Première Coupe Fed pour Françoise Abanda

La Montréalaise Françoise Abanda a bien hâte de... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

La Montréalaise Françoise Abanda a bien hâte de fouler de nouveau le court du PEPS pour prendre part à sa première Coupe Fed, les 7 et 8 février.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Françoise Abanda aura 18 ans dans huit jours. En cadeau : sa première sélection en Coupe Fed, à Québec, les 7 et 8 février. À l'aube d'une saison où la Montréalaise convoite une place parmi les 100 meilleures joueuses de tennis au monde.

«Encore du nouveau, un autre tournoi que je n'ai jamais joué», s'est exprimé Abanda, mardi, quand Le Soleil l'a jointe durant sa pause du midi, à Montréal. Elle est rentrée de Melbourne, après y avoir disputé une seule rencontre, en ronde de qualifications, une défaite. Son baptême des Internationaux d'Australie constituait sa dernière compétition dans les limites imposées par la WTA aux joueuses de moins de 18 ans.

À compter du 5 février, elle sera libre. Libre de jouer autant qu'elle le désire. «Je vais jouer beaucoup plus de tournois. Ça va aider mon classement. Je vise au moins à percer le top 100 cette année et à atteindre le tableau principal des grands chelems», précise celle qui avait réussi ce deuxième objectif aux Internationaux des États-Unis, l'été dernier.

Match «spécial» contre Venus

Québec s'avère un endroit-clé dans son cheminement. Avec la Coupe Fed, mais aussi la Coupe Banque Nationale, ancien Challenge Bell, tournoi de troisième ordre où Abanda a croisé le fer avec son idole de jeunesse, Venus Williams, en septembre dernier. L'aînée des soeurs Williams pointait alors au 19e rang mondial.

«Un des meilleurs matchs de ma carrière. J'ai grandi en regardant les soeurs Williams, c'était très spécial. Ce n'était pas si serré [7-5, 6-3], mais ça m'a permis de voir que je peux tenir contre une joueuse qui a gagné des grands chelems [7]», fait valoir celle qu'on compare à Venus, bien qu'elle soit la plus jeune d'un duo de soeurs férues de la raquette.

À 5' 10'', Françoise est surtout plus grande et élancée qu'Élisabeth, 5' 6''. Celle-ci a emprunté une autre voie et étudie à l'Université Barry, en Floride, tout en continuant à cogner la balle jaune sur le circuit de la NCAA.

Abanda compte comme autre match charnière son affrontement contre Dominika Cibulkova, alors 12e mondiale, à Montréal, l'été dernier. Un revers en trois manches (6-1, 3-6, 6-0) qui l'a aussi aidée à croire davantage en elle. «Quand je vais jouer des filles moins bien classées [que Williams et Cibulkova], je vais savoir que c'est très jouable!»

Appui de la foule 

Le nom d'Abanda apparaît au 202e rang du classement de la WTA. Elle a fini 2014 en 193e place, après avoir grimpé jusqu'à la 175e position en octobre. De trois ans son aînée, Eugenie Bouchard avait conclu sa saison de 17 ans en 302e place.

Bouchard et Abanda pourraient faire équipe au PEPS de l'Université Laval, dans 10 jours. La blessure à l'épaule d'Aleksandra Wozniak force l'entraîneur-chef Sylvain Bruneau à se tourner vers Abanda. 

«Ça va être une expérience idéale pour jouer sous la pression. C'est bien que ce soit à Québec, la foule sera de notre côté. Le tennis est un sport individuel et tu es toujours concentrée sur toi, mais en Coupe Fed, c'est différent. Tu ne joues pas juste pour ton nom, tu représentes tout le Canada», résume celle qui a assisté à une rencontre de Coupe Davis, en 2012, au stade Jarry.

Sans Kvitova ni Safarova, Bouchard incertaine

À 11 jours du premier match de Coupe Fed à Québec, la République tchèque a annoncé ses couleurs, mardi. Pas de Petra Kvitova (photo), quatrième mondiale, ni de Lucie Safarova, 16e.

Le capitaine Petr Pála se tourne vers la jeunesse avec Karolina Pliskova (20e, 22 ans), Tereza Smitkova (68e, 20 ans) et Denisa Allertova (107e, 21 ans), tout en gardant la spécialiste du double Lucie Hradecka (142e, 29 ans).

Aujourd'hui, au tour de l'équipe canadienne de dévoiler son alignement. Le capitaine Sylvain Bruneau comptera-t-il sur la locomotive Eugenie Bouchard (7e) pour espérer vaincre les championnes en titre? «Je dois encore en discuter avec mon équipe et prendre la meilleure décision pour moi», a déclaré la célèbre Québécoise, après sa défaite en quart de finale aux Internationaux d'Australie.

«Mais je vais retourner au Québec de toute façon pour voir ma famille et me reposer un peu», a-t-elle ajouté, révélant peut-être un indice positif sur un détour par Québec entre Melbourne et Anvers, en Belgique, lieu de son prochain tournoi WTA.

La semaine dernière, l'entraîneur-chef Bruneau disait avoir «bon espoir» de profiter des services de Bouchard. «Malgré l'absence de Kvitova et de Safarova, l'équipe tchèque demeure une équipe dangereuse», a-t-il commenté, mardi, par le biais de Tennis Canada.

«Ils ont choisi de faire confiance aux jeunes. Pliskova et Smitkova sont deux étoiles montantes et elles méritent notre plus grand respect. L'important pour notre équipe sera d'avoir la meilleure préparation possible afin que les filles soient prêtes à de grosses batailles», argue le coach.

«Elles n'auront pas leurs meilleures joueuses», concède Françoise Abanda. «Peut-être qu'elles sont blessées ou qu'elles n'ont pas envie de venir. Mais tu dois te concentrer sur ton match peu importe qui est devant toi», insiste celle qui aura tout juste 18 ans pour sa première sélection en Coupe Fed.

Hradecka a gagné le double de la Coupe Banque Nationale, au PEPS, en septembre dernier. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer