Coupe Sprint Québec: «l'avenir du sport» en ville

Une foule estimée à 20 000  personnes s'est... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Une foule estimée à 20 000  personnes s'est agglutinée vendredi devant le parlement pour assister à la première journée de la Coupe du monde de ski de fond à Québec.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Une foule considérable pour un vendredi après-midi s'était massée, vendredi, dans la bulle hivernale créée devant le parlement. Curieux et amateurs occupaient, les pieds bien ancrés dans la neige, chaque centimètre clôturé du parcours de 850 mètres de la première Coupe du monde de ski de fond tenue dans les rues de la capitale.

Les athlètes ont eu droit aux encouragements bruyants... (Photo Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Les athlètes ont eu droit aux encouragements bruyants des spectateurs.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Sans vouloir donner de chiffres officiels, Patrice Drouin, président et directeur général de Gestev, a estimé à 20 000 le nombre de personnes venues encourager Harvey et sa bande sur la colline parlementaire. «On est très content. Il y a eu du monde toute la journée qui se promenait entre la place George-V, avec la zone familiale, et le site de la course», a-t-il laissé entendre tout juste avant la grande finale masculine.

Selon Dominick Gauthier, ex-skieur acrobatique et fondateur de B2Dix, une entreprise venant en aide au milieu du sport olympique, de tels événements représentent «l'avenir du sport».

«Je le dis depuis longtemps, on n'arrivera jamais à avoir de grosses foules loin des villes, en bas des pistes de ski», a-t-il assuré. «Monsieur, madame Tout-le-monde ne va pas assister à une compétition en montagne, mais vient ici, en ville.»

Donnant en exemple les compétitions de ski acrobatique présentées dans plusieurs centres-villes européens et le Grand Prix Cycliste de Québec, il appelle les différentes fédérations sportives à considérer le plus possible les événements urbains, sans toutefois dénaturer le sport.

«Visibilité incomparable»

«Ça donne une visibilité incomparable pour les athlètes, pour le sport et pour la ville», a lancé l'ancien entraîneur d'Alexandre Bilodeau et de Jennifer Heil en soulignant la couverture exceptionnelle qu'a reçue la Coupe du monde de ski de fond dans l'ensemble des médias québécois tout au long de la semaine.

«Même le ski de fond, qui peut peut-être paraître plate, fait triper tout le monde. Il n'y a personne ici qui s'ennuie du hockey en ce moment», a-t-il insisté pour soutenir son point de vue.

L'ambiance qui régnait sur la colline parlementaire ne le faisait guère mentir. La foule, bruyante lors de chaque passage des coureurs, ne se faisait pas prier pour encourager les athlètes qui ont été nombreux à avouer avoir rarement été accueillis de la sorte.

30 000 personnes espérées

En plus de celui placé à la place George-V, deux écrans géants permettent aux spectateurs de suivre la totalité de l'action. Des images diffusées également dans une soixantaine de pays offrant un point de vue unique sur Québec.

Le succès de cette première journée laisse les organisateurs espérer une foule d'environ 30 000 personnes pour aujourd'hui. Les courses débutant à 10h40, il y a fort à parier que plusieurs amateurs borderont le tracé dès le début de la matinée.

Colline américaine

«Wow! Ç'a été l'une des courses les plus enlevantes de ma carrière. J'ai le sourire accroché au visage. C'est très cool pour nous de courir en Amérique du Nord devant nos amis et la famille... C'est presque comme à la maison», a lancé l'Américaine Kikkan Randall après sa victoire au sprint par équipe.

Les spectateurs présents, vendredi, auront en effet remarqué la quantité impressionnante de drapeaux américains flottant aux abords de la piste. Des étudiants en concentration ski de fond du Vermont sont d'ailleurs arrivés à 9h, vendredi matin, pour être certains d'avoir les meilleures places. Du haut des remparts, ils avaient effectivement un point de vue privilégié sur la course.

Pour sa part, Patty Ross, entraîneure de ski au Collège Middlebury, également au Vermont, a fait la route avec une vingtaine d'élèves pour encourager deux anciens de son programme qui prennent part à la compétition. «On adore Québec. On venait s'entraîner au Mont-Sainte-Anne avant et nous n'allions pas manquer un tel événement aussi près de chez nous», a-t-elle indiqué tout juste avant la finale féminine.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer