Mondiaux juniors de ski alpin: objectif Coupe du monde, hiver 2015

Nicolas Racine et Henrick Simard, les coprésidents du... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Nicolas Racine et Henrick Simard, les coprésidents du comité organisateur des Championnats du monde juniors de ski alpin, croient possible de tenir une étape de la Coupe du monde d'ici deux ans.

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Les organisateurs des Championnats du monde juniors de ski alpin sont prêts à passer à l'échelon supérieur. La tenue d'une étape de Coupe du monde est dans leur mire, dans deux ans.

«On ne prend pas notre retraite! Il y a une fenêtre qui s'ouvre pour 2015», dévoile Nicolas Racine, coprésident du comité organisateur avec Henrick Simard. La tenue des Championnats du monde seniors à Vail et Beaver Creek, au Colorado, du 2 au 15 février 2015, ouvre grand la porte à présenter des épreuves de ce côté-ci de l'Atlantique la semaine précédente ou la suivante.

«La Fédération internationale de ski [FIS] a la volonté de tenir une Coupe du monde dans l'est de l'Amérique du Nord, explique Racine. Mais il y a déjà Lake Louise [en Alberta, fin novembre] et ils veulent demeurer en Europe pour le reste de la saison. Sauf qu'ici, il n'y a pas de neige, fin novembre ou début décembre.»

De là l'occasion à saisir, fin janvier ou fin février 2015. «Notre prochain objectif est d'essayer un événement supérieur aux Championnats du monde juniors, et ça, c'est la Coupe du monde. On embarque là-dessus!» confirme Simard.

Seul représentant canadien au sein du conseil d'administration de la FIS, Patrick Smith a passé quelques jours au Mont-Sainte-Anne et au Massif, durant les Mondiaux juniors. Racine et Simard l'ont dit très heureux de ce qu'il a vu. «On a livré l'événement le plus parfait possible dans nos moyens», estime le duo.

Les Mondiaux juniors impliquaient un budget de 1 million $. Les coprésidents évaluent à trois fois plus l'argent nécessaire pour organiser une étape de Coupe du monde senior, qui dure la moitié moins longtemps. Entrent en compte des plus gros commanditaires et des droits de télévision. Avec le Massif et le Mont-Sainte-Anne, Québec peut accueillir toutes les disciplines, sauf la descente masculine.

Malgré la neige

Pour le reste, l'organisation est parvenue à présenter les huit épreuves des Mondiaux juniors dans les temps impartis. Malgré deux journées de chutes de neige abondantes mercredi et jeudi derniers - 84 cm au Massif ! - et le report de deux descentes d'entraînement masculines. On a même retranché une journée de courses au programme, celle d'aujourd'hui, par crainte d'une nouvelle tempête.

«On a réussi ça parce que les pistes avaient été très bien préparées avant par les stations. Il a ainsi été possible d'enlever la neige et de revenir à des parcours de grande qualité», fait valoir Simard. «Les deux montagnes ont démontré leur capacité à recevoir des événements de top qualité», renchérit son acolyte Racine.

«Les gens de la FIS disent que nous avons été l'une des meilleures places où se sont déroulés les Championnats du monde juniors au cours des 10 dernières années», se réjouissent-ils. La même association Massif-MSA avait été adoptée lors des Mondiaux juniors de 2006, aussi à Québec. En 2000, Sainte-Anne avait reçu les épreuves de vitesse, Stoneham le slalom géant et Le Relais, le slalom.

Les Championnats du monde juniors de ski alpin auront lieu à Jasna, en Slovaquie, l'an prochain.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer