Slalom géant parallèle: débandade canadienne

L'Autrichien Benjamin Karl et l'Allemande Isabella Laboeck (photo)... (Photo Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'Autrichien Benjamin Karl et l'Allemande Isabella Laboeck (photo) ont remporté la compétition.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Partager

(Stoneham) Les Canadiens ont fait patate, vendredi, au slalom géant parallèle des Championnats du monde de planche à neige. Aucun des huit n'a atteint la ronde finale dans le tracé de Stoneham. Pas plus Jasey-Jay Anderson, champion olympique en titre et deux fois champion du monde de la discipline, que Caroline Calvé, forte d'un podium en Coupe du monde avant les Fêtes.

Avec quatre des six épreuves des Mondiaux déjà en boîte, le pays hôte ne compte que deux médailles au compteur. Gagnées par Spencer O'Brien et Mark McMorris, en slopestyle, il y a huit jours. La récolte n'a même pas failli s'enrichir, vendredi. Personne n'a intégré le cercle des 16 finalistes, hommes comme femmes. L'Autrichien Benjamin Karl et l'Allemande Isabella Laböck ont remporté la compétition.

«Il n'en manquait pas beaucoup, mais il en manquait», a constaté Anderson, vétéran de 37 ans de Mont-Tremblant qui en est à ses septièmes Championnats du monde de la Fédération internationale de ski (FIS). Il en avait ramené quatre médailles d'or. Pas cette fois, alors qu'il a terminé 20e en un temps combiné de 1 min 21,48 s, à 60 centièmes de seconde d'une place en ronde des 16.

Selon lui, il manquait un millimètre. Une plaque de fixation de ses bottes plus mince d'un millimètre, cinq au lieu de six, lui aurait permis de passer en huitièmes de finale. «C'est une question d'équipement, comme toujours. C'était proche, mais pas assez», a regretté celui qui conçoit et fabrique lui-même son équipement en association avec un ami.

Cet ami lui a confectionné une plaque à la dernière minute. Mercredi, Anderson a brisé celle qu'il espérait utiliser en course. Le planchiste a reçu le morceau la veille de l'épreuve, jeudi soir.

Anderson estime qu'avec «deux jours de plus», il aurait réussi à apporter les ajustements nécessaires pour avoir du succès. «Des petits changements font d'énormes différences. C'est des micro-ajustements. Mais c'est dommage, parce que j'avais des grands espoirs.» Pas beaucoup de temps non plus pour ajuster ses flûtes en vue du slalom parallèle de demain, qui demande une toute autre planche.

Déception

De son côté, Calvé rageait de s'être accrochée dans un virage. Erreur qui l'a reléguée 34e. «C'est quoi le plus déçue que je peux être? Je suis super déçue», a attesté l'athlète de 34 ans originaire d'Aylmer et résidante de Lachine. «Mais ça fait partie de la game! On en perd plus qu'on en gagne, dans une carrière.»

Le géant est sa discipline de prédilection. Là où elle a obtenu ses trois podiums en Coupe du monde et sa seule victoire. «Et c'est encore plus décevant parce que c'est chez nous, en plus que c'est les Championnats du monde», a-t-elle ajouté, avec la moue.

L'autre Québécoise en lice, Ariane Lavigne, 28 ans, de Montréal, n'a pu faire mieux que 38e sur 46. L'Albertaine Ekatarina Zavialova (24e) a été la meilleure Canadienne, devant l'Ontarienne Marianne Leeson (31e).

Côté masculin, Matthew Morison (19e) a terminé juste devant Anderson, tandis que Michael Lambert (32e) et Steve Barlow (37e) étaient aussi du rendez-vous réunissant 55 concurrents. Les trois viennent de l'Ontario.

Et de quatre pour Karl

Benjamin Karl n'avait pas gagné depuis 13 mois. Mais la tenue des Mondiaux à Stoneham ne pouvait que lui être bénéfique. Le vice-champion olympique a porté à quatre son nombre de titres de champion du monde et à cinq ses victoires chez nous. «J'ai eu une excellente préparation au Relais la semaine dernière [en Coupe nord-américaine], sur la même neige. J'aime tellement ça qu'aujourd'hui [vendredi], j'ai fait cinq ou six descentes juste pour le plaisir», a expliqué celui qui espère répéter son doublé d'il y a deux ans. À La Molina, il avait triomphé en slalom géant parallèle et en slalom parallèle.

L'Italien Roland Fischnaller et le Russe Vic Wild l'ont accompagné à la remise des médailles. Fischnaller était heureux de sa deuxième place, son meilleur résultat à la fois en Championnats du monde et à Stoneham. En vue des Jeux olympiques, l'an prochain, il prépare ce printemps un voyage à vélo de 3200 km en trois semaines qui le mènera de son village de Funes, dans les Dolomites italiennes, à Sotchi, en Russie. Chez les femmes, Isabella Laböck et Amelie Kober ont raflé l'or et le bronze, l'Autrichienne Julia Dujmovits brisant le monopole allemand sur le podium. Première victoire sur la scène mondiale pour Laböck. 

---

>> Les Euros ont eu peur

L'entreprise organisatrice Gestev et la Fédération internationale de ski voulaient innover pour les Mondiaux en ajoutant un saut à mi-parcours des épreuves alpines. Le refus des planchistes européens a fait dérailler le projet. «Les Euros ne l'admettront pas, mais ils avaient trop peur. Il y a juste les Canadiens et les Autrichiens qui ont voté pour», a révélé le Canadien Michael Lambert, au terme des qualifications matinales. «Le monde aurait peut-être voulu regarder notre sport!» s'est exclamé Lambert, désappointé du conservatisme de ses collègues. Il réalise pleinement que la planche alpine doit se réinventer un peu si elle veut attirer public et commanditaires, comme ses consoeurs acrobatiques. Les gens de Gestev s'avouent déçus de la fermeture des concurrents à leur créativité.

>> Le bal des transfuges

Les transfuges ne sont plus rares dans le sport d'élite. Comptez le Russe Vic Wild (photo), troisième du slalom géant parallèle de vendredi. Originaire de l'État de Washington, l'Américain de 26 ans a marié une Russe et s'est installé à Moscou, l'été dernier. «L'équipe russe est beaucoup plus professionnelle que ce que j'avais avant [aux États-Unis]. Maintenant, mon boulot est vraiment d'essayer de gagner des médailles.» Les Jeux olympiques ont lieu en Russie, l'hiver prochain. Fort de ses racines écossaises, le Québécois Adam McLeish (22e) planche pour la Grande-Bretagne depuis 2008, même s'il habite à Lachine. Il est l'amoureux de Caroline Calvé. Le Philippin Ryan Espiritu (54e) est aussi un ancien Canadien qui habite Vancouver.

>> Les coûts du froid

Le froid coûte cher aux organisateurs des Mondiaux, depuis 10 jours. Plusieurs ouvriers spécialisés doivent allonger leurs quarts de travail, pour s'occuper davantage des parcours ou remplacer des affiches publicitaires craquées. Une gaine de fils de caméra télé a même déchiré à force de geler. De quoi faire accepter l'offre d'organiser une Coupe du monde de vélo de montagne au Mexique! Gestev l'avait fait à Mazatlan, en 2000, et le même promoteur est revenu à la charge vendredi matin pour une nouvelle étape à venir. Tentant... Jasey-Jay Anderson a beau fabriquer ses planches, sa capacité de produire est limitée. «Je ne suis pas Bombardier. Je n'ai pas 20 ingénieurs», insiste le patron de Jasey-Jay Snowboards. La Québécoise Ariane Lavigne (38e) et la Slovène Gloria Kotnik (33e) chaussent aussi ses planches.

---

Horaire

Aujourd'hui  (Stoneham)

Snowboardcross : 11h-12h40 FINALES hommes et femmes

Demain

9h-11h  Slalom parallèle. : Qualifications hommes et femmes

13h-15h  Slalom parallèle : FINALES hommes et femmes

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer