But record et finale pour Ronaldo

Cristiano Ronaldo a marqué de la tête à... (AP, Frank Augstein)

Agrandir

Cristiano Ronaldo a marqué de la tête à la 50e minute pour rejoindre Michel Platini au sommet des buteurs de l'histoire de l'Euro avec neuf buts.

AP, Frank Augstein

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Lyon

Et un record de plus pour Cristiano Ronaldo! En rejoignant le Français Michel Platini au sommet des buteurs de l'histoire de l'Euro, il a surtout qualifié son pays pour la finale en menant le Portugal à une victoire de 2-0 contre le Pays de Galles, mercredi.

Neuf buts. Ce que Platini avait réussi en un seul tournoi (en 1984), Ronaldo aura mis quatre Euros pour l'imiter. Il a rejoint le Français à la 50e minute lorsqu'il a parfaitement synchronisé son saut pour rediriger de la tête un coup de pied de coin au fond de la cage galloise. Trois minutes plus tard, le joueur étoile du Real Madrid a décoché un tir à ras le sol d'une dizaine de mètres qui a habilement été dévié par Nani en plongeant.

Incroyable chasseur de records, le Portugais de 31 ans était devenu le premier joueur de l'histoire à marquer dans quatre Euros différents en sauvant son équipe d'une piteuse élimination au premier tour face à la Hongrie grâce à un doublé (3-3) le 22 juin. Il est aussi le joueur qui a disputé le plus grand nombre de rencontres dans les phases finales de l'Euro, avec 20 matchs désormais, soit quatre de plus que le Français Lilian Thuram et le Néerlandais Edwin Van der Sar.

«Ça fait 13 ans que je suis au plus haut niveau, les statistiques ne mentent jamais et c'est naturel d'en être là», a noté Ronaldo, qui obtiendra donc une autre opportunité de soulever un premier trophée sur la scène internationale, dimanche.

Le Portugal a participé à la finale de l'Euro pour la dernière fois en 2004, lorsque l'équipe s'était inclinée à domicile devant la Grèce. Ronaldo, qui était alors âgé de 19 ans, n'avait pu retenir ses larmes après la partie. «J'espère que dimanche, vous me verrez pleurer de joie», a-t-il lancé mercredi.

Le Portugal, qui n'avait toujours pas gagné un seul match en temps réglementaire en France avant d'affronter le Pays de Galles, a stoppé l'étonnant parcours des Gallois, qui participaient seulement au deuxième tournoi majeur de leur histoire après leur présence au Mondial en 1958.

Déception et fierté à Cardiff

«On rentre tout de même à la maison la tête haute», a glissé Gareth Bale, coéquipier de Ronaldo à Madrid et meneur de la sélection galloise. Une fierté ressentie jusqu'à Cardiff, malgré l'immense déception.

«On a gagné le respect du monde entier, tout le monde est tombé amoureux du Pays de Galles», a dit Sian Melvin. «J'ai le coeur brisé, mais la fête continue. On a fait mieux que les Anglais, c'est tout ce qui compte», ajoutait Mark Davies. Ils ont assisté au match devant les trois écrans géants du stade Millenium de Cardiff, la cathédrale du rugby réquisitionnée pour répondre à l'engouement exceptionnel des supporters gallois.

Jusque-là, ils avaient suivi les matchs devant un écran géant installé au pied du château dans un parc pouvant accueillir au maximum 6000 personnes. Au Millenium, ils étaient 27 000, jauge maximale décidée par les organisateurs. Lorsque la défaite est devenue inéluctable, tout le stade s'est levé pour saluer, à distance, cette équipe qui les a fait rêver pendant un mois.

Un vieux compte à régler

Le Français Antoine Griezmann est le meilleur buteur... (AFP, Francisco Leong) - image 3.0

Agrandir

Le Français Antoine Griezmann est le meilleur buteur de l'Euro avec quatre réalisations.

AFP, Francisco Leong

Un vieux compte à régler et, surtout, un avenir à écrire : les meilleurs ennemis du football européen, l'Allemagne championne du monde et la France pays organisateur, s'affrontent jeudi en demi-finale de l'Euro à Marseille (15h, heure du Québec).

Trente-quatre ans après, la dramatique demi-finale du Mondial de 1982 à Séville hante encore le football français et le poids de l'Histoire se fera sentir. L'agression du gardien allemand Harald Schumacher sur Patrick Battiston, la sortie sur civière du défenseur tenu par la main par Michel Platini, les buts de Marius Trésor et d'Alain Giresse en prolongation avant la déroute aux tirs au but : autant d'épisodes d'un match légendaire entré dans l'imaginaire collectif côté français.

Côté allemand au contraire, ce match n'évoque rien de plus qu'une énième demi-finale victorieuse. Car la France n'est toujours pas parvenue à prendre sa revanche sur son rival dans une phase finale et reste sur une défaite amère en quarts de finale du Mondial de 2014 (1-0).

Le contexte historique n'est qu'un décor pour la pièce qui va se jouer à Marseille. Pour les Allemands, une qualification serait surtout un pas supplémentaire vers un doublé Mondial-Euro.

Pour les Français, dominer les Allemands signerait avant tout le premier véritable exploit de l'Euro, après cinq matchs contre des adversaires modestes (Roumanie, Albanie, Suisse au premier tour, Eire en huitièmes puis Islande en quarts). «On a une nouvelle page à écrire», insiste le sélectionneur Didier Deschamps. «Elle est blanche aujourd'hui, les joueurs peuvent la remplir demain.»

«La France est un peu plus forte» qu'en 2014, assure son homologue allemand Joachim Löw, tout en rappelant que la Mannschaft «sera l'adversaire le plus difficile pour la France jusqu'ici dans ce tournoi». L'Allemagne sera toutefois privée d'éléments majeurs (Hummels suspendu, Gomez et Khedira forfaits). En revanche, l'emblématique Bastian Schweinsteiger, un temps incertain à cause de son genou, sera non seulement disponible mais aussi titulaire, pour la première fois dans cet Euro.

La clé française

L'équipe de France a été remodelée à la hâte par Deschamps après une cascade d'absences pour cause de blessures et d'affaires extra-sportives. Il manque ainsi cinq des titulaires du Mondial de 2014 (Debuchy, Varane, Sakho, Valbuena, Benzema).

La clé côté français pourrait une nouvelle fois être Antoine Griezmann, meilleur buteur de l'Euro avec quatre réalisations, et son association avec Olivier Giroud, qui soulage tant la France depuis la deuxième période du huitième de finale face à l'Eire (2-1). Voire la star Paul Pogba, qui semble se reprendre après un début d'Euro décevant.

Les deux équipes se sont affrontées en amical le 13 novembre, mais la victoire des Bleus (2-0) semble bien dérisoire puisque cette soirée tragique avait été endeuillée par les attentats perpétrés à Paris et devant le Stade de France.

Pour revenir à l'Histoire, les supporteurs français souligneront que c'est au stade Vélodrome de Marseille que l'équipe de Michel Platini était venue à bout du Portugal en demi-finale de l'Euro de 1984, prélude au premier sacre international du football tricolore. Les fans allemands, eux, préfèrent se souvenir que depuis 1972, la Mannschaft a affronté six fois le pays hôte en demi-finale d'une compétition internationale pour... six succès.  Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer