Tour de ski: un duo de Norvégiennes au coude-à-coude

La Norvégienne Therese Johaug (à l'avant) s'est fait... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La Norvégienne Therese Johaug (à l'avant) s'est fait doubler en fin de course par sa compatriote Heidi Weng après un sprint endiablé lors de la poursuite de 10 kilomètres disputée samedi.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Heidi Weng et Therese Johaug ont pris d'assaut les plaines d'Abraham en duo, samedi. Les Norvégiennes ont parcouru les 10 kilomètres de la poursuite au coude-à-coude, puis Weng s'est imposée par un dixième de seconde lors d'un sprint endiablé.

La gagnante détenait 11,8 secondes d'avance sur sa compatriote avant le début de la course. Johaug, la meilleure skieuse de longues distances cette saison, l'a rapidement rattrapée après le départ, donnant l'impression qu'elle s'enfuirait seule en tête, comme à Montréal mercredi.

Mais Weng a maintenu la cadence. Son dixième de seconde d'avance vaut en fait cinq secondes de plus, puisqu'elle a reçu une bonification en vertu de sa victoire. «J'ai essayé de m'accrocher à elle», a dit Weng. «Elle est tellement forte en distance. C'est vraiment bon de la battre.»

Johaug était malgré tout satisfaite de sa performance, même si elle n'a pu s'emparer du premier rang. «J'ai fait tout ce que j'ai pu pour distancer Heidi, mais elle était vraiment solide aujourd'hui», a-t-elle analysé.

La meneuse au classement de la Coupe du monde se réjouissait d'avoir distancé ses plus proches poursuivantes. Alors qu'elle détenait une trentaine de secondes d'avance sur la troisième place avant la course, Johaug se retrouve dimanche matin avec un écart favorable de 1:10 sur une autre Norvégienne, Astrid Uhrenholdt Jacobsen.

La rédemption de Diggins

La grande gagnante de la journée a toutefois été Jessica Diggins, qui est passée du septième au cinquième rang en devançant entre autres la gagnante du sprint de vendredi, Stina Nilsson. «J'étais pleine d'énergie, prête à y aller le tout pour le tout. [...] C'était une course idéale pour moi», a indiqué l'athlète du Minnesota, née d'une mère québécoise et d'un père canadien. Sa famille était d'ailleurs à Québec pour la soutenir.

Diggins avait chuté en quarts de finale du sprint de vendredi. «Je cherchais une rédemption. Et je l'ai eue.»

Les Québécoises Cendrine Browne (49e) et Olivia Bouffard-Nesbitt (52e) ont connu une bonne journée. La première espère toujours terminer dans le top 30, ce qui lui permettrait de joindre l'équipe nationale B la saison prochaine. Trois des quatre courses de Canmore seront des épreuves de distance, ce qui avantage la petite skieuse du Centre national d'entraînement Pierre-Harvey.

De leurs côtés, Katherine Stewart-Jones (Chelsea, 58e) et Sophie Carrier-Laforte (Gatineau, 65e) ont évité de se faire prendre un tour par la meneuse, ce qui aurait causé leur élimination du Tour.

Pas d'autre Tour à Québec avant 2020

La Coupe du monde de ski de fond reviendra-t-elle un jour à Québec? Une chose est sûre, certains gros noms du milieu croient que la ville a de nouveau démontré qu'elle était parfaite pour de telles compétitions.

«J'espère que la Fédération internationale de ski va voir qu'on est capable de faire des super beaux événements et qu'il y en aura d'autres», a lancé Alex Harvey en impromptu de presse près de l'arrivée, sur les plaines d'Abraham. Fin 2012, Québec avait accueilli deux épreuves du grand circuit de ski de fond.

De son côté, le triple gagnant du globe de cristal, Martin Johnsrud Sundby, a vanté les qualités de la vieille capitale. «Quand on a des conditions comme ça, c'est parfait. On ne peut pas se plaindre. Quand on regarde ce site et cette foule... C'est très important de pouvoir montrer notre sport à un auditoire plus large. Je passe un très bon moment», a affirmé le Norvégien, qui ne dit pas non à l'idée de revenir à Québec en touriste.

Le patron de Gestev, Patrice Drouin, a dressé un bilan «très positif» du passage du Tour de ski. «Tous les ingrédients ont été réunis» lors de la journée de vendredi, tandis que le public est venu «en double» de la veille, samedi. Les gens «sont fous» d'Alex Harvey a aussi dit Drouin. Et il se réjouit de voir le public connaître les noms des skieurs scandinaves et russes.

Gestev se propose déjà pour organiser un autre événement du genre. Mais n'espérez pas le retour du Tour de ski avant 2020. Il faut une saison sans Jeux olympiques ou Championnats du monde pour caser dans l'horaire cette épreuve de deux semaines en sol canadien. «Il doit y avoir un vide dans le calendrier. Et le vide, c'est en 2020», a expliqué Drouin. 

135 240 $ en bourses aux gagnants

Le ski de fond est un sport amateur, mais les bourses offertes pendant le Tour de ski sont malgré tout alléchantes. Les deux gagnants recevront 135 240 $ chacun, en plus de potentielles bourses connexes pour leur podium à chaque étape. S'il conserve sa quatrième position, Alex Harvey obtiendra 27 048 $. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer