Marie-Michèle Gagnon a les bleus

Marie-Michèle Gagnon n'a vu que quatre portes, dimanche.... (Photo fournie par Canada Alpin, Pentaphoto)

Agrandir

Marie-Michèle Gagnon n'a vu que quatre portes, dimanche.

Photo fournie par Canada Alpin, Pentaphoto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Quatre portes. C'est tout ce que Marie-Michèle Gagnon a vu du slalom d'Are, dimanche, en Suède. Elle est sortie à la cinquième. «J'ai pensé à tout le parcours au lieu de commencer par me concentrer sur la section du début. Je me trouve nouille», a-t-elle ragé.

Fin déplaisante d'une pénible fin de semaine. «Ma tête n'était pas là à partir du départ. Sur le coup, j'étais vraiment embarrassée de ça. Je suis en Coupe du monde depuis huit ans et je fais encore une erreur comme celle-là!» Au slalom géant de samedi, Gagnon n'avait pas terminé la deuxième manche à cause d'une roche mal placée.

C'est dans ces moments où tout va mal qu'on se sent loin de chez soi. Encore plus à 12 jours de Noël. La fierté du Mont-Orignal, qui a baptisé une piste en l'honneur de sa Mitch nationale il y a déjà cinq ans, admet que ces longs mois loin de son Lac-Etchemin lui pèsent de plus en plus.

«Je commence à trouver ça dur d'être partie durant cinq mois, loin de ma famille. Au moins, j'ai mes entraîneurs qui m'encouragent et qui le vivent eux aussi. J'ai aussi mon copain qui fait la même chose», explique celle qui est en couple avec le skieur américain Travis Ganong, spécialiste des épreuves de vitesse. Gagnon mise surtout sur les disciplines techniques.

Ils se retrouveront bientôt, en Italie; la soeur de Ganong y sera aussi. «On finit par s'habituer. Mais ça reste qu'on est à l'hôtel, tu ne peux pas cuisiner comme tout le monde fait pendant les Fêtes», explique celle qui dimanche, comme ses coéquipières de l'équipe canadienne, a déménagé ses valises de l'hôtel d'Are à un autre voisin de l'aéroport le plus près.

Deux jours à Zurich

Elle se pose deux jours à Zurich, en Suisse, avant de prendre part au slalom géant de Courchevel, en France. Ensuite, direction Italie pour l'entraînement et un peu de célébrations, puis arrêt à Lienz, en Autriche, pour les épreuves des 28 et 29 décembre. Tout ça avant le Nouvel An!

Gagnon se réjouit surtout d'avoir recouvré sa pleine santé après son opération à l'épaule du printemps. Sa convalescence a limité son temps d'entraînement sur la neige, ce qui la pousse pour l'instant à limiter ses sorties de Coupe du monde au slalom et au slalom géant. Elle souhaite reprendre la compétition de plus haut niveau en super-G et en combiné fin février, à Soldeu, en Andorre.

Sans porter un C sur sa combinaison et malgré qu'elle n'ait que 26 ans, Gagnon occupe un rôle prépondérant de meneuse au sein de la jeune équipe féminine canadienne. Elle s'avère de loin la plus expérimentée avec 141 départs en Coupe du monde.

Difficile de se fixer un objectif précis pour cette saison. Transposer ses bonnes sensations de l'entraînement à la course, résume celle qui a pris le huitième rang du slalom de la Coupe du monde d'Aspen, le 28 novembre. Elle avait fini 10e dans la même discipline aux Championnats du monde, la saison dernière, et neuvième aux Jeux olympiques, l'année précédente.

Laurence St-Germain à la table des grandes

Laurence St-Germain a terminé 34e du slalom d'Are, dimanche, à... (fournie par Canada Alpin, Pentaphoto) - image 3.0

Agrandir

Laurence St-Germain a terminé 34e du slalom d'Are, dimanche, à quatre rangs de la deuxième manche.

fournie par Canada Alpin, Pentaphoto

Laurence St-Germain se souvient qu'à 15 ans, spectatrice à la Coupe du monde de Lake Louise, la groupie en elle avait pris une photo avec Lindsey Vonn. «Samedi soir, elle soupait à la table voisine», a raconté la skieuse de 21 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges, 34e du slalom d'Are, dimanche, à quatre rangs de la deuxième manche.

Difficile de ne pas être impressionnée par l'Américaine, aussi dominante en 2015 qu'en 2009. St-Germain avoue avoir été saisie par les Vonn, Shiffrin et autres, en fait tout ce qui entoure le grand Cirque blanc de la Coupe du monde de ski alpin, où elle fait ses premiers pas.

«Lors de ma première course, j'étais vraiment stressée, avoue-t-elle. Voir les filles se préparer, la télé, les spectateurs qui sont là pour nous voir. Mais après, il y avait l'inspection. Et une inspection de Coupe Nor-Am ou une inspection de Coupe du monde, ça se ressemble pas mal.

«Je rêvais depuis longtemps de skier en Coupe du monde. Maintenant, mon prochain rêve est d'en gagner une! Mais j'ai encore beaucoup de marches à monter», reconnaît celle qui tente d'abord de se classer parmi les 30 meilleures de sa discipline et d'atteindre de façon régulière la seconde manche de ses compétitions.

De côtoyer une coéquipière expérimentée comme Marie-Michèle Gagnon l'aide beaucoup. «Elle me parle entre les courses et je regarde comment elle agit quand ça va bien ou moins bien. J'apprends et je m'améliore.»

En Coupe du monde, St-Germain ne fera que les slaloms jusqu'à la fin janvier, soit Lienz (Autriche), Zagreb (Croatie), Flachau (Autriche), Ofterschwang (Allemagne) et Maribor (Slo). D'autres épreuves FIS tenues en sol européen sont à son horaire d'ici là. Puis ce sera retour en classe à l'Université du Vermont pour l'étudiante en génie informatique et retour en Coupe Nor-Am pour la skieuse. 

Première victoire pour Petra Vlhova

L'ex-championne du monde chez les juniors, Petra Vlhova, a profité de l'absence de Mikaela Shiffrin pour savourer sa première victoire en carrière sur le circuit de la Coupe du monde de ski alpin, dimanche, lors du slalom d'Are. La Slovaque âgée de seulement 20 ans a réalisé d'excellentes performances lors des deux manches pour l'emporter par plus d'une demi-seconde sur la favorite locale, la Suédoise Frida Hansdotter, qui est passée de la cinquième à la deuxième position entre les première et deuxième manches, concédant 0,59 seconde à Vlhova. La Norvégienne Nina Loeseth a terminé troisième, à 0,65. Shiffrin est rentrée aux États-Unis pour se soumettre à une série de tests médicaux au genou droit après avoir été victime d'une chute pendant la période d'échauffement précédant le slalom géant, samedi.  Avec AP

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer