Lamarche et Fiola face à l'élite mondiale junior

Béatrice Lamarche et Christopher Fiola, qui entourent leur... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Béatrice Lamarche et Christopher Fiola, qui entourent leur entraîneur Muncef Ouardi, défendront les couleurs du Canada lors des Mondiaux junior de patinage de vitesse longue piste présentés en Chine.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Couronnés champions canadiens juniors de patinage de vitesse longue piste à la mi-février, Béatrice Lamarche et Christopher Fiola, du Centre national Gaétan-Boucher, auront maintenant l'occasion de se mesurer à l'élite mondiale. Membres de l'équipe canadienne, ils prendront part à compter de vendredi aux mondiaux junior disputés à Changchun, en Chine. Béatrice en sera à une première participation à cette compétition alors que Fiola en sera à sa dernière.

«J'aurais pu aller aux mondiaux l'année dernière», explique Béatrice, qui est venue bien près de réaliser un balayage aux championnats canadiens, où elle a gagné toutes les épreuves (500m, 100m et 1500m) à l'exception du 3000m où elle a terminé deuxième. «Je m'étais classée pour y aller, mais les Jeux du Canada étaient presque en même temps. Et après en avoir parlé avec mes coachs et mes parents, on avait décidé que c'était mieux pour moi de prendre part aux Jeux du Canada.» 

Même si elle a le talent et les aptitudes pour se démarquer dans toutes les épreuves des mondiaux, la jeune patineuse originaire de Sainte-Foy mentionne que c'est lors des épreuves de 1000m et de 1500m que ses chances de performer seront les meilleures. «Je crois que je ne suis pas assez puissante au 500m pour rivaliser avec les meilleures et il y a vraiment des filles plus fortes que moi au 3000m.»

Ne connaissant pas ses rivales, Béatrice avoue qu'elle a quand même une petite idée du calibre des patineuses contre qui elle croisera le fer en Chine. Elle a comparé ses temps avec ceux des meilleures et elle sait qu'elle figure environ au huitième rang mondial au 1000m et au 1500m. «Je serais donc vraiment contente si je faisais un top 10 dans ces épreuves.»

Rien ne la dérange

Parlant de ces premiers mondiaux, Béatrice dit qu'elle ne croyait pas qu'elle pourrait être intimidée par la compétition et tout ce qui tourne autour. Elle explique que lorsqu'elle se sent en forme et en confiance, rien ne peut vraiment la déranger. «Je m'en vais là pour apprendre des choses dont je vais devoir me méfier dans l'avenir. Je ne ressens pas de pression, mais je suis un peu excitée.»

Dominant aux derniers canadiens junior, - il a fini premier dans toutes les épreuves à l'exception du 5000m où il a pris la troisième place - Fiola possède l'expérience des mondiaux puisqu'il y a pris part en 2015 (Pologne). Huitième au classement général, il avait réalisé des top 10 au 1000m (septième) et au 1500m (neuvième) et à la poursuite en équipe (quatrième). Et comme il s'agira cette année de sa dernière chance de se signaler chez les juniors, il s'en va donc en Chine avec la ferme intention de monter sur le podium. 

«Avant cette année, ma spécialité était le 5000m», indique le patineur natif de Montréal. «Mais cette saison, je me suis développé énormément au 500m. C'est sur cette distance que mes chances d'obtenir une médaille sont les meilleures. J'ai d'ailleurs le deuxième meilleur temps sur cette distance chez les juniors, soit 35,22 secondes.»

Compte tenu de son chrono au 500m, de ses résultats aux mondiaux en 2015 et de ses aptitudes pour bien performer sur toutes les distances, Fiola ne cache pas qu'il ressent un peu de pression. «Mais je gère ça assez bien. Je visais un top trois au classement général, mais je regarde les autres patineurs et plusieurs se sont beaucoup améliorés. Compte tenu de mes résultats au 500m cette saison, je sais que pour obtenir un bon classement général, ça va me prendre de bons 1000m et 1500m et un 5000m correct. Et comme ce sera ma dernière compétition chez les juniors, j'aimerais ça laisser ma marque avec un podium au général.

«Contrairement à l'année dernière, je sais à quoi m'attendre. Plusieurs des patineurs qui seront en Chine étaient en Pologne, l'année dernière. Et parce que je savais en début de la saison que me classer pour les mondiaux n'était pas vraiment un problème, j'ai pu mieux me préparer. Ça va donc m'aider à avoir de meilleures performances.»

Au total, la formation canadienne comptera huit patineurs, dont la moitié seront des Québécois. Outre Lamarche et Fiola, Véronique Déry (500m et 1000m), de Lévis, et Antoine Roger (500m et 1000m), de Québec, deux membres du Centre régional d'entraînement de Québec, compétitionneront aussi en Chine.

Un premier rendez-vous international comme entraîneur

Pour la première fois depuis qu'il a accroché ses patins, Muncef Ouardi vivra au rythme d'une compétition internationale. À sa première saison à temps plein au Centre régional de patinage de vitesse, il fera partie du personnel d'entraîneurs de l'équipe canadienne junior de patinage de vitesse longue piste qui ira aux mondiaux.

«Ça va être le fun», lance Ouardi. «Je vois ma participation aux mondiaux comme une expérience différente de celles que j'ai vécues auparavant. Je suis déjà allé deux fois à Changchun en tant que patineur. Et j'ai vraiment eu du plaisir. C'est une très belle place pour compétitionner.»

Ouardi est impatient de vivre les mondiaux. D'abord, parce qu'il n'a jamais eu la chance d'y prendre part à ses années junior, mais aussi parce que l'atmosphère sera différente des Coupes du monde auxquelles il a pris part chez les seniors.

«J'ai hâte de vivre l'ambiance d'une compétition internationale avec des plus jeunes. Oui, il y aura des enjeux, mais les patineurs seront aussi là pour apprendre beaucoup. Ce sera une compétition riche en émotions et en expérience.»

Appelé à analyser les chances de succès de Béatrice Lamarche et d'Alexander Fiola aux mondiaux juniors, Ouardi mentionne que les deux avaient tous les outils nécessaires pour bien performer.

«Même s'il s'est beaucoup démarqué au niveau canadien au 500m, Christopher est un patineur très complet. Il est capable de faire de bonnes courses du 500m au 5000m. Et le fait qu'il y aura un 1000m devrait l'avantager. S'il exécute bien et s'il a eu une bonne préparation pour son voyage en Chine, il devrait être capable de bien figurer au classement général.»

Beaucoup de nouveautés

Parlant de la jeune Béatrice Lamarche, Ouardi rappelle que la jeune patineuse en sera à ses premiers championnats du monde. Il indique que son premier défi sera de s'acclimater à l'atmosphère.

«En tant que coach, ce que je lui demanderai c'est de patiner aussi bien qu'elle l'a fait pendant toute la saison. Si elle le fait, elle aura atteint une étape importante. Elle aura montré qu'elle peut rester concentrée même si elle aura voyagé à l'autre bout du monde et qu'elle aura eu à composer avec toutes sortes de nouvelles choses. Et comme elle est une bonne patineuse sur toutes les distances, un bon 500m serait pour elle de bon augure. Ça pourrait lui permettre d'obtenir un bon classement général. Je pense aussi que son background en courte piste pourrait l'avantager lors du départ de masse.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer