Une médaille d'argent pour Philippe Marquis en Autriche

Philippe Marquis, de Québec, célèbre sa deuxième place... (AP, Darko Bandic)

Agrandir

Philippe Marquis, de Québec, célèbre sa deuxième place à l'épreuve de bosses en parallèle des Championnats du monde de ski acrobatique, lundi à Kreischberg, en Autriche.

AP, Darko Bandic

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les Québécois Mikaël Kingsbury, Philippe Marquis et Marc-Antoine Gagnon ont, dans l'ordre, balayé l'épreuve des bosses en parallèle des Championnats mondiaux de ski acrobatique de Kreischberg, en Autriche, lundi, réalisant le premier triplé canadien de l'histoire. Une seule autre nation a accompli pareil exploit, soit la Finlande, en simple, il y a 16 ans.

Vice-champion de l'épreuve, le bosseur de Québec Philippe Marquis, actuel détenteur du deuxième rang du Grand Prix, a dû coiffer son compatriote Gagnon en demi-finale avant de s'incliner en grande finale contre un autre Québécois, Mikaël Kingsbury. Le premier des deux duels a été particulièrement chaud.

«Je m'attendais à un duel comme ça avec Marc-Antoine, parce qu'il y a deux ans exactement, je l'ai battu ici même, à Kreischberg. Je savais que lui, il s'en souvenait très bien et je m'en souvenais très bien moi aussi. Et avec sa cinquième place en simple d'hier [dimanche], Marc était un peu dans le même état d'esprit que moi. On voulait se reprendre tous les deux. Tout était aligné pour que ce soit un duel de titans», a estimé Marquis, qui avait quant à lui pris le sixième rang de l'épreuve individuelle, dimanche.

Des descentes quasi-similaires de la part de Gagnon et de Marquis, tous deux affamés, ont mené à un pointage serré de 18-17 en faveur du deuxième, ce qui lui a permis de passer à la grande finale. De son côté, Gagnon a été relégué à la finale consolation, remportée aux dépens de l'Américain Sho Kashima. Ce dernier est sorti de piste en haut de parcours, confirmant du coup la médaille de bronze du Québécois et le triplé canadien. Gagnon a célébré sa victoire au deuxième tremplin, levant le poing en signe de victoire plutôt qu'en effectuant son saut.

«Un moment donné, du coin de l'oeil, j'ai vu qu'il [Kashima] avait failli me rentrer dedans. J'ai été capable de l'éviter. Je savais que si je me rendais en bas, qu'on allait ramasser le podium. J'étais vraiment content. Je voulais juste me rendre en bas. Je n'ai pas fait de saut, j'ai juste levé le poing dans les airs. J'étais content!» a-t-il répété.

«Un bon spectacle»

Ne restait plus qu'à déterminer dans quel ordre Kingsbury ou Marquis monteraient sur les deux premières marches du podium, au terme de la grande finale. Impeccable toute la journée, Kingsbury, qui avait concédé la médaille d'or à Alex Bilodeau dans des circonstances semblables en 2013, était déterminé à ajouter un premier titre en parallèle à son palmarès.

«Je n'ai pas fait d'erreur, lui non plus. Ç'a été vraiment un bon spectacle. Tous les deux, on a vraiment tout donné. C'était vraiment le fun, l'ambiance, avant de partir, quand on a appris que Marc-Antoine était troisième. Nous, il fallait juste se concentrer sur nos performances, mais une fois qu'on a traversé la ligne, c'était vraiment le party!» a lancé Kingsbury, dont la technique impeccable dans les bosses a fait la différence.

Dixième au terme des qualifications, Simon Pouliot-Cavanagh (11e), de L'Ancienne-Lorette, a vu sa compétition prendre fin en huitième de finale, où il a été éliminé par l'Américain Thomas Rowley.

Triplé historique

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer