Bud fera le plein

Le brasseur Anheuser-Bush a réservé neuf plages publicitaires... (AP)

Agrandir

Le brasseur Anheuser-Bush a réservé neuf plages publicitaires pendant le Super Bowl.

AP

Pierre Couture
Le Soleil

(Québec) Malgré la récession, le géant de bière Anheuser-Bush pense qu'une publicité de 30 secon­des au Super Bowl vaut de l'or. La société a réservé pour dimanche neuf plages publicitaires pour sa célèbre marque Budweiser.

S'afficher pendant 30 secondes au XLIIIe Super Bowl coûtera ainsi en moyenne 3 millions $US aux grands annonceurs de la planète. C'est 11 % de plus que l'an dernier (2,7 M $US).

Signe des temps, le télédiffuseur officiel de l'événement, NBC, soutenait qu'en début de semaine, il restait encore 10 % des plages disponibles pour la classique de dimanche. Néanmoins, NBC anticipe des revenus publicitaires de près de 200 millions $US pour la journée, soit 15 % de plus que l'an dernier chez Fox.

Il faut dire que cette année, General Motors sera absent du Super Bowl. Une première depuis belle lurette pour le constructeur automobile américain dont les problèmes financiers sont colossaux.

Ces cinq derniers Super Bowl, GM a investi 46 millions $ en frais de publicités de toutes sortes autour de l'événement. Mince consolation pour GM qui offrira tout de même au joueur du match (MPV) une voiture de marque Cadillac.

«Dans le contexte économique actuel, où les gens perdent

leur emploi et leur maison, payer 3 millions $ pour 30 secondes peut frôler l'indécence. C'est dur à justifier lorsque l'on congédie des travailleurs», fait remarquer le professeur spécialisé en marketing sportif de l'Université Laval, André Richelieu.

Le professeur en communication de l'Université d'Ottawa, Luc Dupont, constate de son côté que moins d'annonceurs proviennent cette année des secteurs traditionnels comme la finance et l'automobile. «En revanche, dit-il, les fabricants de bière et de boissons gazeuses ainsi que les grands studios de cinéma seront très présents.»

En temps de récession, les produits dits de vice comme la bière, le chocolat, les boissons gazeuses et les cigarettes ont tendance à trouver preneurs plus facilement sur les tablettes des supermarchés, notent d'ailleurs les analystes financiers.

Créer l'événement

Mais voilà. Si certains annonceurs ont le moral bas cette année et optent pour les lignes de côté, d'autres continuent de flairer les bonnes affaires. C'est notamment le cas de GoDaddy.com, une entreprise spécialisée dans l'enregistrement de domaines sur Internet. L'an dernier, la compagnie a vu ses parts de marché grimper de 10 % tout juste après le Super Bowl.

Depuis quelques années, la tendance est d'ailleurs à la publicité événementielle, remarque Luc Dupont. Tout tourne donc autour des publicités présentées avant, pendant et après le Super Bowl. Sur le Web, des versions allongées et des making of des publicités peuvent ainsi être visionnés après le match.

Pour faire davantage parler d'eux, les annonceurs ont également trouvé une façon originale de soulever l'intérêt des internautes. Comme chaque publicité doit recevoir l'aval du bureau de la censure aux États-Unis, les annonceurs s'organisent pour en voir une, parfois deux, refusée.

Cette année, Bud Light a refait le coup en mettant sur YouTube un message dit censuré. L'an dernier, une pub allongée de GoDaddy.com qui mettait en vedette la pilote de course Danika Patrick avait été placée sur le populaire site Web quelques jours avant la diffusion du match.

Ces nouvelles pratiques de marketing ont eu leurs effets. Selon la firme Nielsen, les annonceurs du Super Bowl ont vu l'achalandage de leurs sites Web augmenter de 50 % dans la journée suivant la présentation du match.

Hier, il était d'ailleurs possible de visionner sur YouTube plusieurs des publicités qui seront vues demain par plus de 80 millions de téléspectateurs aux États-Unis et plus de 800 millions à travers le monde.

Parmi les gros annonceurs au Super Bowl cette année, il faut noter Budweiser, Pepsi, Coca-Cola, Hyundai, CareerBuilder.com, Pedigree, Toyota, GoDaddy.com, Bridgestone, Frito-Lay et Audi.

Exclusivité

Dans le cas de Pepsi, la multinationale a réussi à se négocier une clause d'exclusivité pour les bboissons dites non alcoolisés au cours de la première demie. C'est donc que dire qu'aucune publicité de Coke ne pourra être vue avant la mi-temps sur NBC.

Pepsi diffusera également une pub en 3 dimensions de 60 secondes tout comme les studios de cinéma Dreamworks (90 secondes) pour leur film Monsters vs Aliens. Pour regarder ces messages en 3D, plus de 125 millions de paires de lunettes ont été distribuées gratuitement dans des supermarchés aux États-Unis par Pepsi.

Au Québec, comme les signaux des publicités américaines sont interdits, les spectateurs qui voudront visionner les publicités originales pourront se rabattre sur Internet par l'entremise du site www.adage.com ou encore sur YouTube.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer