Dubreuil termine sixième, tout près du podium

Alors qu'il s'entraînait à -30 0C à Québec... (Photo AP, Peter Dejong)

Agrandir

Alors qu'il s'entraînait à -30 0C à Québec la semaine dernière, Laurent Dubreuil a bien effectué la transition vers l'intérieur en terminant tout près du podium, samedi à Heerenveen aux Pays-Bas.

Photo AP, Peter Dejong

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) En considérant qu'il s'entraînait à -30 0C à l'anneau de glace Gaétan-Boucher, la semaine dernière, la sixième position obtenue samedi matin à l'épreuve du 500 mètres de la Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste d'Heerenveen avait quelque chose de réconfortant pour Laurent Dubreuil.

Le patineur de Lévis retournait sur le circuit mondial après une pause de deux mois. Il a obtenu un temps de 35,21 secondes, terminant à 28centièmes de seconde de son rival de couloir Pavel Kulizhnikov (Russie), vainqueur du jour et meneur au classement général.

«Ça n'a pas été ma meilleure course, mais finir sixième à un dixième [de seconde] d'une médaille, ça n'a pas été un désastre non plus. J'étais très rouillé, il y a longtemps que je n'avais pas fait de course. À une semaine des Mondiaux [par distances], ça pourrait être pire et ça me positionne bien», expliquait-il de sa chambre d'hôtel aux Pays-Bas.

L'auteur de quatre podiums consécutifs avant les fêtes constatait que les chronos étaient un peu moins rapides que ceux des deux dernières étapes de la Coupe du monde. Par contre, le détenteur de la deuxième position au cumulatif de la distance pouvait tracer un parallèle entre cette course et son début de saison, en novembre.

«La semaine dernière, je patinais à -30 0C à Québec. Parmi les autres gars du top 10, aucun ne s'entraîne dehors, on est pas mal les seuls à le faire. Si on regarde mes résultats à l'automne où j'ai fini 6-8-7-3-2-3-3-4, ce n'est pas surprenant que mes trois pires courses aient été les trois premières. Passer de l'extérieur à l'intérieur, ça demande une certaine adaptation et c'est ce que je revis, présentement. Je ne suis pas en train de me plaindre ni de chercher d'excuse, car je n'ai pas l'impression d'avoir à m'excuser d'une sixième place. Mais on n'a pas le choix, il faut en tenir compte. Je vois cela positivement: si je fais sixième après quelques jours à l'intérieur, je suis convaincu d'avoir plus à donner la semaine prochaine, quand ça comptera», analysait-il.

Pas de 1000 m

Une autre course de 500 m est à l'affiche aujourd'hui, en conclusion de la Coupe du monde disputée sur le même ovale d'Heerenveen, où les Mondiaux par distance auront lieu, la fin de semaine prochaine. Dubreuil a toutefois renoncé à tenter sa chance à l'épreuve de 1000 m en raison de maux de dos.

«Il s'agit d'un gros sacrifice parce que le 1000 est ma distance préférée, même si je suis excessivement meilleur au 500. Ça me déçoit d'y renoncer, mais c'est une sage décision. Je veux me réserver pour le 500», confiait le patineur de 22 ans.

Alex Boisvert-Lacroix, un patineur de Sherbrooke basé au Centre national de Québec, a remporté la course de 500 m du groupe B en 35,37, ce qui lui permet d'accéder au groupe A, aujourd'hui, et d'obtenir son billet pour la finale de la Coupe du monde à Erfurt, en Allemagne, les 21 et 22 mars.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer