Un drone s'écrase près d'un skieur à la Coupe du monde

Une catastrophe a été évitée de peu mardi... (AP, via Infront Sport)

Agrandir

Une catastrophe a été évitée de peu mardi soir à Madonna di Campiglio, en Italie, alors que le skieur autrichien Marcel Hirscher a été frôlé par un drone qui s'est écrasé sur la piste en prenant des images d'une étape de la Coupe du monde de slalom.

AP, via Infront Sport

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Vienne

La Fédération internationale de ski (FIS) a interdit l'utilisation de drones lors des étapes de la Coupe du monde après qu'un objet volant téléguidé se soit écrasé et ait failli heurter l'Autrichien Marcel Hirscher lors d'un slalom en Italie, mardi.

La FIS interdira les drones «aussi longtemps que je serai responsable [...] puisqu'ils sont mauvais pour la sécurité», a déclaré le directeur des courses masculines, Markus Waldner, au lendemain de l'incident de Madonna di Campiglio. «Nous sommes très chanceux que Marcel n'ait pas été blessé, a-t-il ajouté. Je suis très en colère.»

Le drone transportant une caméra de télévision s'est écrasé tout juste derrière Hirscher, quelques secondes après que le médaillé d'argent aux derniers JO eut amorcé sa deuxième descente.

«Je ne savais pas ce que c'était, mais j'ai senti quelque chose», a dit Hirscher, qui n'a pas été blessé et a pu poursuivre sa descente. Il a terminé deuxième, derrière le Norvégien Henrik Kristoffersen. «J'ai cru que c'était un travailleur de piste ou une porte.»

Les travailleurs de piste se glissent au travers des portes entre chaque skieur afin de retravailler la surface pour le skieur suivant. 

«Je suis très soulagé que rien ne se soit produit, a ajouté Hirscher. Vous ne voulez pas penser à ce qui aurait pu arriver quand un poids de 10 kilos fait une chute de 20 mètres. Ça aurait été une très vilaine blessure, très grave. Il y a plusieurs gadgets très intéressants de nos jours, mais vous devez d'abord vous assurer de la sécurité et ça, c'était tout simplement fou.»

Le pilote n'a pas respecté les règles

Selon Waldner, la FIS a accepté l'utilisation du drone pour le slalom de mardi, mais le pilote ne devait pas le faire voler directement au-dessus de la piste.

«Il n'a pas suivi nos instructions, a déclaré le directeur de course. Il devait voler à l'extérieur de la piste et suivre les skieurs à une distance de 15 mètres. Il y aurait alors eu la marge de manoeuvre nécessaire et cet incident ne se serait pas produit.»

Les drones ont souvent été utilisés dans les courses de ski. Pour la FIS, il s'agit d'une façon d'améliorer l'expérience des téléspectateurs, puisque les drones permettent des prises de vues que des caméras traditionnelles ne peuvent pas fournir.

La FIS a aussi indiqué que les règles entourant l'utilisation de ces engins sont plus souples en Italie que dans plusieurs autres pays, notamment la Suisse et l'Autriche, qui interdisent leur utilisation au-dessus d'une foule.

La compagnie responsable du drone, Infront, étudie les causes de l'écrasement. «Nous sommes extrêmement soulagés qu'il n'y ait apparemment personne de blessé», a-t-elle déclaré par communiqué. «En même temps, cet incident est pris très au sérieux et les circonstances entourant cet écrasement sont présentement étudiées. Une mise à jour sera fournie dès que de nouvelles informations seront disponibles.»

L'agence basée en Suisse est depuis longtemps détentrice des droits de retransmission de la Coupe du monde de la FIS.

Un drone utilisé pour filmer des épreuves de... (AFP, Olivier Morin) - image 4.0

Agrandir

Un drone utilisé pour filmer des épreuves de la Coupe du monde de ski alpin

AFP, Olivier Morin

Belles images, mais fiabilité à améliorer

Si l'usage des drones est courant dans les compétitions de sport d'hiver, c'est la première fois qu'un de ces engins volants était utilisé pour retransmettre en direct une course de la Coupe du monde de ski alpin. Le but : fournir des images et angles inédits à la société Infront, qui possède les droits télévisés de l'épreuve.

«Une machine qui s'écrase à côté d'un skieur, c'est une faute professionnelle. Il faut respecter la distance de sécurité et filmer sur les côtés, pas au-dessus des skieurs», a assuré mercredi Jean-Luc Fornier, de la société Aerocampro, opérateur de drones pour les Jeux olympiques de Sotchi en 2014. «On veut faire de belles images, OK, mais il ne faut pas que ce soit au détriment du public et des compétiteurs», a-t-il poursuivi.

De son côté, le service des sports du groupe France Télévisions a indiqué qu'il ne filmait pas de compétitions en direct avec des drones.

Au-delà des questions légales, il faut que l'autonomie de ces engins augmente et que les conditions de sécurité soient réunies pour que leur usage se généralise, explique Daniel Bilalian, directeur des sports de France Télévisions. «On y pense pour les années à venir. Au cours de courses de ski, de cross ou de marathon, les drones permettent de filmer plus bas qu'un hélicoptère.»

Pas une première

Ce n'est pas la première fois qu'un drone perturbe une compétition sportive, mais dans les cas précédents, il s'agissait d'engins manoeuvrés par des anonymes, pas par des télévisions.

En octobre 2014, lors du match de soccer entre la Serbie et l'Albanie à Belgrade, le survol du stade par un drone qui traînait un drapeau symbolisant la «Grande Albanie» avait provoqué des incidents et l'arrêt de la rencontre.

Et en septembre dernier, un drone avait fait irruption au-­dessus du court lors d'un match des Internationaux de tennis des États-Unis entre l'Italienne Flavia Pennetta et la Roumaine Monica Niculescu. Il s'était écrasé dans les tribunes vides, sans faire de blessé.  

Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer