Mike Tomlin, un coach pressé

S'il remportait le Super Bowl demain, l'entraîneur-chef des... (AP)

Agrandir

S'il remportait le Super Bowl demain, l'entraîneur-chef des Steelers de Pittsburgh, Mike Tomlin, deviendrait le plus jeune coach de l'histoire de la NFL à mériter pareil honneur.

AP

Associated Press
Tampa Bay

Mike Tomlin a toujours l'attitude d'un gars pressé. Que ce soit comme roi du sprint dans sa jeunesse à Newport News, dans un con­cours de lecture rapide, comme étudiant distingué, livreur de pizza, ailier espacé étoile à William & Mary ou entraîneur, le coach des Steelers de Pittsburgh ne connaît pas le mot lentement. Cette attitude pourrait mener le coach de 36 ans au titre d'entraîneur le plus jeune à remporter le Super Bowl si Pittsburgh défait les Cardinals de l'Arizona, demain.

Tomlin a brièvement considéré des études en droit après son premier cycle universitaire, principalement parce que sa mère le voulait, mais c'est vraiment le métier d'entraîneur qui l'allume depuis la fin de sa carrière de joueur. «Je suis né pour devenir entraîneur.» Il n'était pas tout à fait assez bon pour atteindre la NFL comme joueur, même s'il a eu des essais avec Cleveland et San Francisco. Mais chez ceux qui l'ont côtoyé ces 13 dernières années, personne n'a été surpris de le voir réussir comme entraîneur des Steelers de Pittsburgh.

«Cet homme-là est vraiment né pour être entraîneur», a mentionné Bill Stewart, l'entraîneur de West Virginia, qui a été le premier à confier un poste sur les lignes de côté à Tomlin, alors à l'Institut militaire de Virginie (VMI) en 1995. «Il a le respect de ses joueurs, et il les respecte en retour. Vous saviez que Mike Tomlin allait faire sa place.»

Lorsque Tomlin a accepté ce boulot à 12 000 $US par année, au VMI en 1995, son nouveau patron savait qu'il n'allait pas rester longtemps aux échelons inférieurs du football. Il était trop raffiné, trop porté sur les détails, trop intelligent et trop déterminé. Il était sans le sou, mais très motivé.

«J'étais célibataire, je n'avais pas le câble ou de plan d'interurbains, alors il n'y avait pas d'autre chose à faire que de plonger à fond dans le football», s'est rappelé Tomlin, qui est maintenant marié et père de trois enfants.

Ken Whisenhunt ? aujourd'hui entraîneur en Arizona ? et Russ Grimm étaient les favoris pour le poste à Pittsburgh, mais Tomlin a laissé une très forte impression au propriétaire Dan Rooney et au président Art Rooney II. Lors de deux longues entrevues, il leur a présenté les plans détaillés pour les 12 mois suivants.

Jeune et cool

Tomlin, qui pourrait devenir le deuxième entraîneur afro-américain à gagner le Super Bowl deux ans après Tony Dungy (Indianapolis), n'a jamais eu à gagner le respect de ses joueurs, a dit Troy Polamalu. Si les Rooney l'ont engagé, cela était suffisant pour eux. En tant qu'Afro-Américain, Tomlin pouvait avoir un lien avec plusieurs des joueurs d'une façon qui ne serait pas possible pour un entraîneur n'étant pas lui-même issu d'une minorité, a noté le demi de sûreté étoile.

«C'est vraiment unique dans le sens qu'il est plus jeune et plus cool que tous les autres entraîneurs. En étant jeune et en ayant les mêmes références culturelles que beaucoup des joueurs, il montre plus de compassion et de sympathie pour ce que nous vivons comme joueurs.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer