Confronté à l'altitude, Alex Harvey finit 22e

Même s'il se retrouve pour la première fois... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Même s'il se retrouve pour la première fois dans le top 30 pour une course de distance en pas de patin, Alex Harvey s'est dit très déçu de son résultat.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'altitude sert mieux ses cousins français! Confronté à son pire ennemi, samedi dans les hauteurs de Davos, Alex Harvey a pris le 22e rang du 30 km style libre de la Coupe du monde de ski de fond. Mince récompense, il y perçait le top 30 pour une première fois dans une course de distance en pas de patin.

«J'ai toujours eu de la misère en altitude à Davos. Il s'agit quand même d'une amélioration par rapport au passé, mais ce n'est pas à mon goût. Ce que je vise, cette saison, c'est le top 5 à chaque course et aujourd'hui [samedi], j'étais loin de ça», résumait le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges.

Malgré une bonne semaine d'entraînement, Harvey se doutait bien qu'il ne franchirait pas le fil d'arrivée dans le temps espéré de cette course par départ individuel. Au final, il a concédé près de deux minutes (1:59,7) au Norvégien Martin Johnsrud Sundby, vainqueur d'une quatrième épreuve d'affilée. Maurice Magnificat (France) et Anders Gloeersen (Norvège) ont complété le podium. Devon Kershaw (20e) a été le meilleur Canadien.

«Après le premier kilomètre, j'avais déjà les muscles endoloris et alourdis. Je ne suis vraiment pas assez efficace en altitude. Cet été, nos trois camps d'entraînement étaient en altitude, et même si on peut s'améliorer, on dirait qu'il y a certaines choses physiologiques difficiles à changer», constatait Harvey.

La station nordique de Davos pointe à 1600 mètres au-dessus du niveau de la mer. La plupart du temps, les courses se déroulent sous les 1200 m, où les effets sur le corps sont mineurs, explique-t-il.

«En Scandinavie, c'est à zéro... La semaine prochaine, à Toblach [Italie], c'est à 1200 mètres et j'y ai déjà fait un top 5. On dirait qu'entre 1200 et 1600, il y a une coupure qui se fait pour moi. Les Français ont fait 2-5-7 aujourd'hui [samedi], ils vivent en altitude et ça les sert bien. Moi, je m'améliore un petit peu, mais je ne fais pas des pas de géant.»

Un peu en maudit

Athlète fier qui ne cherche jamais de faux-fuyant, Harvey n'était pas moins déçu de son résultat du jour. «Après la course, j'étais un peu en maudit, j'avais l'impression d'avoir juste fait une balade, un entraînement soutenu, sans plus. Techniquement, je skiais bien, mais j'étais incapable de pousser... Au moins, c'est comme ça juste une fois par année!»

Au classement général, Harvey occupe le 11e rang. Dimanche, un sprint style libre est à l'affiche, mais là encore, il ne se berce pas d'illusion. «L'altitude affecte moins le sprint parce que c'est court, c'est plutôt le 30 km de la veille qui rentre dans le corps... Je vais le prendre comme une préparation pour le Tour de ski [début janvier]. Sundby et Northug le feront aussi, mais après un 30 km, c'est dur de scorer sur un sprint.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer