L'inarrêtable Djokovic l'emporte contre Murray en Australie

Le Serbe Novak Djokovic a égalé la marque... (AP, Rick Rycroft)

Agrandir

Le Serbe Novak Djokovic a égalé la marque du légendaire Roy Emerson en remportant son sixième titre des Internationaux d'Australie aux dépens du Britannique Andy Murray.

AP, Rick Rycroft

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Melbourne

Novak Djokovic marchait encore dans Melbourne Park avec son trophée, dimanche, après avoir conquis un sixième titre en carrière aux Internationaux d'Australie, tandis que le finaliste Andy Murray se dirigeait à toute vitesse vers l'aéroport pour retrouver sa femme enceinte.

Djokovic, le favori, a maintenu sa fiche parfaite en six participations à la finale des Internationaux d'Australie en disposant du Britannique 6-1, 7-5, 7-6 (3), dimanche, lui permettant d'égaler la marque de Roy Emerson pour le nombre de titres australiens en carrière. Murray a poursuivi sa séquence d'insuccès, lui qui présente maintenant une fiche de 0-5 en finale du premier tournoi majeur de la saison.

«D'abord, j'aimerais offrir mon respect à Andy, a dit le Serbe. Un match difficile, et un triste résultat ce soir. Tu es un grand champion, un très bon ami, et un tennisman très impliqué dans le sport. Je suis certain que tu obtiendras d'autres opportunités.»

Murray, 28 ans, a connu sa part de distractions en Australie. Sa femme, Kim, doit accoucher de leur premier enfant en février et elle est demeurée en Grande-Bretagne. Le père de Kim, Nigel Sears, s'est rendu en Australie en tant qu'entraîneur d'Ana Ivanovic, et il a dû se rendre d'urgence à l'hôpital tandis que Murray était sur le court au troisième tour. Nigel Sears a été hospitalisé pendant une nuit la fin de semaine dernière, mais il a récupéré suffisamment pour rentrer à la maison, ce qui signifie que Murray pouvait demeurer en Australie et tenter de se concentrer sur la conquête du titre australien.

«Ce furent des semaines très difficiles à l'extérieur du terrain», a reconnu Murray lors de son discours d'après-match, remerciant au passage son équipe avant d'offrir quelques mots à sa femme.

«Tu as été légendaire au cours des deux dernières semaines. Merci beaucoup de ton appui», a-t-il poursuivi, retenant ses larmes et saluant la foule, tandis qu'il quittait la scène improvisée sur le court. «Je serai sur le prochain vol vers la maison.»

À l'extérieur du stade, des centaines de partisans serbes, dont plusieurs brandissaient le drapeau du pays, scandaient le nom de Djokovic, alors que celui-ci accordait une entrevue au réseau de télévision local.

«Je n'ai jamais vu une foule aussi enthousiaste et aussi fervente», a dit Djokovic, avant de saluer ses partisans. C'est une sensation incroyable parce que j'ai réussi à marquer l'histoire en égalant les six titres de Roy Emerson en Australie, donc c'est la raison pour laquelle ce trophée est si spécial.»

Un 11e titre

Djokovic a maintenant conquis 11 titres du grand chelem en carrière, dont quatre des cinq derniers, pour rejoindre Rod Laver et Björn Borg au cinquième rang de l'histoire.

Murray, qui a gagné deux titres majeurs en carrière, est devenu le deuxième tennisman de l'histoire à perdre cinq fois en finale d'un tournoi du grand chelem - Ivan Lendl s'était incliné à cinq reprises et avait savouré trois victoires en finale des Internationaux des États-Unis pendant les années 80.

Djokovic a gagné 10 de ses 11 derniers matchs contre Murray, et présente une fiche de 21-9 en carrière contre lui - dont quatre victoires en finale des Internationaux d'Australie.

Mais une fois plus, il était tout simplement supérieur.

Djokovic a brisé son adversaire et rapidement pris les devants 2-0 et, après avoir déposé un amorti imparable, un partisan a crié : «Donne-lui une chance, Novak!» Ce qu'il n'a pas fait. Il a pris les commandes 5-0 et a conclu le premier set en 30 minutes.

Le deuxième set a été marqué de longs échanges et d'une tension à couper au couteau. Murray s'est fâché contre lui-même avant d'effectuer quelques coups de raquette dans les airs entre les points en signe de frustration. Ce fut également le cas par moments pour Djokovic.

Après qu'ils se soient échangé des bris aux septième et huitième jeux, Djokovic a réussi un autre bris au 11e pour conclure le set. Il a ensuite obtenu un autre bris tôt en troisième manche, avec un coup droit gagnant. Murray a riposté au sixième jeu avec un bris, et la manche a été tranchée au bris d'égalité.

Djokovic a alors pris les devants 6-1, mettant la table pour cinq balles de championnat. Il a conclu le duel en deux heures et 53 minutes de jeu, avec un as sur sa troisième balle de match.

Après son coup gagnant, il s'est agenouillé et a embrassé le court, le martelant ensuite de plusieurs coups avec sa main droite. Il s'est par la suite dirigé vers les gradins où il a serré dans ses bras Boris Becker, son entraîneur depuis 2014.

Le plongeon glacial mais satisfaisant d'Angélique

L'Allemande Angelique Kerber a célébré son triomphe aux... (AP, Fiona Hamilton) - image 3.0

Agrandir

L'Allemande Angelique Kerber a célébré son triomphe aux Internationaux d'Australie en plongeant dans la rivière Yarra, qui traverse Melbourne.

AP, Fiona Hamilton

Fraîchement couronnée aux Internationaux d'Australie, l'Allemande Angelique Kerber s'est lancée dimanche dans un long périple menant à la Fed Cup la fin de semaine prochaine, après les célébrations de son succès, dont un plongeon dans la rivière Yarra, qui traverse Melbourne.

«C'était froid, mais ça en valait la peine», a déclaré Kerber, qui a plongé dans la rivière qui jouxte le central de Melbourne, avec son encadrement et le journaliste allemand avec lequel elle avait fait ce pari en cas de succès

Kerber a battu en finale l'Américaine Serena Williams (6-4, 3-6, 6-4) pour devenir la première Allemande à triompher dans un tournoi du grand chelem depuis l'illustre Steffi Graf en 1999.

La nouvelle numéro deux mondiale s'est envolée dimanche soir pour rejoindre Francfort, d'où elle devait prendre un autre vol pour Poznan, en Pologne. De là, elle reliera en voiture Puszczykowo, où elle réside, près de ses grands-parents paternels.

«On va célébrer avec un peu de pétillant. J'attends avec impatience ce retour à la maison. Ma famille m'a toujours supportée, même dans les moments où je ne croyais pas en moi», a dit la native de Brême, âgée de 28 ans.

Un repos de courte durée, puisqu'elle est attendue mardi à Leipzig par ses partenaires de l'équipe d'Allemagne afin de préparer le premier tour de la Fed Cup contre la Suisse.  Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer