Mondiaux de patinage de vitesse: le bronze pour Dubreuil au 500 m

Laurent Dubreuil... (PHOTO PETER DEJONG, ARCHIVES AP)

Agrandir

Laurent Dubreuil

PHOTO PETER DEJONG, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Laurent Dubreuil n'aura pas raté son rendez-vous avec l'histoire aux Championnats du monde par distances, qui se concluaient à l'ovale d'Heerenveen, aux Pays-Bas, dimanche. Enfilant ses deux meilleures courses à vie sur 500 m, le patineur de Saint-Étienne-de-Lauzon a décroché le bronze, devenant le premier Québécois à monter sur un podium de ces Mondiaux depuis Sylvain Bouchard, il y a 17 ans.

Confronté à l'éventuel gagnant de l'épreuve lors du premier 500 m, l'intouchable Russe Pavel Kulizhnikov, Dubreuil a d'abord concrétisé un temps de 34,971 s, qui le plaçait en sixième position. Opposé au champion olympique de Vancouver, le Coréen Tae-Bum Mo, lors de la deuxième manche, l'athlète de 22 ans a connu un départ canon, retranchant deux dixièmes de secondes (34,723) à son premier chrono de la journée... Un exploit!

«Dans le premier 500 m, je me suis fait torcher! Mais je savais que j'allais me faire battre. Il est intouchable, ce gars-là, en ce moment. Alors, je devais faire ma propre course. C'est sûr que c'est difficile d'exécuter quand tu te fais laver. Par contre, j'ai été capable de faire une course correcte. En fait, c'était ma meilleure course à vie, ma plus vite, avant la deuxième, bien sûr», a commenté Dubreuil, d'entrée de jeu.

Lorsqu'il a pris son deuxième départ, l'ancien champion du monde junior était convaincu de pouvoir améliorer son temps. Mais encore fallait-il pouvoir exécuter!

«Je savais que j'avais un meilleur temps dans les jambes, que j'avais laissé un ou deux centièmes sur la glace à ma première course. Mais à ma deuxième course, je n'aurais pas pu faire mieux. C'est la course d'une vie, jusqu'à présent! J'ai tout exécuté comme je le désirais. Mes poussées étaient dans la glace et j'ai vraiment été capable de performer comme je le souhaitais», a-t-il fait savoir.

Excellent départ

L'affaire avait été bien lancée, puisque Dubreuil réalisait alors son meilleur départ en carrière, avec un chrono de 9,59 s, soit 0,07 s de mieux que Mo, pourtant réputé pour être excellent en ouverture.

«J'avais fait ça une seule fois avant, l'année passée, sur une glace plus rapide, à Calgary. Et je n'étais pas passé proche de faire ça, cette année. J'ai eu de bons premiers pas, mais après ça, j'ai vraiment été capable de m'écraser, de patiner bas et de pousser dans la glace. Ça paraît simple comme ça, mais on s'entraîne plusieurs fois par semaine pour pousser dans la glace le plus fort qu'on peut. Aujourd'hui [dimanche], je le sentais que mes poussées étaient vraiment meilleures que d'habitude», a-t-il indiqué.

Avec cette troisième place, Dubreuil est devenu le premier Canadien à monter sur un podium des Mondiaux par distances depuis Jeremy Wotherspoon, au Japon, en 2008. Il n'aurait toutefois jamais cru qu'il lui aurait fallu trois ans pour y parvenir.

«On essaie toujours le plus fort qu'on peut comme athlète. Des fois, ça marche, des fois, ça ne marche pas. Si on m'avait posé la question à 19 ans, j'aurais répondu que j'allais faire un podium à 20 ans. Parce que j'étais champion du monde junior, je me sentais invincible. [...] D'un certain point de vue, ç'a été plus long que ce que j'aurais prévu, mais d'un autre point de vue, ma progression a été excellente. Et à 22 ans, j'ai encore beaucoup d'années devant moi pour non seulement essayer de répéter, mais aussi de m'améliorer.»

Outre Kulizhnikov (68,931) et Dubreuil (69,694), le Néerlandais Michel Mulder est également monté sur le podium de l'épreuve, décrochant une médaille d'argent, grâce à un cumulatif de 69,622.

Direction Kazakhstan!

Sa médaille de bronze des Mondiaux par distances en poche, Laurent Dubreuil met maintenant le cap sur le Kazakhstan, où seront disputés les Mondiaux sprint, du 28 février au 1er mars.

Là-bas, le patineur de Saint-Étienne-de-Lauzon devrait prendre part aux épreuves du 500 m et du 1000 m, une distance sur laquelle il avait fait l'impasse à la Coupe du monde d'Heerenveen, la semaine dernière, en raison de maux de dos.

«Aujourd'hui [dimanche], je me suis vraiment prouvé que j'étais capable de faire deux courses dans une journée, même une deuxième très bonne course. Ça montre que le dos est sous contrôle, que ça n'a pas affecté ma course d'aujourd'hui [dimanche] et que ça ne devrait pas l'affecter dans deux semaines non plus», a indiqué l'athlète de 22 ans, dimanche.

Sa présence en piste pour les deux épreuves n'est pas garante pour autant d'un autre podium, estime le patineur, qui obtient de meilleurs résultats au 500 m qu'au 1000 m, même s'il préfère cette dernière distance.

«Le Mondial sprint, c'est sur deux jours et on n'enlève pas la pire course. C'est le combiné des deux journées qui déclare le vainqueur. [...] Pour moi, le 1000 m, c'est toujours un petit peu plus difficile. Je suis un spécialiste de 500 m. Je ne pense donc pas avoir des chances de médailles, mais j'ai quand même des grosses attentes pour cette compétition-là et j'ai très hâte d'y être», a-t-il fait savoir.

Peu importe ses résultats, la saison de Laurent Dubreuil peut déjà être, avec sa médaille de bronze aux Mondiaux par distance, qualifiée de réussie, estime son père Robert. «C'est sûr qu'avec cette médaille, sa saison est un succès total. Maintenant, il peut viser la prochaine coche, qui serait de gagner une course.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer