Pas de tricherie au tournoi de tennis de Québec

Jack Hérisset... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Jack Hérisset

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Jack Hérisset n'a jamais eu vent qu'un match de la Coupe Banque Nationale ait pu être truqué.

«Je ne mets personne à l'abri», a toutefois répondu Hérisset lorsqu'on lui a demandé s'il avait déjà eu des doutes sur l'une des rencontres du tournoi féminin de Québec - anciennement appelé Challenge Bell -, dont il est le directeur depuis ses débuts, en 1993. «Mais non, je vous dirais que dans l'entourage, ici, la WTA est toujours présente. Nous, on est bien au fait [du problème]. Des fois, c'est plus facile de contrôler un tournoi comme le nôtre qu'un grand chelem. Je pense qu'on est en contrôle.»

Le milieu du tennis est en émoi depuis lundi. La BBC a révélé que 16 joueurs du top 50 de l'ATP auraient truqué au moins un de leur match dans la dernière décennie.

Déçu des mauvais agissements de certains athlètes, Hérisset n'est toutefois pas surpris. Au tennis féminin, ce sujet revient souvent à l'ordre du jour et n'est pas pris à la légère, assure-t-il : «Ça fait des années que c'est à l'agenda de la plupart des réunions de la WTA quand j'y assiste.»

Comme Roger Federer, Hérisset aimerait que les noms des joueurs suspectés soient révélés. «Tant qu'il n'y a pas de noms, c'est facile de dire "peut-être que". En attendant, il va falloir que les gens qui accusent» en dévoilent davantage, croit-il.

Les circuits ont bien agi

Eugène Lapierre est autant déçu que Hérisset. Et aussi peu surpris. Les matchs truqués sont une préoccupation depuis une dizaine d'années, dit le vice-président de Tennis Canada. «On n'est pas contents d'entendre ça, mais ce n'est pas la première fois qu'on l'entend», dit-il.

Lapierre estime que ces pratiques ne sont pas l'exclusivité des joueurs masculins. Mais il assure que les circuits ont bien agi - que ce soit la WTA, l'ATP ou l'ITF - en créant l'Unité pour l'intégrité du tennis. Cet organisme veille à éliminer les pratiques illicites dans le sport.

«Il y a quelques années, on a eu une conférence où les gens de Scotland Yard étaient venus nous dire : "Voici c'est quoi le problème, voici comment ça marche, voici comment les joueurs se font approcher, comment vous devez être prudents dans vos tournois, dans les vestiaires. Ne laissez pas entrer des étrangers qui ne sont pas dans l'entourage"», a raconté Lapierre. «Ç'a commencé en 2008. On suit ça au jour le jour.»

Lapierre a d'ailleurs tenu à rassurer les amateurs de tennis : selon lui, les meilleurs joueurs et les plus grands tournois ne sont pas concernés par ces pratiques illicites, plutôt l'apanage «des joueurs obscurs dans les circuits mineurs».

«Serena Williams ne va pas perdre son match au deuxième tour à Montréal parce qu'on lui a donné 50 000 $», a-t-il illustré. «Ça n'arrivera pas.»

Partager

À lire aussi

  • Eugenie Bouchard ne viendra pas à Québec

    Tennis

    Eugenie Bouchard ne viendra pas à Québec

    Eugenie Bouchard ne sera pas à Québec lors de la première manche de la Coupe Fed, les 6 et 7 février. «Une petite déception» pour l'entraîneur-chef... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer