MLS, un circuit à maturité

Au fil des ans, les dirigeants de la... (Archives AP, Mark Lennihan)

Agrandir

Au fil des ans, les dirigeants de la MLS ont recruté des vedettes comme David Beckham en 2007 et Thierry Henry en 2010. Ils ont frappé un grand coup en 2015 en séduisant plusieurs stars internationales, dont Frank Lampard (New York City FC), que l'on voit ici lors d'un match contre le Crew de Columbus en août.

Archives AP, Mark Lennihan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Alors qu'elle lance sa 21e saison dimanche, la Major League Soccer (MLS) semble avoir atteint la maturité.

Tous les signaux sont au vert pour la MLS, lancée en 1996 dans la foulée du Mondial de 1994 organisé par les États-Unis. La saison dernière, la fréquentation moyenne a atteint un niveau record avec 21 619 spectateurs par match alors que le championnat végétait à 13 611 spectateurs par match en 2000.

Les audiences à la télé ont aussi atteint un niveau inédit (249 000 téléspectateurs en moyenne, hausse de 4 %), à des années-lumière toutefois de celles de la NBA (basketball), de la NFL (football), de la LNH et du baseball majeur.

L'expansion se poursuit à rythme forcé avec quatre équipes qui doivent voir le jour d'ici 2020 (Atlanta en 2017, Los Angeles FC en 2018, Minnesota et Miami à une date encore à déterminer). San Antonio, St. Louis, Las Vegas ou encore Sacramento seraient également sur les rangs pour créer leur franchise, dont le billet d'entrée ne coûte pas moins de 100 millions $.

Pour donner une dimension internationale à la MLS, les dirigeants  ont recruté des stars comme David Beckham en 2007, Thierry Henry en 2010, puis ont fait fort en 2015 en séduisant Didier Drogba (Impact), Kaka, Frank Lampard, Steven Gerrard, Andrea Pirlo ou encore David Villa. En 2016, l'ancien international anglais Ashley Cole et le Néerlandais Nigel de Jong, recrutés par le Galaxy de Los Angeles, se sont laissés tenter.

Mieux encore, l'Italien Sebastian Giovinco (Toronto) et le Mexicain  Giovani dos Santos (LA Galaxy), respectivement âgés de 29 et 26 ans, y ont relancé leur carrière, balayant ainsi l'image d'un championnat servant de maison de retraite pour anciens internationaux en fin de course.

Concurrence chinoise

Le New York City FC, propriété d'un consortium qui détient également Manchester City, s'est offert lui l'un des plus beaux palmarès du football mondial avec l'ancien international français Patrick Vieira. «La MLS me rappelle le Championnat d'Angleterre il y a une dizaine d'années : elle est sur la bonne voie pour grandir et attirer des jeunes joueurs européens», a souligné le champion du monde 1998 et champion d'Europe 2000.

Mais la MLS doit faire face à l'émergence d'un nouveau et richissime concurrent : la Super League chinoise, qui a séduit l'international nigérian Obafemi Martins, qui évoluait depuis 2013 à Seattle. «L'un des problèmes de la MLS est le plafond salarial. La Chine va devenir un concurrent majeur pour ce championnat s'il veut attirer des joueurs», a prévenu Vieira.

Autre particularité, le format, avec une longue phase régulière d'autant plus usante qu'elle inclue des matchs sur synthétique et de longs voyages à travers les États-Unis, puis des séries propices aux surprises.

Le Galaxy, avec son effectif de stars et son palmarès (cinq titres, dont trois depuis 2011), fait figure de grand favori. «Mais ce championnat est très physique et très exigeant», a rappelé Gerrard, qui devrait mettre un terme à sa carrière fin 2016. Avec un dernier titre en poche?

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer