Ligue des Champions: Zidane a rendez-vous avec l'histoire

Zinédine Zidane, entraîneur du Real Madrid... (Archives AFP, Gérard Julien)

Agrandir

Zinédine Zidane, entraîneur du Real Madrid

Archives AFP, Gérard Julien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cardiff

Zinédine Zidane a marqué la Ligue des champions comme joueur. Il peut entrer dans sa légende comme entraîneur, en cas de victoire du Real Madrid contre la Juventus Turin, en finale samedi à Cardiff.

Il y a beaucoup d'histoires à raconter sur cette 62e finale : le retour sur ses terres de l'enfant de Cardiff, Gareth Bale; la quête du vétéran gardien "Gigi" Buffon, champion du monde 2006 avec l'Italie mais jamais encore vainqueur de l'épreuve reine; les joutes entre attaque de feu et défense de fer...

Il y a aussi le contexte sécuritaire lourd au Royaume-Uni, moins de deux semaines après l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts et 116 blessés. Même si le président de l'UEFA Aleksander Ceferin a assuré que la finale «sera sûre», grâce à la «très bonne coopération avec les autorités locales». 200 000 visiteurs sont attendus à Cardiff.

Malgré tout, c'est sur Zizou que l'attention devrait encore se focaliser. En cas de succès, le tout jeune technicien du Real Madrid (44 ans) deviendrait le premier entraîneur à signer le doublé en Ligue des champions depuis Arrigo Sacchi avec l'AC Milan (1989 et 1990). Mais c'était une époque où l'arrêt Bosman n'avait pas encore dérégulé le marché des transferts et fait de la Ligue des champions une joute épique entre superpuissances continentales.

«C'est un gagnant»

Zizou, ancien meneur de la Juve, qui vient de conduire le Real Madrid vers son premier titre de champion d'Espagne depuis cinq ans, réaliserait donc une performance sans réel précédent.

Son statut de joueur de légende et ses premiers résultats exceptionnels comme entraîneur lui assurent le respect d'un vestiaire pourtant réputé difficile à gérer.

«C'est un gagnant», a salué vendredi le gardien adverse Gianluigi Buffon. «Il l'était déjà comme joueur et il l'est comme entraîneur. Mais dans la vie, il n'a pas gagné à chaque fois, des fois il arrive qu'on perde. J'espère que ça lui arrivera demain, mais cela n'enlèvera rien de sa fantastique carrière, comme joueur et comme entraîneur.»

Optimiste, Buffon? Pas forcément, parce que le Real trouvera quand même face à lui une autre équipe en pleine forme, la Juventus, toujours intraitable en Italie - elle vient de remporter son sixième championnat consécutif - et étincelante cette saison sur la scène européenne.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer