Coupe Sprint Québec: «Je suis déçue», dit Crawford

Les duos d'Alysson Marshall (11, Canada 2) et... (Photo Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les duos d'Alysson Marshall (11, Canada 2) et de Chandra Crawford (3, Canada 1) ont respectivement terminé au 19e et au 17e rang du sprint féminin par équipe.

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Partager

Sur le même thème

(Québec) Chanda Crawford avait perdu son éternel sourire. Elle et sa coéquipière Daria Gaiazova venaient d'être sorties dès la première ronde du sprint par équipe de Coupe du monde, en demi-finale. Preneuse du dernier relais, la championne olympique de 2006 au sprint individuel est passée du quatrième au neuvième rang de sa vague dans les derniers 800 mètres.

«Mon dernier tour, grrrrrrrr! Je suis déçue», a commencé l'Albertaine francophile, après la demi-finale, lors de sa sortie de l'aire d'arrivée. Cet effondrement de fin de course a valu à la première unité canadienne féminine le 17e rang au classement de l'épreuve.

Crawford avait terminé troisième dans un sprint urbain par équipe similaire à celui-ci en janvier dernier, à Milan, en compagnie de Perianne Jones. Cette même Jones, malade, que Crawford remplaçait au sein de Canada 1, vendredi, aux côtés de Gaiazova.

«J'étais toute relax, je sentais que j'avais la prochaine vitesse pour le dernier tour, mais tu ne sais jamais vraiment comment est le bateau avant d'aller sur la mer. J'étais vraiment rigide, j'avais les jambes serrées. Je me suis sentie vidée», regrette Crawford, qui a évité la chute de peu dans l'avant-dernier droit, se tenant sur un seul ski.

Pousser du début à la fin

Foulard du Québec au cou, Gaiazova se montrait compréhensive envers sa coéquipière et amie. «Tout le long, on était resté avec le premier groupe, alors je suis vraiment déçue. Mais je sais que Chandra a tout donné. Nous sommes déçues, mais ça arrive», fait valoir la fondeuse d'origine russe qui a habité Montréal plusieurs années.

La présence dans l'assistance de ses parents, maintenant établis à Washington, la réjouissait au plus haut point. «C'est cool, il y a vraiment du monde! On est concentré sur notre course, mais les spectateurs sont très bruyants et on les entend.»

Gaiazova souligne de plus les conditions plus lentes qu'à l'entraînement, la veille. «C'est un parcours où il n'y a aucun endroit pour te reposer. Tu dois travailler tout le long. C'est ce qu'on peut retenir pour la course de demain [aujourd'hui]. Il faut pousser, pousser, pousser, du début à la fin», conclut celle qui célèbrera son 29e anniversaire la veille de Noël.

Malgré leur déconvenue, Crawford et Gaiazova ont été les meilleures Canadiennes. Heidi Widmer (Alb.) et Alysson Marshall (C.-B.), Kate Brennan (Ont.) et Andrea Dupont (Ont.), Maya MacIsaac-Jones (Alb.) et Zoe Roy (Alb.) ont respectivement pris les 19e, 20e et 23e positions sur 23 duos en lice pour l'épreuve féminine de sprint par équipe.

Pris dans le sel

Une autre paire masculine canadienne a pris part à la finale, terminant 10e et dernière. Len Valjas, Ontarien de 24 ans, et Jesse Cockney, Albertain de 23 ans, en étaient à leur première association. La neige ramollie par le temps doux a constitué un obstacle pour eux. «On était contre les meilleurs. Ces gars-là savent skier dans le sel. Mais pour un gars de mon gabarit, c'est plus difficile», indique Valjas, un gaillard de 6'6''. D'un autre côté, il se réjouissait de la tendreté de la surface à cause de la fracture à la main gauche qu'il traîne. «Ça fait pas mal moins mal quand je pousse avec mes bâtons dans six pouces de slush que sur la glace», comme la veille. Valjas et Cockney se sont faufilés en finale à titre de l'un des six perdants auteurs des meilleurs temps. Chaque coureur canadien était équipé d'un petit bloc GPS collé au bas du dos pour recueillir des données propres à ensuite évaluer leur prestation en détails.

«La vitesse qu'il faut»

Alexis Turgeon participait à sa première étape de Coupe du monde à vie, devant parents et amis. «Durant le premier tour, j'ai eu tellement le temps de voir tout le monde, mon petit frère, ma mère, mon père», a indiqué le fondeur de 19 ans de Gatineau. Sans se laisser déconcentrer. «On ne vient pas de voir la vitesse qu'on peut aller, on vient de voir la vitesse qu'il faut aller. On devra skier aussi vite que ces gars-là bientôt, même plus vite!» Et skier avec Alex Harvey? «C'est l'fun de s'entraîner avec lui, mais c'est aussi quelqu'un qu'il va falloir battre éventuellement.» Quant à l'intérêt soulevé par l'événement, il souligne que «c'est bon que le hockey ne soit pas là ces temps-ci». Il faisait équipe avec une autre recrue, Russell Kennedy, de l'Alberta. Ils ont échoué en demi-finales et ont pris le 23e rang sur 25. Les Albertains Brent McMurtry et Philip Widmer ont fini 20es.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer