l'appel de la NCAA avait été plus fort.

«Elle a un très beau dossier à Stanford, mais a toujours eu en tête de faire une carrière professionnelle par la suite. Elle a pris la décision de jouer davantage au tennis», expliquait le capitaine Sylvain Bruneau. Zhao renoncera donc à sa quatrième année universitaire. Selon une entente avec l'institution, la joueuse de 20 ans devra cependant compléter son mandat à Stanford en avril et mai. Elle peut se le permettre en n'encaissant pas de bourses chez les pros.

«J'y pensais depuis longtemps, ce n'est pas une décision prise à la légère. J'ai toujours voulu être une joueuse professionnelle, mais à l'époque, je voulais aussi prendre cette voie [tennis de la NCAA] et mon cheminement à Stanford me suivra. Je suis encore en apprentissage, mais je suis excitée de jouer à ce niveau. Il s'agit d'une belle expérience de participer à la Coupe Fed, c'est un privilège de représenter son pays.» La marche entre le tennis universitaire et professionnel sera-t-elle haute à franchir? «Je pourrai vous répondre après le week-end...», disait-elle en souriant.

Bruneau ne pouvait confirmer l'utilisation de celle qui a remporté l'or aux Jeux panaméricains en double avec Gabriela Dabrowski, également présente à la Coupe Fed. «On va voir. Elle est capable de très bien jouer en simple et en double. Elle est très polyvalente et peut servir l'équipe de plusieurs façons. Elle est enjouée, travaille bien à l'entraînement et si on a besoin d'elle dans les matchs, je sais qu'elle va se donner à fond. Il s'agit d'une bonne joueuse à avoir dans une équipe.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer