Alex Harvey règne sur ses Plaines

  • «Déjà, juste ma deuxième place de l'an passé, c'était des émotions incroyables. De pouvoir redoubler la mise, ça se compare [avec Lahti]. Parce que je suis à la maison. Tu ne peux pasrêver de mieux que ça.» - Alex Harvey (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    «Déjà, juste ma deuxième place de l'an passé, c'était des émotions incroyables. De pouvoir redoubler la mise, ça se compare [avec Lahti]. Parce que je suis à la maison. Tu ne peux pasrêver de mieux que ça.» - Alex Harvey

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 1 / 12
  • Une très jeune fan était présente près du parcours pour encourager son champion. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Une très jeune fan était présente près du parcours pour encourager son champion.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 2 / 12
  • Une belle foule s'etait massée le long du parcours (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Une belle foule s'etait massée le long du parcours

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 3 / 12
  • Une belle foule s'etait massée le long du parcours (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Une belle foule s'etait massée le long du parcours

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 4 / 12
  • Alex Harvey laisse éclater sa joie après avoir devancé Finn Haagen Krogh en finale su sprint, vendredi à Québec. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Alex Harvey laisse éclater sa joie après avoir devancé Finn Haagen Krogh en finale su sprint, vendredi à Québec.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 5 / 12
  • Alex Harvey n'a pu cacher sa joie de gagner devant ses partisans. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Alex Harvey n'a pu cacher sa joie de gagner devant ses partisans.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 6 / 12
  • Alex Harvey n'a pas déçu ses nombreux partisans en remportant vendredi le sprint style libre. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Alex Harvey n'a pas déçu ses nombreux partisans en remportant vendredi le sprint style libre.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 7 / 12
  • Alex Harvey n'a pas déçu ses nombreux partisans, dont son père Pierre, en remportant vendredi le sprint style libre. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Alex Harvey n'a pas déçu ses nombreux partisans, dont son père Pierre, en remportant vendredi le sprint style libre.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 8 / 12
  • Harvey a aussi tapé dans les mains d'admirateurs massés le long de la dernière ligne droite. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Harvey a aussi tapé dans les mains d'admirateurs massés le long de la dernière ligne droite.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 9 / 12
  • La finale du sprint féminin (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    La finale du sprint féminin

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 10 / 12
  • Une belle foule s'etait massée le long du parcours (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Une belle foule s'etait massée le long du parcours

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 11 / 12
  • Chez les femmes, Stina Nilsson a devancé sa grande rivale norvégienne, Maiken Caspersen Falla, par 42 centièmes de seconde en finale du sprint. Cette dernière a toutefois mis la main sur le Globe de cristal de la spécialité grâce à sa médaille d'argent. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Chez les femmes, Stina Nilsson a devancé sa grande rivale norvégienne, Maiken Caspersen Falla, par 42 centièmes de seconde en finale du sprint. Cette dernière a toutefois mis la main sur le Globe de cristal de la spécialité grâce à sa médaille d'argent.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Alex Harvey a survolé la piste des plaines d'Abraham quatre fois plutôt qu'une, vendredi, en route vers une victoire de rêve devant ses partisans, lors du sprint des finales de la Coupe du monde.

Deuxième dans le dernier virage de la course ultime, le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges a devancé le Norvégien Finn Haagen Krogh au terme d'une dernière ligne droite effrénée, prouvant au monde entier que sa victoire aux 50 km des Mondiaux de Lahti ne l'avait aucunement hypothéqué. Même que tout semblait facile pour Harvey, vendredi. Quatrième lors des qualifications, il a ensuite mené ses courses de quarts et de demi-finale de bout en bout.

«Je pense que j'aurais pu gagner contre n'importe qui aujourd'hui», a-t-il lancé, lorsque questionné sur l'élimination en demi-finale des deux meilleurs de la discipline cette saison, le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo et l'Italien Federico Pellegrino.  Mi-blagueur, Harvey a même dit avoir atteint le sommet de sa forme à Québec et non aux Mondiaux, pourtant la plus importante compétition de la saison. «On dirait que j'ai peaké trop tard. C'est plate pour les Mondiaux, mais je vais me reprendre l'an prochain aux Olympiques», a-t-il rigolé, comme s'il n'avait pas gagné l'or à Lahti.

Après avoir franchi le fil d'arrivée sous les cris d'une foule conquise, Harvey a enlacé sa copine Sophie, puis ses parents. Il a aussi tapé dans les mains d'admirateurs massés le long de la dernière ligne droite. Et, bien sûr, cette fameuse séance de air guitar, devenue sa marque de commerce après une belle performance.

Il a vécu vendredi des sensations similaires à celles de Lahti, où il a remporté l'épreuve-reine de son sport. «C'est vraiment pas loin. Déjà, juste ma deuxième place de l'an passé [à Québec], c'était des émotions incroyables. De pouvoir redoubler la mise, ça se compare [avec Lahti]. Parce que je suis à la maison. Tu ne peux pas rêver de mieux que ça.»

Il s'agit d'une troisième victoire individuelle cette année pour Harvey. En plus de son titre aux Mondiaux, il avait gagné le 15 km style libre d'Ulricehamn (Suède), le 21 janvier.

Éviter le vent de face

À l'image de son triomphe à Lahti, Harvey s'est volontairement placé deuxième afin d'attaquer dans les derniers mètres. Et contrairement à Québec en 2016, où le Français Baptiste Gros l'avait coiffé au fil d'arrivée, le Québécois avait cette année réponse à tout. Il n'a donc jamais été inquiété lorsque le puissant Krogh l'a devancé à mi-parcours. «Je l'ai regardé, je voulais le laisser passer. Je ne voulais pas arriver premier parce que t'as un bon vent de face dans la descente», a-t-il expliqué. Le Français Richard Jouve a complété le podium.

Grâce à cette victoire, Harvey se donne une confortable avance de 57 points sur Matti Heikkinen, qui le poursuit au classement général de la Coupe du monde. Et les 40 secondes de bonification acquises par le Québécois vendredi rendent la tâche ardue pour le Finlandais dans ce mini-tour, surtout lors de la poursuite de dimanche. Harvey peut même espérer devancer le Russe Sergey Ustiugov - absent à Québec - au deuxième rang.

Reste deux épreuves de la Coupe du monde à Québec. Le spectaculaire 15 km classique en départ groupé aura lieu samedi à 13h; la poursuite de 15 km style libre débutera dimanche, à 12h45.

***

«T'es donc ben bon. Câline!»

«T'es donc ben bon. Câline! Je le sais que t'es bon, mais là, arrête d'en mettre!» Pierre Harvey s'est amusé avec les journalistes en racontant ce qu'il a dit à son champion de fils, quelques minutes plus tôt, au fil d'arrivée.

Les prouesses de fiston continuent d'impressionner l'ancien fondeur et cycliste olympique. Même si la victoire de vendredi lors du sprint des finales de la Coupe du monde de ski de fond ne lui a pas procuré des sensations aussi fortes que les Mondiaux de Lahti, Harvey père était aussi souriant que le fils, sur les plaines d'Abraham.

«Au sprint, Alex n'est pas habitué de gagner comme ça. Donc en terme de performance, oui, ça m'impressionne. Mais le 50 km aux Championnats du monde, ça demeure la plus grande course. Plus grand que ça, ce serait les Jeux olympiques. Alors il reste l'année prochaine... une dernière chance», a affirmé Pierre Harvey, laissant supposer qu'Alex ne se lancera pas dans un nouveau cycle olympique après Pyeongchang.

Harvey estime que la foule enthousiaste a joué un grand rôle dans la performance impeccable du Québécois, vendredi. «Courir au Québec, pour lui, c'est une motivation supplémentaire. [...] Il est parti depuis le 5 novembre. Quand il revient, il a envie de faire un spectacle pour ses amis.

«Je trouvais qu'il y allait un peu fort dans le spectacle», a-t-il toutefois ajouté, toujours souriant. «Classé quatrième en qualifs, gagner le quart de finale, la demi-finale... Je me disais : "Peut-être qu'il ne lui en restera pas beaucoup à la fin." Mais non! Il a encore été capable de sortir. Il a été capable d'aller chercher Krogh, qui est dominant. Impressionnant...»

Même son coach est impressionné

Alex Harvey impressionne même son entraîneur, Louis Bouchard, avec qui il travaille depuis pourtant 12 ans. Après avoir skié deux 50 km en huit jours, Harvey s'est senti fatigué au début de la semaine. Le coach voyait d'ailleurs dans ce sprint l'épreuve la plus ardue pour son poulain. Et pourtant...

«Il vole», a dit Bouchard, surpris de voir Harvey, d'ordinaire patient, se tenir à l'avant dans chacune de ses courses. «Il a récupéré complètement. Un sprint comme ça, il faut que tu punches. C'est sûr que ça va être bon pour les prochaines courses.»

Selon Pierre Harvey, Alex risque d'être «assez conservateur» dans le 15 km de samedi afin de ne pas s'élancer premier lors de la poursuite du lendemain. «La course difficile, ça va être dimanche. Si tu pars premier avec 15 secondes d'avance, tout le monde te rattrape. J'imagine qu'il aimerait mieux partir deuxième ou troisième pour laisser un lièvre se défoncer en avant.»

Cinq Canadiens dans les finales!

Alex Harvey était accompagné de quatre Canadiens dans les rondes finales du sprint, vendredi. Du quatuor, Jesse Cockney (10e) a fait la meilleure impression en se rendant en demi-finale, devançant dans sa vague de quarts le champion à Québec l'an dernier, Baptiste Gros. «Vraiment heureux. J'espérais un top 30. D'avoir sécurisé un autre top 12 cette année, ça fait vraiment du bien», a dit en français le natif de Yellowknife, qui avait terminé 10e plus tôt cette saison en Corée du Sud, et 10e l'an dernier, à Québec. «J'aimerais bien qu'on s'arrête ici chaque année», a souhaité l'athlète de 27 ans avec le sourire. Len Valjas (19e), Julien Locke (20e) et Bob Thompson (30e) ont quant eux été éliminés en quarts.

Klaebo plus jeune champion du Globe

Johannes Hoesflot Klaebo est devenu vendredi le plus jeune champion du Globe de cristal en sprint. La sensation norvégienne de 20 ans a pris le huitième rang vendredi, tout juste derrière son grand rival Pellegrino, qui avait besoin d'un meilleur effort pour le devancer. Alex Harvey termine 13e de ce classement.

***

Heikkinen va tout donner

«Je m'attends à une dure bataille avec Alex Harvey» en fin de semaine! C'était avant la victoire d'Alex Harvey, mais peu importe : Matti Heikkinen est venu à Québec pour tout donner. Même s'il est arrivé tard jeudi, même s'il ne s'est pas qualifié pour les finales du sprint vendredi, le Finlandais continue de croire en ses chances de devancer la vedette québécoise du ski de fond au troisième rang du classement cumulatif de la Coupe du monde.

Les deux hommes pourraient jouer du coude lors du 15 km classique de samedi, et encore une fois le lendemain lors du 15 km style libre, une poursuite. Les deux dernières épreuves de la saison. «Aujourd'hui, je vais perdre, c'est certain. Mais on se bat. Je me bats tous les jours, et on verra. Parfois je gagne, parfois c'est lui. Mais c'est intéressant d'avoir ce genre de face-à-face», a dit Heikkinen au cours d'un bref entretien avec les journalistes, à la suite de sa course de qualification au sprint, où il a pris le 48e rang.

Après une minute, le Finlandais s'est retiré pour aller vomir tout près des scribes, comme quoi l'effort qu'il venait d'abattre l'a affecté physiquement.

Précisons que Heikkinen n'est pas un spécialiste des sprints. Sa dernière présence dans les rondes finales remonte à 2011. Lors des plus longues courses, toutefois, il fait partie de la crème. Seul Martin Johnsrud Sundby le devance au classement de la Coupe du monde en distances. Et comme le Norvégien n'est pas à Québec, Heikkinen doit être considéré comme un favori pour les deux dernières épreuves. Il a pris le troisième rang de ce fameux 50 km remporté par Harvey, aux Mondiaux.

«Les deux courses sont bonnes pour moi, autant celle de samedi que celle de dimanche», avait d'ailleurs eu le temps de lancer l'athlète de 33 ans avant de s'éclipser.




À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer