Williams à un titre de la marque de Graf

Serena Williams signe des autographes après avoir défait... (AP,  Aaron Favila)

Agrandir

Serena Williams signe des autographes après avoir défait Agnieszka Radwanska en demi-finale. L'Américaine de 34 ans, qui en sera à une 26e finale de grand chelem, affrontera une Allemande de 28 ans, Angelique Kerber, qui en sera à sa première finale d'un tournoi majeur.

AP, Aaron Favila

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Melbourne

Serena Williams n'est plus qu'à une victoire d'un autre exploit. Si elle l'emporte contre Angelique Kerber, samedi en finale des Internationaux d'Australie, elle égalera la marque de 22 titres du grand chelem appartenant à Steffi Graf - un record de l'ère moderne (depuis 1968) - et se hissera au deuxième rang de l'histoire derrière les 24 de Margaret Court.

«J'en fais totalement abstraction», a confié Williams lorsqu'on lui a parlé de la possibilité d'égaler la marque de Graf. «J'étais à un titre l'an dernier aussi! Si je ne gagne pas samedi, je vais demeurer à un.»

Le combat semble pourtant à prime abord inégal entre Williams et Kerber. D'un côté, l'Américaine de 34 ans participera à sa 26finale de grand chelem. De l'autre, l'Allemande de 28 ans en sera à sa première présence en finale d'un tournoi majeur. Jusqu'ici, la septième tête de série avaiet atteint la demi-finale aux Internationaux des États-Unis en 2011 et à Wimbledon en 2012.

La sextuple championne à Melbourne n'aura toutefois pas à chercher bien loin pour s'assurer de ne pas prendre son adversaire à la légère. Elle n'était qu'à deux victoires de compléter le grand chelem en 2015 quand elle a perdu contre Roberta Vinci en demi-finale des Internationaux des États-Unis.

À la suite de cette défaite inattendue, elle avait pris une longue période de repos, jusqu'à début janvier. «Physiquement, je me sens beaucoup mieux, mais mentalement, j'avais besoin d'une pause après Flushing Meadows. Je ne pensais pas me sentir si bien, si rapidement. Je suis très heureuse d'être en finale, je n'en reviens pas», a soutenu la numéro un mondiale après avoir disposé 6-0 et 6-4 d'Agnieszka Radwanska, qui occupera le troisième rang lors de la publication du prochain classement mondial féminin.

Comme une démonstration

C'est une championne au sommet de son tennis qu'a vu le public de la Rod Laver Arena, surtout en début de match. Il n'y a pas eu de suspense, contre Radwanska, une rivale que Williams avait toujours dominée en huit rencontres. Elle a fait parler sa puissance au service (8 as) et du fond du court pour remporter une victoire écrasante. Une statistique résume sa supériorité : 42 coups gagnants à 4... Le match a même commencé comme une démonstration.

Williams demeure invaincue en neuf duels contre Radwanska. «Elle a été incroyable en début de match, elle jouait avec beaucoup de puissance, beaucoup de vitesse. J'étais debout sur le terrain et je ne pouvais que la regarder faire» a raconté la Polonaise. «Vous savez, quand elle est en forme, elle est à un autre niveau. Je pense que personne, sauf elle, peut atteindre ce niveau.»

La première Allemande en finale depuis 1996

Le spectacle n'a pas été exceptionnel dans la deuxième demi-finale remportée 7-5 et 6-2 par Kerber, qui a choisi la bonne tactique en tenant bien la balle dans le court contre Johanna Konta. Résultat, 36 fautes directes de la Britannique contre 11, soit environ une tous les deux jeux. Elle est devenue la première Allemande en finale à Melbourne depuis Anke Huber, qui avait perdu contre Monica Seles en 1996.

«Il faudra que je joue mon meilleur tennis pour avoir ma chance en finale», a dit Kerber, qui a tout de même battu Williams une fois en cinq rencontres, en 2012.

Williams n'a pas affronté de gauchère jusqu'ici dans ce tournoi. De plus, la victoire de Kerber en quarts de finale contre la double championne Victoria Azarenka incitera l'Américaine à être très prudente en finale. «Elle a éliminé une très bonne adversaire en Victoria. Tu ne peux pas sous-estimer Kerber», a confié Williams. «Elle m'a déjà battue, vous savez, et ça ne faisait aucun doute. Je sais qu'elle possède tout un arsenal.»  Avec Associated Press

André Agassi... (Archives AP) - image 2.0

Agrandir

André Agassi

Archives AP

Agassi coupait les cheveux en quatre

André Agassi a admis jeudi qu'il avait perdu durant sa carrière trop de temps à se soucier de son apparence, en particulier de ses coupes de cheveux. «Avec le recul, si je pouvais donner un conseil au gamin que j'étais à 18 ans, cela serait sans doute d'aller chez le coiffeur», a expliqué l'Américain dans une vidéo publiée sur son compte Twitter. «Combien d'heures j'ai passées à me préoccuper de mes cheveux, cela me prenait plus que de temps à moi pour me préparer qu'à mes copines», a poursuivi l'ancien numéro un mondial, vainqueur de huit titres du grand chelem. «Il y a quelque chose qui ne va pas quand ta copine attend que tu sois prêt, cela ne devrait pas être le cas», a-t-il conclu en souriant. Le flamboyant «Kid de Las Vegas», marié depuis 2001 à l'ancienne numéro un mondiale Steffi Graf, avait révélé en 2009 dans son autobiographie Open qu'il avait porté au début de sa carrière des postiches pour cacher sa calvitie naissante.  AFP

Novak Djokovic... (Photothèque Le Soleil) - image 3.0

Agrandir

Novak Djokovic

Photothèque Le Soleil

Une sixième finale record pour Djokovic

Novak Djokovic s'est qualifié jeudi pour sa sixième finale des Internationaux d'Australie - un record dans l'ère Open (depuis 1968) - en confirmant sa supériorité dans les grands rendez-vous sur Roger Federer, battu 6-1, 6-2, 3-6 et 6-3. C'était leur 45e duel et le Serbe de 28 ans a désormais l'avantage 23 à 22. Plus important, il a confirmé sa suprématie dans les grands matchs en remportant cette demi-finale après les trois grandes finales de 2015 à Wimbledon, aux Internationaux des États-Unis et au Masters de Londres. En grand chelem, le Suisse n'a plus battu Djokovic depuis Wimbledon en 2012. Comme Djokovic a remporté ses cinq premières finales à Melbourne, son adversaire - que ce soit le Britannique Andy Murray ou le Canadien Milos Raonic, qui s'affrontaient la nuit dernière (heure du Québec) - sait déjà qu'il s'attaquera à une montagne. Federer, lui, n'abandonne pas la quête de son 18e titre majeur. «Vous pensez que je suis vieux, mais je peux courir pendant quatre ou cinq heures, ça ne m'inquiète pas», a dit le Suisse de 34 ans.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer