Surf des neiges: Stoneham et Québec boudées

En 2013, le médaillé de bronze en slopestyle... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

En 2013, le médaillé de bronze en slopestyle aux derniers Jeux olympiques, Mark McMorris, était à Stoneham pour les Championnats du monde, terminant deuxième en slopestyle. À l'instar de plusieurs autres gros noms, le Canadien fera l'impasse sur la Coupe du monde, qui se déroulera à Québec du 19 au 22 février.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Les têtes d'affiche se feront rares cette année à la Coupe du monde de surf des neiges de Stoneham et Québec. Pas de Sébastien Toutant, de Maxence Parrot, de Mark McMorris ou même de Dominique Maltais ou de Jasey-Jay Anderson.

Et on ne parle surtout pas d'une vedette intergalactique comme Shaun White, qui n'a jamais posé sa planche sur la neige québécoise. Sûr qu'il ne le fera pas encore cette année, puisque l'Américain roux de 28 ans présente sa propre compétition de big air au même moment à Los Angeles, plus précisément au Rose Bowl de Pasadena.

C'est dans cet immense stade qu'ont rendez-vous les meilleurs planchistes au monde pour le troisième Air and Style de la saison, après Pékin (Chine), en décembre, et Innsbruck (Autriche), la semaine prochaine.

Les Québécois Toutant, de L'Assomption, Parrot, de Bromont, et Antoine Truchon, de Sainte-Adèle, font partie de ce groupe d'élite trié sur le volet. Tout comme le Saskatchewanais McMorris, médaillé de bronze en slopestyle aux derniers Jeux olympiques.

L'an dernier, trois semaines avant Sotchi, Parrot était venu chez nous gagner l'or au slopestyle et finir quatrième au big air. Truchon, qui n'est pas allé aux Jeux, obtenait pour sa part la médaille de bronze au big air. McMorris était ici en 2013 pour les Championnats du monde, terminant deuxième en slopestyle.

Outre le prestige, le temps chaud et les concerts de rock, l'événement californien met 120 000 $ (100 000 $US) en jeu. En Coupe du monde, une épreuve de big air comme celle du 20 février prochain à l'îlot Fleurie paye un grand total de 30 000 $ (25 000 francs suisses).

Une croix sur le cross et l'alpin

Quant aux volets cross et alpin, les organisateurs de l'étape de Québec y avaient déjà mis fin l'an dernier. On se concentre sur les acrobaties du style libre avec l'intention d'adjoindre les mêmes épreuves en ski bientôt. Comme c'est déjà le cas dans plusieurs des plus grandes compétitions, telles X Games et Air and Style.

Donc pas de Maltais, gloire charlevoisienne de la descente à six, vice-championne olympique et quadruple détentrice du titre de saison de Coupe du monde. Ni d'Anderson, l'insubmersible vétéran de bientôt 40 ans qui avait triomphé à l'épreuve olympique de slalom géant parallèle à Vancouver, en 2010.

McMorris et Maltais sont les deux seuls planchistes canadiens médaillés à Sotchi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer