Cesc Fabregas connaît une saison difficile

Cesc Fabregas (à droite) a toujours brillé face... (AP, Petr David Josek)

Agrandir

Cesc Fabregas (à droite) a toujours brillé face à l'Italie, mais connaît des ennuis sur le terrain depuis le début de la saison. Le milieu de terrain veut maintenant prouver qu'il peut rebondir.

AP, Petr David Josek

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Saint-Martin-de-Ré

En trois confrontations contre l'Italie à l'Euro, Cesc Fabregas a toujours été déterminant. L'Espagnol, plutôt décevant jusqu'ici dans l'édition 2016, espère bien se rappeler au bon souvenir de la Nazionale dans le plus gros choc des huitièmes de finale.

Il avait inscrit l'ultime tir au but en quarts de l'Euro 2008, marqué le but égalisateur en phase de groupes en 2012 (1-1), avant de lancer le triomphe espagnol en finale (4-0) avec une passe décisive pour David Silva.

Au total, en six confrontations depuis ses débuts en sélection en 2006, l'expérimenté milieu catalan de 29 ans n'a tout simplement jamais perdu face aux Italiens.

Mais cette fois, celui que l'Espagne appelle simplement «Cesc» aborde ces retrouvailles lundi à Saint-Denis sans l'aura d'un titulaire indiscutable, après une saison médiocre avec Chelsea et des premières apparitions timides dans cet Euro.

«Cela me motive», a dédramatisé Fabregas la semaine dernière. «Je dois faire mes preuves sur le terrain, comme je l'ai fait depuis dix ans. Le football parlera de lui-même et ce qui devra arriver arrivera, je suis très tranquille.»

La trajectoire du champion du monde 2010 et double champion d'Europe (2008, 2012) parle pour lui. Tout jeune, ce fort caractère n'avait pas hésité à quitter le FC Barcelone, son club formateur, pour signer à 16 ans à Arsenal où il avait gravi les échelons jusqu'à devenir capitaine de l'équipe première.

Toute l'Espagne se souvient aussi de sa passe décisive sur le but victorieux d'Iniesta en finale du Mondial 2010 contre les Pays-Bas, qui a offert à la «Roja» sa première couronne planétaire.

Enfin fixé au milieu?

Après un retour peu concluant au Barça (2011-2014), il a rebondi à Chelsea, voisin honni d'Arsenal, remportant le Championnat d'Angleterre dès sa première campagne (2014-2015).

Cette saison, les choses se sont néanmoins corsées pour Fabregas et son début d'Euro a été à l'image de son année : mitigé.

Aligné lors des trois premiers matchs de la «Roja», il a certes dégagé sur sa ligne une balle de but contre la République tchèque (1-0) et délivré une passe décisive à Alvaro Morata lors de la défaite contre la Croatie (2-1). Mais il a dans l'ensemble été moins rayonnant que ses complices Andres Iniesta ou David Silva.

«L'important, c'est de bien jouer, que les gens soient avec nous et prennent du plaisir. Le reste m'importe très, très, très, très, très peu», a lancé Fabregas ces derniers jours.

Il y a quatre ans, le milieu avait joué les utilités comme «faux no9» à l'Euro 2012 en raison de la méforme des avant-centres espagnols. Et c'est dans cette position avancée qu'il avait réussi à déboussoler la défense italienne lors de leurs deux confrontations dans le tournoi.

Devenu un cadre de l'entrejeu espagnol après les retraites internationales de Xavi Hernandez et Xabi Alonso en 2014, il a enfin l'occasion de se fixer au milieu de terrain, à condition d'y retrouver ses marques dès lundi contre l'Italie.

Au Stade de France, Cesc Fabregas aura d'ailleurs une motivation supplémentaire : c'est l'occasion pour lui de briller devant le sélectionneur italien Antonio Conte, qui sera son entraîneur la saison prochaine à Chelsea. Et de lui laisser un souvenir mémorable.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer