Coupe du monde de ski de fond: combo Québec-New York pour 2016?

Patrice Drouin est le président de Gestev, ... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Patrice Drouin est le président de Gestev, entreprise organisatrice du Sprint Québec de ski de fond, mais aussi du Red Bull Crashed Ice et du Big Air urbain de planche à neige. Il rêve de ski de fond au coeur de la Grosse Pomme ou encore de Boston.

Le Soleil, Yan Doublet

Partager

(Québec) Le représentant de la Fédération internationale de ski (FIS) était «un homme heureux», dimanche, au terme de la Coupe du monde de sprint tenue à Québec. Mais le bonheur coûte cher. Les bonzes internationaux du ski de fond souhaitent plus de rendement sur leur investissement. La prochaine fois, en février 2016, ils veulent débarquer dans l'est de l'Amérique du Nord pour deux événements plutôt qu'un seul.

Patrice Drouin propose New York. Il est président de Gestev, entreprise organisatrice du Sprint Québec de ski de fond, mais aussi du Red Bull Crashed Ice et du Big Air urbain de planche à neige. L'un des grands idéateurs et promoteurs du sport-spectacle au centre-ville de Québec.

Il rêve d'installations comme celles qu'on finit de démonter lundi devant le parlement, mais au coeur de la Grosse Pomme. Ça pourrait aussi être Boston. «Tant qu'à y être, il faut penser gros», pousse son associée et vice-présidente, Chantal Lachance.

Pour l'instant, les seuls liens avec les États-Unis sont avec la fédération américaine de ski de fond. Aucun organisateur n'a encore levé la main au sud de la frontière. Le projet est embryonnaire. Rien n'empêcherait Gestev, compagnie basée à Beaupré, d'aller organiser un sprint urbain chez l'Oncle Sam.

Le duo Drouin-Lachance revient à peine de Niagara Falls. Le 1er décembre, leur équipe y a coordonné une toute nouvelle manche de patin à glace de descente, le Crashed Ice. Avec succès.

Responsables de la Coupe du monde de vélo de montagne du Mont-Sainte-Anne depuis 20 ans, ils ont déjà organisé du vélo de montagne au Vermont, dans l'Ouest canadien, au Mexique, en Suède et même en Australie. «Il n'y a rien qui nous empêcherait de faire pareil pour le ski de fond», reconnaissent les deux partenaires.

En plus de refaire un sprint urbain ici et des épreuves de distances au Mont-Sainte-Anne, question d'offrir une Coupe du monde complète, la prochaine fois. La FIS a réservé une place dans son calendrier de la saison 2015-2016, à la page de février. Le retour de la Coupe du monde de ski de fond chez nous avant cette date s'avère hautement improbable.

Le temps de mettre en place un combo sur la côte Est. Car le transport transatlantique de tout ce beau monde et de leur équipement coûte un bras. L'absence de plusieurs têtes d'affiche mondiales, les Petter Northug et Dario Cologna de ce monde, n'est pas étrangère non plus au fait que ce ne soit qu'une petite vite en Amérique.

Avec Canmore, en Alberta, dans l'Ouest, et qui sait, peut-être, une quatrième escale plus près du Pacifique, comme Whistler ou Salt Lake City, le déplacement en Amérique en vaudrait davantage la peine. «La FIS vise ce genre de progression en Amérique pour 2016», résume Drouin.

«Organisation technique parfaite»

Directeur des courses de ski de fond à la FIS, Pierre Mignerey assure que son «feedback professionnel au comité de ski de fond sera très positif», au sujet de la première Coupe du monde de sprint en milieu urbain en Amérique.

«L'organisation technique a été parfaite. Et on n'a jamais eu autant de spectateurs à une course de ski de fond, à part aux Championnats du monde d'Oslo, il y a deux ans», se réjouit Mignerey.

Le directeur au développement des affaires de la fédération canadienne de ski de fond, Matthew Jeffries, renchérit. «Plus qu'une course de ski, vous en avez fait un énorme événement. On n'avait jamais vu ça au Canada.»

Gestev estime avoir dépassé son objectif d'attirer 50 000 spectateurs sur la colline parlementaire en trois jours. Une étude de terrain révélera des chiffres plus précis de participation et de retombées économiques dans quelques semaines. Mais le manque de bouteilles promotionnelles de lait au chocolat, dimanche matin, s'avère un bon indicateur.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer