Coupe Banque nationale : Madison Keys forcée de se désister

Madison Keys quitte Québec jeudi pour consulter un... (Photothèque le soleil)

Agrandir

Madison Keys quitte Québec jeudi pour consulter un spécialiste aux États-Unis.

Photothèque le soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Blessée au poignet, Madison Keys a déclaré forfait pour la Coupe Banque Nationale, quelques heures avant le match de premier tour qu'elle devait disputer, mercredi soir, au PEPS. Une autre mauvaise nouvelle pour les organisateurs du tournoi.

«J'étais très enthousiaste à l'idée de jouer ici. J'ai essayé. Mais c'était impossible», a expliqué la favorite à Québec, lors d'une conférence de presse en début de soirée. «On ne vient jamais à un tournoi en pensant qu'on se retirera. J'ai fait tout ce que j'ai pu.»

L'Américaine de 20 ans ignore à quel moment est survenue cette blessure. «Je pense que c'est seulement le résultat d'une longue saison, avec beaucoup de matchs. Ça me rattrape», a-t-elle expliqué.

Pour l'instant, la 18e joueuse mondiale ignore la gravité de sa blessure. Mais «ce n'est définitivement pas bon», a-t-elle dit mercredi, souriante malgré son poignet gauche enrubanné. Elle quittera Québec aujourd'hui pour consulter un médecin le plus tôt possible. On ignore la durée de sa convalescence. Keys est toujours inscrite au tournoi de Pékin, qui débutera le 3 octobre.

Une nouvelle tuile

C'est une nouvelle tuile qui s'abat sur la Coupe Banque Nationale, après l'abandon de la Québécoise Françoise Abanda, mardi soir, à mi-chemin de son match de premier tour. Le directeur du tournoi, Jack Hérisset, cachait mal son désarroi, mercredi après-midi.

«C'est décevant. De nature, je suis fait fort. Je m'attends toujours à ce que ça arrive. Mais quand c'est avec la numéro un... Oups! Parce que c'était la joueuse qu'on voulait voir sur le terrain. Les gens avaient des attentes.»

Hérisset est toutefois loin d'en vouloir à Keys. Il connaît les rigueurs qu'impose la vie sur le circuit de la WTA. Le fait qu'elle ait fait le voyage à Québec prouve qu'elle a tout fait pour jouer son match, a assuré le patron.

Petites foules

Autre déception pour Hérisset : les faibles assistances depuis le début du tournoi. «On n'est pas habitués à ça», a d'abord dit le directeur, soulignant que la Coupe Banque Nationale (Challenge Bell) avait battu son record de foule en 2013, lors de la venue d'Eugenie Bouchard, puis encore l'an dernier, grâce à celle de Venus Williams. «On va réagir. On a déjà plein de choses en tête pour l'an prochain», a lancé Hérisset.

L'absence d'une grande vedette se fait sentir, mais la multiplication des événements sportifs et culturels à Québec, ces derniers jours, n'a pas aidé non plus, reconnaît Hérisset. «C'est une grosse semaine, et on le savait. On m'avait dit "ça va pincer" avec le Centre Vidéotron qui ouvre, deux matchs de hockey, les shows musicaux...»

À la suite du forfait de Keys, les organisateurs ont offert sa place à l'Ukrainienne Nadiia Kichenok, la meilleure perdante (lucky loser) des qualifications qui n'était pas déjà dans le tableau principal. Mercredi soir, la 250e joueuse mondiale a baissé pavillon contre l'Américaine Anna Tatishvili (102e), au compte de 6-2 et 6-4, dans un match de première ronde.

Lucic-Baroni éliminée... en double

Jessica Pegula en fera des cauchemars. Mercredi, la joueuse qualifiée a servi deux fois pour le match contre la Lettonne Jelena Ostapenko. C'est toutefois cette dernière qui a soutiré la victoire, au compte de 3-6, 6-2, 7-6 (3). Au troisième set, l'Américaine (177e) a mené 5-4 et 6-5, mais son service l'a laissé tomber chaque fois. Ostapenko, meilleure joueuse de son pays (101e), retrouvera Paula Kania en quarts de finale. En double, l'Allemande An-Sophie Mestach et la Tchèque Barbora Krejcikova ont éliminé les championnes de l'an dernier, la Croate Mirjana Lucic-Baroni et la Tchèque Barbora Krejcikova, en deux manches de 7-5 et 6-3. Lucic-Baroni est aussi championne en titre du simple et deuxième favorite cette année. 

Beck gagne une dure bataille

La cinquième favorite Annika Beck (photo) a poursuivi sa route, mercredi après-midi, en battant la Tchèque Andrea Hlavackova 6-4, 6-4. Une dure bataille. Après le match, la gagnante a admis avoir été surprise par la qualité des services de son adversaire, même si les deux joueuses se sont entraînées ensemble il y a quelques jours. «Elle a vraiment bien servi. On se connaissait. Je savais ce que j'avais à faire, mais je ne m'attendais pas à ce qu'elle serve si bien. J'en ai arraché au début» a expliqué l'Allemande, qui avait affronté Hlavackova en 2010 à Les Contamines, en France. La Tchèque l'avait alors emporté 6-2, 6-2. Beck n'avait que 16 ans. En quarts de finale, elle affrontera la gagnante du match entre la Française Amandine Hesse et la Tchèque Lucie Hradecka, quatrième favorite, qui sera disputé aujourd'hui.  

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer