Kulizhnikov «dopé» au même produit que Sharapova

Les adversaires de Pavel Kulizhnikov n'ont pas été... (AP, Ivan Sekretarev)

Agrandir

Les adversaires de Pavel Kulizhnikov n'ont pas été tendres à son endroit.

AP, Ivan Sekretarev

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après Maria Sharapova et le tennis, au tour du patinage de vitesse longue piste et de son champion sprinteur Pavel Kulizhnikov, un autre Russe, d'être happés par la tempête meldonium. Pas de surprise là, affirme le patineur Laurent Dubreuil.

«En frais de performances et de records, c'était Lance Armstrong, Barry Bonds et Ben Johnson mis ensemble. Ça n'avait juste pas de bon sens comment il était tellement trop fort!» a commenté Dubreuil, mardi, des Pays-Bas, où se déroulera cette fin de semaine la dernière étape de la saison de Coupe du monde en longue piste.

Débarqué à Heerenveen, samedi, Dubreuil ne s'était pas rendu compte de l'absence de l'invincible Russe à l'anneau Thialf. Jusqu'à l'annonce que Kulizhnikov avait échoué à un test antidopage. Pour avoir utilisé le même produit que Sharapova et plusieurs athlètes de pointe russes ou de l'Europe de l'Est, le meldonium, interdit par l'Agence mondiale antidopage depuis le 1er janvier.

L'entraîneur personnel de Kulizhnikov, Dmitry Dorofeyev, a indiqué à l'agence de presse russe Tass que son protégé n'avait pas consommé de meldonium depuis un an, soit avant que la substance ne se retrouve sur la liste noire.

Déjà suspendu

Kulizhnikov avait déjà été suspendu deux ans, pour les saisons 2013 et 2014, à la suite d'un test positif à la methylhexanamine aux Championnats du monde juniors de 2012. Il avait ainsi raté les Jeux olympiques de 2014.

Il est ensuite revenu plus fort que jamais et a gagné la presque totalité des courses de 500 m et de 1000 m auxquelles il a pris part depuis deux ans.

«Pour moi, dopé un jour, dopé toujours. Il vient de me donner raison», tranche celui qui estime mériter le titre de champion de la saison 2014-2015 sur 500 m, bien qu'il ait fini deuxième au classement final derrière son rival russe. Le meldonium étant illégal en course depuis à peine deux mois, cela n'arrivera sans doute pas.

Mais l'Union internationale de patinage n'a «pas le choix de lui retirer ses points pour la période d'interdiction, soit depuis le début de 2016, ses titres de champions du monde sur 500 m et 1000 m et ses premières positions aux classements», selon Dubreuil.

Ce sera également «difficile de passer l'éponge» pour la fédération, Kulizhnikov s'étant fait pincer «deux fois sur une courte période de temps. Ce n'est pas beau comme résumé».

Boisvert-Lacroix en tête

Le Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix grimperait ainsi en tête du classement sur 500 m et Dubreuil au cinquième rang. Pour les épreuves de vendredi et de dimanche, «la médaille d'or est soudainement accessible!» se réjouit Dubreuil, souhaitant se hisser au sein du top 3 cumulatif de la Coupe du monde.

Boisvert-Lacroix se montre plus prudent dans ses commentaires, disant se concentrer sur cette dernière étape de Coupe du monde qui vaut très cher pour lui, avec ou sans Kulizhnikov. Au cumul de la saison, il peut encore terminer premier comme cinquième.

Le Norvégien Havard Bokko, spécialiste du 1500 m, a pour sa part résumé sa pensée en 140 caractères ou moins, sur Twitter : «Cher Pavel. Si c'est vrai, on ne veut plus te revoir. Jamais. Salutations : le monde du patinage de vitesse.» Le tout agrémenté d'un doigt d'honneur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer