«Bambi» face à l'ogre Ronaldo

Les arrêts du gardien polonais Lukasz Fabianski, humble... (AP, Michael Sohn)

Agrandir

Les arrêts du gardien polonais Lukasz Fabianski, humble et discret à l'extérieur du terrain, ont mené les siens jusqu'au quart de finale de jeudi, où ils affronteront le Portugal et leur supervedette Ronaldo.

AP, Michael Sohn

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Varsovie

Il est réservé, modeste, poli, à tel point qu'en Pologne on le surnomme parfois «Bambi», comme le petit faon de Disney. Le gardien Lukasz Fabianski, sur qui l'ogre Ronaldo jettera des regards affamés, jeudi, en quarts de finale de l'Euro, se bat depuis des années pour montrer qu'il n'est pas trop gentil.

L'image est rarissime. Après la qualification aux tirs au but contre la Suisse en huitièmes de finale, samedi dernier, Fabianski l'introverti a explosé de joie. Car ses parades de grande classe ont largement contribué à l'accession en quarts, alors même que cet éternel second ne doit sa place de titulaire qu'à la blessure de Wojciech Szczesny après le premier match de poules.

«Fabianski ou le triomphe d'un joueur discret», a titré le quotidien polonais Rzeczpospolita avant le duel très attendu contre le Portugal, jeudi, à Marseille.

Humilité, discrétion, gentillesse... Ce qu'on considère comme des qualités chez le commun des mortels peut vite sonner comme un reproche pour un sportif de haut niveau. C'est ce qui est souvent arrivé à Fabianski, en club comme en sélection.

La moindre petite erreur et c'est son supposé manque d'assurance qui ressurgit, au profit d'un rival plus extraverti ou spectaculaire. «Les gens m'ont toujours jugé sur mon comportement en dehors du terrain, aimable, bien élevé...», reconnaît dans une rare entrevue le gardien de 31 ans, marié à une amie du lycée, père d'un enfant et dont le nom n'est jamais apparu dans les rubriques à scandale.

Sur le banc d'Arsenal

Fabianski a porté pendant sept ans les couleurs d'un des plus gros clubs du monde, Arsenal, de 2007 à 2014, période durant laquelle son humilité est mise à l'épreuve. Il passe l'essentiel de son temps sur le banc des remplaçants, d'où il regarde jouer Jens Lehmann puis Manuel Almunia. Idem en sélection, où il est souvent numéro deux, derrière Artur Boruc ou Szczesny.

En 2014, Fabianski quitte les «Gunners» pour Swansea où il devient enfin le numéro un incontestable. «Il est très dévoué à son travail, chaque jour il s'attache à perfectionner des éléments de son jeu, à devenir meilleur», soulignait l'an dernier Garry Monk, à l'époque directeur général de Swansea.

Un premier entraîneur très exigeant

Né en 1985 à Kostrzyn nad Odra, à la frontière avec l'Allemagne de l'Est, Fabianski a commencé son parcours au Polonia Slubice. «Mon premier entraîneur Jerzy Grabowski était très exigeant. Il nous a appris à être droits et travailleurs», se souvient-il.

Après la qualification contre la Suisse et alors qu'on lui parlait de sa performance remarquable, il a, sans surprise, loué le collectif. De quoi entretenir encore son image, mais dans un sens positif cette fois-ci, puisque les résultats suivent et que la Pologne a atteint ses premiers quarts de finale d'un tournoi majeur depuis le Mondial 1982.

«Fabianski est un jeune homme normal, qui ne cherche pas à être célèbre, à exhiber des tatouages, des voitures, des petites amies ou une épouse-célébrité», s'est félicité le journal Rzeczpospolita.

Hasard ou allusion subliminale, cela sonne un peu comme l'antiportrait de la mégastar Cristiano Ronaldo. Le gentil «Bambi» sera-t-il assez féroce pour résister au loup jeudi?

Lagerbäck président!

Le sélectionneur de l'Islande, le Suédois Lars Lagerbäck, est une vedette au pays. Et même avant l'exploit contre les Anglais en huitièmes de finale, son nom est apparu là où on ne l'attendait pas. Dans les urnes, alors que l'élection présidentielle viennent d'avoir lieu en Islande. Le technicien, qui n'avait rien demandé, aurait récolté une trentaine de voix selon la presse locale. Pas de quoi menacer le gagnant Gudni Johannesson, qui tout comme son prédécesseur, était dans les tribunes lundi à Nice, pour assister à la victoire historique contre l'Angleterre.

Le tour de l'Islande à la nage

«Si les Islandais gagnent l'Euro, je fais le tour de l'Islande à la nage», a tweeté le nageur français Yannick Agnel après l'étonnante victoire de 2-1 des Islandais face à l'Angleterre. Attention au coup de froid lui a répondu en souriant leur entraîneur adjoint Heimir Hallgrimsson. «Je ne lui recommanderais pas, mais c'est possible. Il faudra qu'il choisisse une météo clémente» pour se lancer, a commenté le tacticien en conférence de presse. En plein été, la température de l'eau oscille autour de 10-12 °C en Islande. S'il ne veut pas attraper un rhume avant les Jeux de Rio, Agnel, champion olympique du 200 m nage libre, a intérêt à miser sur l'équipe de France, opposée aux Islandais, dimanche, en quarts de finale de l'Euro.

Une croix sur Beyoncé

Beyoncé en concert à Los Angeles le 26... (AP, Matt Sayles) - image 5.0

Agrandir

Beyoncé en concert à Los Angeles le 26 juin dernier

AP, Matt Sayles

Le défenseur du pays de Galles Neil Taylor avait des billets pour le concert de Beyoncé, jeudi à Cardiff, mais ne va pas pouvoir y aller pour cause... d'Euro. Peut-être n'avait-il pas envisagé que les Gallois atteignent les quarts de finale dès leur premier tournoi européen. «J'avais des billets pour Beyoncé cette semaine. C'était un cadeau pour ma femme. Je me disais que Beyoncé à Cardiff, ça allait être sympa», a-t-il raconté en conférence de presse, expliquant qu'il n'avait pas prêté attention à la date du concert de la vedette américaine. Une qualification en demi-finale suffira sans doute à le consoler. Les Gallois affronteront la Belgique vendredi à Lille.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer