Matchs truqués: Hewitt parmi les «suspects»

L'ex-numéro un mondial au début des années 2000, Lleyton... (AFP, Paul Crock)

Agrandir

L'ex-numéro un mondial au début des années 2000, Lleyton Hewitt, est le seul gros nom visé par des allégations de matchs truqués, allégations qu'il qualifie d'absurdes.

AFP, Paul Crock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Melbourne

Lleyton Hewitt, ex-numéro un mondial au début des années 2000, et 14 seconds couteaux : un blogue spécialisé a publié une liste de 15 joueurs aux résultats censés «suspects», sur fond d'allégations de matchs truqués, ce que l'Australien a qualifié jeudi de «farce absolue».

La BBC et le site BuzzFeed avaient affirmé dimanche, sans les nommer, que 16 joueurs étaient susceptibles d'être impliqués dans des matchs truqués au cours de la dernière décennie. Ces accusations, lancées juste avant le début des Internationaux d'Australie où huit de ces joueurs seraient présents, ont provoqué un scandale dans le tennis mondial, visé depuis des années par des soupçons de paris truqués.

Nombre de joueurs ont toutefois reproché aux deux médias de ne pas publier les noms en question. Finalement c'est un blogue de données sportives, Show Legend, qui s'en est chargé, tout en prenant de la distance avec la méthodologie statistique qui a permis d'aboutir à cette liste : «Nous voulons seulement révéler les vrais noms» concernés par les accusations de la BBC et de BuzzFeed, mais «nous ne voulons pas sous-entendre que ces joueurs sont impliqués dans des matchs truqués».

«C'est tout simplement absurde. Jeter mon nom au milieu de tout ça est une farce absolue», a réagi Hewitt, dont le 308e rang mondial ne signifie pas grand-chose, car il avait mis en sourdine son activité depuis plus d'un an.

Les 15 noms auxquels Show Legend a abouti sont moins ronflants que ceux que semblaient promettre la BBC et BuzzFeed en mettant en cause «16 joueurs du top 50 mondial, dont des vainqueurs en grand chelem».

Parmi eux, Hewitt est le seul à avoir gagné des tournois du grand chelem en simple (Internationaux des États-Unis en 2001 et Wimbledon en 2002). Les deux autres vainqueurs de grand chelem ont été titrés en double : l'Australien Matthew Ebden (Australie en 2013) et le Croate Ivan Dodig (Roland-Garros en 2015).

L'Argentin Juan Ignacio Chela et le Serbe Janko Tipsarevic sont connus des amateurs de tennis, mais les 10 autres joueurs sont des quasi-inconnus, hormis des spécialistes.

La BBC et BuzzFeed, qui ont affirmé avoir eu accès à des documents d'enquête confidentiels sur les matchs truqués, sont arrivés au chiffre de 16 joueurs «suspects» en analysant et en recoupant pendant 15 mois les résultats de 26 000 matchs entre 2009 et 2015. Cela leur a permis d'isoler un certain nombre de matchs sur lesquels les cotes des preneurs aux livres avaient fortement évolué dans les dernières heures, laissant ainsi supposer selon eux la possibilité de matchs truqués.

Pas de preuves formelles

Mais si ces données statistiques mettent en évidence des résultats inattendus pour ces 16 joueurs, elles n'apportent pas la preuve formelle que les matchs en question ont été truqués, comme l'ont reconnu eux-mêmes la BBC et BuzzFeed. C'est pourquoi ces deux médias ont décidé de ne pas publier les 16 noms, faute de détenir des preuves comme «des conversations téléphoniques, des relevés de banque et des enregistrements informatiques», selon la BBC.

«Sans avoir accès à ces informations, il est impossible de savoir avec certitude si ces comportements suspects sont effectivement la conséquence de matchs truqués», a souligné BuzzFeed.

Pour autant, au-delà du cas de ces 16 joueurs, il n'en reste pas moins que les paris truqués sont un problème réel dans le tennis, comme l'a rappelé jeudi le Français Fabrice Santoro. «Je me souviens, il y a sept, huit ans, avoir été voir les instances du tennis mondial, l'ATP, et je leur avais dit : "On parle beaucoup de dopage, mais vous devriez aussi vous concentrer sur les paris"», a déclaré l'ancien joueur à la chaîne BeIN Sports 1.

Le problème des matchs truqués est «plus grave encore» que le dopage, a poursuivi le Français, en assurant avoir été lui aussi «approché à plusieurs reprises en fin de carrière par des inconnus», pour perdre des matchs.

À la retraite sur une défaite

La carrière de l'Australien Lleyton Hewitt s'est terminée à l'âge de 34 ans par une défaite contre l'Espagnol David Ferrer (6-2, 6-4, 6-4) au deuxième tour de ses 20es Internationaux d'Australie, jeudi à Melbourne. Le vainqueur de Wimbledon en 2002, des Internationaux des États-Unis en 2001 et de deux Masters (2001, 2002) avait été le plus jeune numéro un mondial de l'histoire, à l'âge de 20 ans, avant que sa trajectoire soit brisée par l'ascension de Roger Federer. «J'ai tout donné ce soir, comme d'habitude, je n'ai rien laissé au vestiaire et c'est quelque chose dont je peux être fier», a dit le néo-retraité au public de la Rod Laver Arena. Son meilleur résultat à Melbourne est une finale en 2005. L'ovation des spectateurs a été belle, faisant presque oublier que le joueur n'a pas toujours été populaire, à cause de son mauvais caractère. Pour son tout dernier match, il s'est d'ailleurs permis de traiter l'arbitre d'«imbécile». Ferrer, huitièmemondial, a rendu hommage à son adversaire en révélant que l'Australien était le seul joueur dont il conserve un maillot dans son petit musée personnel, chez lui en Espagne.  AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer