Place au «Harbowl»

Les deux frères Jim et John Harbaugh... (Photos AFP)

Agrandir

Les deux frères Jim et John Harbaugh

Photos AFP

Partager

Dossiers >

Le Soleil au Super Bowl

Sports

Le Soleil au Super Bowl

Les reportages de notre envoyé spécial en Nouvelle-Orléans et toutes les infos sur le 47e Super Bowl »

Le Soleil

(Québec) Le XLVIIe Super Bowl a été surnommé, à juste titre, le «HarBowl». Pour la première fois de l'histoire de la NFL, deux frères s'affronteront lors du plus important match de la saison. D'un côté, Jim Harbaugh et ses 49ers de San Francisco. De l'autre, son frère aîné John et ses Ravens de Baltimore. Il s'agit du second affrontement familial. L'an dernier à la Thanksgiving, John avait eu le dessus 16-6. Peu importe qui gagnera dimanche soir au Superdome de La Nouvelle-Orléans, on peut dire que le succès est une affaire de famille chez les Harbaugh. En sept saisons combinées à la tête de leurs équipes respectives, les deux frères n'ont jamais raté les séries éliminatoires. Voici un bref portrait des deux hommes.

Jim Harbaugh, 49 ans

Père de six enfants; trois avec sa première femme et trois avec Sarah, sa compagne actuelle. Diplômé de l'Université du Michigan en 1986, il a été repêché par Chicago (26e au total) en 1987. Le quart-arrière a joué pour les Bears, les Colts, les Ravens et les Chargers pendant sa carrière de 14 saisons. Clin d'oeil du destin, Ray Lewis - l'autre grande histoire du XLVIIe SB, puisqu'il s'agira du point final de la brillante carrière de 17 ans du secondeur des Ravens - a obtenu son premier sac en carrière aux dépens de... Jim Harbaugh! Il a connu beaucoup de succès à la tête de l'Université Stanford avant d'obtenir le poste chez les 49ers, l'an dernier. Il a été élu coach de l'année dans la NFL en 2011.

John Harbaugh, 50 ans

Marié à Ingrid, il a une fille. Diplômé de l'Université Miami (Ohio) en 1983, où il a joué comme demi défensif. Il n'a jamais joué dans la NFL. En cinq saisons, il a remporté au moins un match en séries chaque année, menant Baltimore à trois participations à la finale de la Conférence américaine (fiche de 1-2). À l'époque, sa nomination avait surpris tout le monde, lui qui n'avait jamais été entraîneur-chef à aucun niveau, alors qu'il s'était fait connaître comme coordonnateur des unités spéciales des Eagles de Philadelphie, avec qui il a participé au XXXIXe SB (défaite de 24-21 contre la Nouvelle-Angleterre). En 2001, il a été nommé coordonnateur de l'année des unités spéciales.

---

Les prédictions de nos experts

Justin Ethier, coordonnateur offensif du Rouge et Or de l'Université Laval?

49ers 30-27

«Les deux quarts-arrières vont connaître un bon match, mais Colin Kaepernick va en faire juste un peu plus que Joe Flacco pour faire la différence. Les deux défensives sont excellentes, mais je crois que le jeu des quarts est l'élément-clé de ce match.»

Marc Fortier, Coordonnateur défensif du Rouge et Or de l'Université Laval

49ers 27-13

«Les joueurs défensifs des Ravens sont trop vieux. Ils seront incapables de soutenir le rythme imposé par les 49ers. Les Ravens sont bons en défensive, mais avec deux semaines de vidéo pour l'attaque des 49ers, la magie des Ravens va disparaître.»

Richard Savoie, entraîneur-chef des Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon

Ravens 24-14

«L'impulsion émotive avec laquelle les Ravens joueront pour la retraite de Ray Lewis fera une différence. De plus, même si Colin Kaepernick fait un boulot exceptionnel depuis le début des séries, il manque d'expérience et il affrontera une défensive très coriace.»

Marc-André Dion, entraîneur-chef du Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy

Ravens 31-28

«À cause de la dernière partie de Ray Lewis, je dois y aller avec les Ravens. Ils cognent à la porte depuis quelques années, c'est leur tour. Ce sont deux équipes que j'aime bien, leur style de jeu est très similaire et ce sera intéressant de voir les plans de match.»

Jean-François Bergeron, Entraîneur-chef des Élans du Cégep Garneau

Ravens 27-21

«Les Ravens sont beaucoup plus expérimentés en défensive et ils bénéficieront en plus de l'énergie amenée par Ray Lewis pour son dernier match. Ils savent que c'est leur dernière chance. Seul bémol, le quart-arrière Joe Flacco ne doit pas les faire perdre.»

Dave Parent, entraîneur-chef des Titans du Cégep Limoilou

Ravens 24-20

«Avec un pointage serré, l'effet du dernier match de Ray Lewis se fera sentir en deuxième demie. Et les Ravens ont un cheminement similaire à celui des Giants l'an dernier ou des Packers en 2011, ils atteignent leur pic en séries après une saison en dents de scie.»

---

Peu d'expérience, déjà une participation au Super Bowl

Une décision qui a beaucoup fait jaser cette année fut celle de Jim Harbaugh de remplacer le quart-arrière Alex Smith par le jeune Colin Kaepernick. Smith connaissait pourtant une très bonne saison avant d'être blessé lors de la 10e semaine contre les Rams de St. Louis (il avait complété 70% de ses passes et lancé 13 passes de touchés contre cinq interceptions), mais Kaepernick s'est imposé auprès de son entraîneur. Avec seulement neuf départs en carrière (incluant les séries), Kaepernick débarque au SB avec un peu d'expérience. Toutefois, deux autres quarts avaient encore moins d'expérience que lui au moment de commencer le SB: Jeff Hostetler a conduit les Giants de New York à une victoire contre Buffalo au XXVe SB alors qu'il n'avait amorcé que six matchs en carrière tandis qu'après seulement sept départs, Vince Ferragamo était aux commandes des Rams de Los Angeles lorsque ces derniers se sont inclinés face à Pittsburgh au XIVe SB.

---

Début du match à 18h30 à RDS, à ATV et à CBS

Outre le fait d'être dirigées par des frères ayant du caractère, les deux équipes qui s'affronteront dimanche soir présentent certains traits communs: des attaques bien équilibrées, des défensives brutales et une forte dose d'intensité. Autre point commun: les deux équipes sont invaincues au Super Bowl. Si les Ravens n'ont participé qu'une seule fois à cette grande classique (un gain de 34-7 au XXXVe SB contre les Giants de New York), les 49ers ont une histoire bien remplie, eux qui ont remporté cinq titres en cinq participations. Laquelle de ces équipes réussira à garder sa fiche intacte?

---

Une chance sur deux

L'équipe qui amorcera le match avec le ballon est déterminée par un tirage à pile ou face. Le résultat de ce tirage jusqu'à maintenant? Conférence américaine: 23; Conférence nationale: 23. Décidément, les chances de gagner ce tirage sont d'une sur deux! Même si les chances sont égales, la Conférence nationale avait remporté 15 tirages d'affilée avant que les Patriots de la Nouvelle-Angleterre voient le hasard leur sourire l'an dernier. Vous serez peut-être aussi intéressés de savoir que face l'a emporté 25 fois contre 21 pour pile. Vous voulez parier? Vous devrez gager 100$ pour avoir la chance d'en gagner... 102.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer