Mondiaux de planche à neige: Tonteri champion du big air malgré l'amertume

Roope Tonteri (au centre), 20 ans, de Finlande,... (Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Roope Tonteri (au centre), 20 ans, de Finlande, s'est classé loin devant le Suédois Niklas Mattsson et le Belge Seppe Smits, médaillés d'argent et de bronze.

Le Soleil, Steve Deschênes

Partager

Sur le même thème

(Québec) La fusée finlandaise n'a pas apprécié la rampe de lancement qui l'expédiait du sommet de la côte d'Abraham au parterre de l'îlot Fleurie, samedi soir. Roope Tonteri ne s'est quand même pas gêné pour remplir sa planche à neige à ras bord d'un carburant dont lui seul avait le secret. Il a remporté le big air des Championnats du monde et une deuxième médaille d'or en deux jours. Le héros local Michaël Roy s'est illustré avec une cinquième place.

Michaël Roy a atteint l'objectif ambitieux qu'il avait établi,... (Photo Le Soleil, Steve Deschênes) - image 1.0

Agrandir

Michaël Roy a atteint l'objectif ambitieux qu'il avait établi, dans des conditions météorologiques très difficiles sur la piste aménagée à l'Îlot fleurie, dans la basse-ville de Québec.

Photo Le Soleil, Steve Deschênes

«Je n'ai pas aimé le tremplin. C'était comme un quart-de-lune. Mais je ne suis pas inquiet, je suis sûr qu'ils vont l'améliorer pour l'an prochain», a fait valoir Tonteri, champion de peu de mots pour une deuxième journée consécutive. Vendredi midi, à la station Stoneham, il avait triomphé à l'épreuve du slopestyle, descente acrobatique sur cinq modules.

Le Finlandais de 20 ans explique aussi que comme il n'avait pas profité de la séance d'entraînement mise à sa disposition jeudi, soir de grand froid, il n'avait pas trop planifié sa prestation. «Je suis resté conservateur pour m'assurer de bien atterrir mes manoeuvres», affirme-t-il simplement. À son avis, la pointe du saut était trop relevée, limitant la vitesse et le temps passé en l'air.

Seul le premier de ses trois sauts a été raté. Sinon, les juges ont décerné les plus hautes notes de la compétition à ses deux autres essais, 94,00 et 94,50 points, pour un total de 188,50. Loin devant le Suédois Niklas Mattsson (177,75) et le Belge Seppe Smits (149,50), médaillés d'argent et de bronze. Smits était double champion du monde en titre (2011 et 2009).

Dans la neige et le vent, chacun des 12 finalistes s'est exécuté trois fois. On additionne les deux meilleurs pointages, obligatoirement des manoeuvres différentes. Québec présente une épreuve de big air de snowboard dans ce décor autoroutier depuis cinq ans. Cette fois devant une foule plus clairsemée que par le passé.

Belle récompense pour Roy

Chaque année, un planchiste local réussit à se hisser parmi les meilleurs. Michaël Roy, 19 ans, de L'Ange-Gardien, a obtenu son meilleur résultat en carrière internationale avec une cinquième position (129,00).

«Courir chez nous, c'est ma récompense. Ça permet à ma famille de voir ce que je fais», se réjouit celui qui avait fini 32e au même endroit, mais en Coupe du monde, l'an dernier. Précisons que 23 des 37 inscrits à ces Mondiaux ont pris le départ.

Roy descend le tremplin de 40 mètres de hauteur et 110 mètres de longueur avec ses écouteurs enfoncés dans les oreilles, musique techno à fond la caisse. «Ça me permet d'oublier ce qui pourrait arriver. Je suis le genre de gars à penser que je peux tomber», admet-il, lui dont le meilleur saut et seul bien atterri a été le premier. Un backside double cork 1080, soit un double saut désaxé avec triple rotation amorcé de dos.

Le favori restait Mark McMorris, natif de Regina vainqueur du big air aux derniers X Games. Il n'a pu faire mieux que 126,50 et sixième. «Je ne sais pas ce qui s'est passé. Le vent causait un peu de problème, mais j'aurais dû mieux faire», avoue McMorris.

La pression d'être à la maison, au Canada? «Je suis loin de chez moi!» rétorque l'étoile de 19 ans, heureux de prendre la route d'Aspen en santé pour aller défendre ses deux titres des X Games, la semaine prochaine.

Plus tôt dans la journée, à Stoneham, les qualifications de demi-lune ont permis aux Canadiens Brad Martin et Alexandra Duckworth d'accéder à la ronde demi-finale, dimanche matin.

Parrot empoche 25 000 $ à Davos

On se demandait plus tôt cette semaine pourquoi des gars comme Sébastien Toutant, Maxence Parrot et Antoine Truchon n'étaient pas aux Championnats du monde FIS de planche à neige, dans leur cour arrière, à Québec. Ils préféraient aller à Davos, en Suisse, pour une étape de big air du circuit professionnel TTR. Circuit parallèle et concurrent à la Coupe du monde de la Fédération internationale de ski (FIS), qui elle s'arrête chaque année à Québec depuis 1997.

Parrot, 18 ans, de Bromont, a prouvé son point en remportant la première place et le chèque de 25 000 $ qui vient avec elle, samedi, grâce à un triple cork 1440 (triple saut désaxé avec quadruple rotation). Une manoeuvre que maîtrise aussi le Saskatchewanais Mark McMorris, sixième samedi à Québec. Mais McMorris ne l'a même pas tenté, puisque l'angle trop prononcé du tremplin empêchait une telle prouesse au-dessus de l'îlot Fleurie. Le vainqueur ici, le Finlandais Roope Tonteri, a encaissé 12 000 $ pour sa victoire.

Truchon avait gagné le Big Air de Québec l'an dernier, Toutant l'année précédente. Toutant avait aussi triomphé au O'Neill Evolution de Davos, en 2011. Hier, le planchiste de 20 ans de L'Assomption a été éliminé en demi-finale. Tout comme Truchon, 22 ans, de Sainte-Adèle.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer