Deux finales avant la lettre dans la Ligue des champions

Ian Rush, l'ancien buteur de Liverpool, a eu... (AP, Jean-Christophe Bott)

Agrandir

Ian Rush, l'ancien buteur de Liverpool, a eu la main lourde vendredi lors du tirage au sort de la Ligue des champions.

AP, Jean-Christophe Bott

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Nyon

Ian Rush, l'ancien buteur de Liverpool, a eu la main lourde, vendredi au siège suisse de l'UEFA, au moment du tirage au sort de la Ligue des champions. Bayern-Real et Juve-Barça, deux finales avant la lettre, animeront en effet les quarts de finale aux côtés des matchs Atletico Madrid-Leicester et Dortmund-Monaco.

Le Real et le Bayern, qui disputeront le match aller à Munich (12 avril), totalisent ensemble 16 sacres européens. Ils se sont d'ailleurs partagé trois des quatre derniers titres, avec un abonnement pour les demi-finales : cinq de suite pour le Bayern, six d'affilée côté Real. C'est d'ailleurs à ce stade qu'ils se sont affrontés depuis 2010 et cela avait souri aux Allemands en 2011-2012 (aux tirs au but), puis aux Espagnols plus largement en 2013-2014 (1-0, 4-0).

Le choc entre les deux puissances est amplifié par les retrouvailles entre les deux entraîneurs-chefs.  Carlo Ancelotti, actuel entraîneur du Bayern, était à la tête du Real lors de la conquête de la Decima en 2014. Il avait pour adjoint... Zinedine Zidane, désormais sur le banc espagnol et tenant du titre.

Ancelotti ambitionne de devenir le premier entraîneur à mener trois clubs différents au titre européen. Outre Madrid, il a également guidé l'AC Milan à deux titres de la Ligue des champions.

Cette opposition de prestige charriera de lourds enjeux personnels : côté bavarois, Lahm et l'ex-Madrilène Xabi Alonso rêvent d'un couronnement pour leur dernière saison de joueur, tandis que côté madrilène, Cristiano Ronaldo escompte retrouver un niveau qui s'est effrité cette saison.

Quant à Barcelone, il a rendez-vous le 11 avril à Turin avec la Juventus dans une reprise de la finale de 2015 remportée par la bande à Messi (3-1). Deux ans plus tard, le Barça apparaît toutefois moins souverain, mais son historique remontée face au Paris SG (6-1 au retour après un revers 4-0 à l'aller) a singulièrement rehaussé sa cote.

Luis Enrique, qui a annoncé qu'il quitterait ses fonctions d'entraîneur à l'issue de l'exercice, rêve de boucler la boucle avec un nouveau triplé (Ligue des champions, championnat d'Espagne, Coupe du roi) après celui accompli en 2015 pour sa première saison aux commandes des Blaugranas. À la Juve, l'inoxydable gardien et capitaine Buffon est toujours en quête de son premier titre de la Ligue des champions à 39 ans. 

L'«épouvantail» Monaco

Leicester, qui fait ses débuts dans le tournoi, est la seule formation en lice qui n'a jamais disputé une finale de la Ligue des champions. Mais Leicester et l'Atletico (match aller le 11 avril) se sont affrontés auparavant. Le club espagnol avait éliminé Leicester en première ronde de la Coupe de l'UEFA en 1997. Quant à Monaco, il fait figure d'épouvantail - il a marqué le plus de buts au sein des principales ligues européennes cette saison - après avoir été considéré parmi les clubs les plus faibles lors de la phase de groupes au mois d'août. La finale sera présentée le 3 juin à Cardiff, au Pays de Galles.  Avec AP




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer