Mauvaise journée pour Gagnon, qui termine 20e

Ignorée en début de semaine pour l'épreuve par... (AP, Alessandro Trovati)

Agrandir

Ignorée en début de semaine pour l'épreuve par équipe de duels en slalom parallèle, Marie-Michèle Gagnon a pris le 20e rang du slalom géant disputé jeudi aux Mondiaux de Saint-Moritz. Elle aura la chance de se reprendre samedi lors du slalom, sa spécialité.

AP, Alessandro Trovati

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Saint-Moritz

Marie-Michèle Gagnon tentait de faire contre mauvaise fortune bon coeur après avoir pris le 20e rang du slalom géant des Mondiaux de ski alpin  à Saint-Moritz, en France.

«Ce n'était pas ma journée! C'est dommage, mais ça va. Je vais de l'avant. Je me prépare pour le slalom de samedi», a résumé l'athlète de 27 ans.

La skieuse de Lac-Etchemin a obtenu le 20e chrono à chacun des deux passages. Son cumulatif de 2:08,59 l'a laissée à 3,04 secondes de la gagnante, la Française Tesse Worley. «À la première manche, j'ai bien skié, mais j'ai fait une grosse faute juste après le premier temps intermédiaire», a expliqué Gagnon à l'agence Sportcom. «Ça m'a vraiment coûté cher. J'ai dû remonter, j'ai vraiment perdu toute ma vitesse. Autrement, je skiais bien, j'avais une bonne attitude.

«En deuxième manche, je me suis dit que c'était tout ou rien. J'ai comme trop forcé les choses. Mon ski n'était pas fluide. Je n'étais pas vraiment sur le dessus de mes skis, j'étais un peu impatiente. Je n'ai donc pas eu une très bonne descente.»

Quant à Worley (2:05,55), elle a récupéré son titre de 2013 en résistant aux assauts de l'Américaine Mikaela Shiffrin (2:05,89). L'Italienne Soffia Goggia (2:06,29) a terminé troisième.  Worley et Shiffrin sont dominantes jusqu'ici cette saison en slalom géant. La Française mène 3-2 au chapitre des victoires en Coupe du monde et elle a terminé deuxième lors des deux triomphes de l'Américaine.

Il s'agit d'une deuxième médaille d'or à ces Mondiaux pour Worley, qui a aussi remporté l'épreuve par équipe avec la France. De père australien, elle avait aussi conquis le bronze de sa discipline de prédilection aux Mondiaux de 2011 à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne).

«La pression était énorme, mais j'y suis parvenue. Je suis si fière», a déclaré la skieuse de 27 ans, qui disposait d'un coussin de 0,48 seconde sur Goggia et de 0,20 sur Shiffrin après la première manche. «Ça semblait être un bon écart, mais ça n'était rien.»

Trois ans pour se reconstruire

Blessée au genou droit (rupture du ligament croisé et lésion du ménisque) le 17 décembre 2013 en slalom à Courchevel (Savoie), Worley a mis trois ans pour se reconstruire et retrouver la voie du succès. La Française avait remporté la dernière victoire de la première partie de sa vie justement à Saint-Moritz, le 15 décembre 2013, deux jours seulement avant sa grave blessure qui lui avait fait manquer notamment les Jeux de Sotchi.

«Je ne suis pas du tout du genre à vivre dans le passé», a assuré la «Puce» (5'2"). «Les années compliquées permettent aussi aux athlètes de grandir et cela m'a permis d'évoluer. On a tous plus ou moins vécu des blessures, mais on se bat, on travaille fort et aujourd'hui ce travail paie.»

Shiffrin a quant à elle remporté sa première médaille d'argent en slalom géant. «Ça m'a pris du temps avant de mettre toutes les pièces du casse-tête ensemble», a indiqué l'Américaine de 21 ans, qui sera la favorite pour obtenir un troisième titre consécutif de championne du monde en slalom samedi.  Avec AFP




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer