Yannis Roy: un Haïtien sur la neige

Yannis Roy... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Yannis Roy

Le Soleil, Yan Doublet

Partager

(Québec) Des 46 pays représentés aux Championnats du monde de planche à neige, le plus surprenant est sans doute Haïti. L'Haïtien en question n'a toutefois jamais mis les pieds en Haïti. Et à peine quelques fois sur sa planche!

Yannis Roy est Français. L'ingénieur informatique de 25 ans habite Sevran, banlieue nord-est de Paris, quartier pauvre «où on brûle des voitures. Mais ce n'est rien comparé à ce que vivent les Haïtiens tous les jours», insiste celui dont le père a quitté l'île à cinq ans. Jusqu'à l'an dernier, Yannis allait à la montagne une semaine par année.

Son oncle, Jean-Pierre Roy, est fondateur et président de la Fédération haïtienne de ski. Il a pris part aux Championnats du monde de ski en 2011. Il a fini dernier au slalom (78e) et au slalom géant (127e). Le grand-papa de 49 ans y retournera en février, à Schladming, en Autriche.

De là l'idée du neveu de faire de même en planche. «Quand les gens pensent à Haïti, on ne veut pas qu'ils pensent juste aux morts du séisme, au choléra et à la corruption. On veut aussi qu'ils y pensent avec un sourire. On veut envoyer une image positive du pays, passer un message d'espoir», fait-il valoir.

Roy roule sur une planche reçue en cadeau à son anniversaire de 18 ans. Il a pris le départ de sa première compétition à vie il y a 12 jours, en Coupe d'Europe, à Puy-Saint-Vincent. Il a terminé 97e sur 103 et s'est blessé aux côtes. Au premier entraînement dans le parcours de Stoneham, mercredi matin, il a eu «la peur de ma vie». Est tombé cinq ou six fois. De franchir l'arrivée en un morceau relèvera de l'exploit, lors des qualifications d'aujourd'hui. «Je ne suis absolument pas de niveau d'un Championnat du monde», admet-il sans gêne.

À Stoneham, l'équipe nationale haïtienne compte quatre membres : le planchiste, son oncle président de fédé, ainsi que deux amis Français kinésithérapeute et entraîneur-préparateur. Ils ont tous payé le voyage de leurs poches, environ 2000 $ chacun.

La Fédé haïtienne de ski compte un troisième membre, le skieur Benoît Etoc. Le seul critère de sélection pour des Mondiaux de la FIS est un maximum de quatre athlètes par pays, par épreuve. Une tout autre histoire aux Jeux olympiques, où un standard de performance minimale est exigé de chaque concurrent.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer