Tour de ski à Québec: bucolique et sans pitié

Les participants au Tour de ski du Canada... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Les participants au Tour de ski du Canada se sont échauffés jeudi sur le parcours qui est «vraiment difficile», selon Alex Harvey. «Les 500 derniers mètres seront brutaux.»

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le parcours des deux épreuves du Tour de ski du Canada à Québec sera bucolique et champêtre. Une belle neige, les vieux murs, le Château Frontenac au loin... Mais parole d'Alex Harvey, il sera sans pitié pour les skieurs.

Surtout vendredi après-midi, au cours d'un sprint anormalement long de 1700 mètres. «Ça va être vraiment difficile. Les 500 derniers mètres seront brutaux», a constaté Harvey, jeudi, après s'être échauffé sur la piste.

Ce sera dur, mais cette longueur inhabituelle le favorise, croit-il. Ces épreuves tournent habituellement autour de 1200 ou 1400 mètres. Les sprinteurs purs risquent d'en arracher doublement sur les plaines d'Abraham.

«L'endurance que j'ai me permet de garder mon rythme pour une boucle un petit peu plus longue», estime Harvey. «Sur papier, c'est sûr que c'est un des sprints qui me convient le mieux.» Il espère se rendre au moins en demi-finale, ce qu'il a fait à Gatineau, mardi, après en avoir arraché toute la saison.

Ravi de ses performances jusqu'ici, il n'exclut pas la possibilité de finir dans les trois premiers au classement cumulatif du Tour, lui qui figure au sixième rang après deux étapes. Pour ce faire, constance est le mot d'ordre.

«Chaque jour, tu peux perdre le Tour, mais c'est pas une journée spécifique qui te le fera gagner», illustre l'athlète de 27 ans. «Jusqu'ici, personne n'a perdu le Tour. Alors c'est vraiment encore très ouvert.»

Guide touristique

Harvey réalise un rêve en complétant sa saison dans ses terres. Il admet être à la fois nerveux et confiant de skier devant parents et amis. Mais après avoir été surpris par la grosseur de la foule lors des épreuves de la Coupe du monde tenues à Québec fin 2012, il sait désormais à quoi s'attendre. 

On sent qu'il apprécie chaque instant. Il s'est d'ailleurs transformé en guide touristique avec ses adversaires européens, jeudi. «Ils se demandent si le fleuve est un lac fait sur le long ou une rivière», a-t-il rigolé. «Il y en a qui me demandaient : "Est-ce que c'est ça le Château Frontenac?" Je devais leur répondre : "Non, ça, c'est l'édifice Price."»

Le meilleur fondeur canadien assure que tous ses confrères et consoeurs sont ravis d'être ici, dans la blanche beauté de la capitale. «On a des courses en ville, en Europe. Mais c'est de la neige apportée par camion. C'est de la neige sale, artificielle. Ici, c'est blanc partout, un vrai tapis de neige naturel. Il n'y a aucune autre ville dans le monde qui peut offrir ça.»

 

Le Ski Tour Canada s'arrête à Québec

Courir malgré la douleur

Son corps lui dit d'arrêter, mais sa tête l'implore de continuer. Marie Corriveau écoutera la deuxième. Même si ça risque de faire mal.

La plus jeune des 72 skieuses inscrites au Tour de ski du Canada sera au départ du sprint, vendredi, devant les siens. Sa santé fragile et une fatigue accumulée l'empêchaient toutefois de confirmer jeudi qu'elle poursuivra l'aventure plus loin. «J'y vais au jour le jour», a lancé Corriveau au Soleil. «Tout dépend comment le sprint va demain... On va regarder pour l'autre course d'après», la poursuite de samedi. Sa présence aux quatre épreuves de Canmore, la semaine prochaine, est donc loin d'être garantie.

Quelques heures avant cette conversation, elle avait passé une radiographie, son médecin - la maman d'Alex Harvey - craignant une sinusite. Elle revient par ailleurs de Roumanie, où elle a participé aux Championnats du monde junior la semaine dernière.

«Je dirais que je ne suis vraiment pas à mon meilleur en ce moment. Mais je veux vraiment courir demain [vendredi]», a souligné l'athlète de 18 ans, résidente de Saint-Ferréol-les-Neiges.

Autre ennui : Corriveau termine toutes ses courses dans la douleur depuis janvier. L'enveloppe du muscle de ses jambes n'est pas capable de le contenir, ce qui empêche le sang de bien circuler. Elle sera opérée en avril pour régler le problème.

Des ennuis de santé et des problèmes musculaires... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 4.0

Agrandir

Des ennuis de santé et des problèmes musculaires aux jambes n'empêcheront pas la fondeuse Marie Corriveau de s'aligner avec les meilleures de sa discipline vendredi.

Le Soleil, Yan Doublet

À Montréal mercredi, ce pépin majeur a de nouveau frappé. Incapable de contrôler ses jambes, elle est tombée plusieurs fois pendant la course. Elle a franchi la ligne d'arrivée au 72e et dernier rang, son visage trahissant sa déception. Jeudi, elle préférait en rire.

Car après tout, sa participation aux épreuves canadiennes se veut d'abord une bonne dose d'expérience. Elle est venue pour apprendre, comme dirait un hockeyeur soviétique en 1972.

«Je suis réaliste. Je ne suis pas de calibre avec ces filles-là», affirme Corriveau. «Mais juste d'avoir l'opportunité de pouvoir m'entraîner à côté d'elles, de faire la même course qu'elles, c'est vraiment fou. [...] Ça m'encourage. Je vois que c'est possible pour moi [d'atteindre ce niveau] dans quelques années.»

Browne espère un top 30

Cendrine Browne profite aussi de l'expérience, mais elle a de plus grandes ambitions. Un top 30 au classement cumulatif du Tour lui permettrait de passer de l'équipe de développement à l'équipe nationale B, donc de participer à plus d'épreuves de la Coupe du monde la saison prochaine. La fondeuse de 22 ans est 49e.

«J'ai quelques départs en Coupe du monde, mais pas encore assez pour dire que je suis compétitive sur le circuit. Courir contre les meilleures, ça va me permettre de voir à quelle vitesse je dois aller pour l'être.»

Une victoire au classement cumulatif du circuit Nor-Am permettrait aussi à l'athlète de Saint-Jérôme d'atteindre son objectif pour la saison prochaine. Elle est deuxième.

Aucune Canadienne n'est sur l'équipe nationale A en 2015-2016. «On travaille fort à amener de la relève», lance Browne, l'une des mieux placées pour y arriver un jour.

Lu

Quelques statistiques intéressantes contenues dans les documents sur le Tour de ski transmis aux journalistes : 175 athlètes venant de 22 pays participent à la compétition; 1 million $ en bourses seront remis; 6000 paires de ski sont à la disposition des athlètes; 300 journalistes couvriront l'événement.

Entendu

«Alex, t'as l'air de quelqu'un de parfait. Faudrait peut-être demander à ta blonde ou à ta famille si tu l'es réellement.»

- «Mes soeurs pourraient vous en raconter!»

- Un échange qui a déclenché les rires entre le patron de Québecor, Pierre Dion, et le fondeur Alex Harvey, pendant leur conférence de presse commune, jeudi.

Vu

Mon pied gauche glisser sur une plaque de glace, en bordure de la piste, sur les plaines d'Abraham. Chute évitée grâce à mon pied droit. Amateurs de ski de fond, soyez prudents vendredi et samedi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer