Des Suisses euphoriques avec un troisième titre aux Mondiaux

Luca Aerni a profité d'une piste en parfait... (AFP, Fabrice Coffrini)

Agrandir

Luca Aerni a profité d'une piste en parfait état en s'élançant le premier en slalom, pour prendre les commandes de la course et remporter son premier titre mondial.

AFP, Fabrice Coffrini

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Saint-Moritz

Avec trois titres et six médailles en cinq jours, la Suisse est à la fête à domicile pour «ses» Championnats du monde de ski alpin à Saint-Moritz, malgré la grave blessure de son étoile, Lara Gut.

Lundi, c'est Luca Aerni qui s'est paré d'or, dans un combiné au scénario inattendu : le soleil, en tapant sur la piste, a ramolli la neige pour la manche de slalom, pour laquelle les premiers concurrents à s'élancer ont été avantagés.

«Cette piste est une blague. Ils n'ont pas préparé la piste de slalom», a vivement pesté Alexis Pinturault, grandissime favori, mais seulement 10e après un passage compliqué entre les piquets serrés.

À ce petit jeu, Aerni a profité d'une piste en parfait état en s'élançant le premier en slalom, pour prendre les commandes de la course et remporter son premier titre mondial. Sa première victoire sur le circuit tombe ainsi au meilleur moment, lui qui fêtera ses 24 ans le 27 mars.

Il y a deux ans, à Beaver Creek (Colorado) pour les précédents Championnats du monde, l'Autrichien Marcel Hirscher, 30e chrono de la descente, avait réalisé la même improbable remontée, dans des conditions identiques (températures élevées et piste rapidement dégradée).

Lundi, l'Autrichien, quintuple vainqueur du classement général de la Coupe du monde (2012, 2013, = 2014, 2015 et 2016), est parti en troisième position dans la manche de slalom, mais a cédé 32/100e à Aerni, soit un de trop pour conserver sa couronne mondiale de combiné.

«J'étais vraiment nerveux durant les 45 dernières minutes, en attendant que les derniers concurrents s'élancent», a réagi Aerni, qui n'avait jamais fait mieux qu'une septième place en combiné avant cette victoire, cette saison à Santa Caterina et cinquième en slalom à Kitzbühel (2014) et Madonna di Campiglio (2015).

«Je pouvais juste regarder et espérer que les autres terminent derrière moi. Je savais que ma manche de slalom avait été bonne, mais en combiné on ne sait jamais ce qui peut se passer. L'attente a vraiment été longue avant que je réalise que j'avais gagné l'or!» a-t-il ajouté.

Domination à outrance

La fête de la nation suisse va donc pouvoir se poursuivre dans la station des Grisons, pour ce pays phare du ski, après les titres de Wendy Holdener, vendredi, en combiné alpin, et surtout celui de Beat Feuz, dimanche, dans la course reine, la descente.

Si l'on ajoute les médailles d'argent de Michelle Gisin au combiné, et les médailles de bronze de Mauro Caviezel, lundi, et de Lara Gut sur le super-G inaugural, mardi, la Suisse domine outrageusement le tableau des médailles.

Paradoxalement, ces performances interviennent après que la Suisse a perdu son atout majeur, Lara Gut, lauréate de la Coupe du monde de ski alpin la saison passée, mais victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche, vendredi, synonyme d'une fin de saison prématurée.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer