Huit candidats en lice pour succéder à Blatter

Le cheik Salman ben Ibrahim Al Khalifa, membre... (AP, Hasan Jamali)

Agrandir

Le cheik Salman ben Ibrahim Al Khalifa, membre de la famille royale de Bahreïn serait le favori pour l'emporter, sauf que des groupes de défense des droits de l'homme ont rapidement demandé au comité de surveillance de la FIFA de rejeter sa candidature lorsqu'il effectuera les vérifications d'intégrité requises par les règles électorales.

AP, Hasan Jamali

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Genève

Une course à huit s'est profilée à l'horizon, lundi, à la date limite pour soumettre sa candidature pour l'élection présidentielle de la FIFA.

Parmi les décisions stratégiques tardives, deux candidats inattendus ont signalé leur intérêt. Il s'agit de Gianni Infantino - le bras droit du président suspendu de l'UEFA Michel Platini, dont la candidature risque elle-même d'être invalidée - et du président de la Fédération du Liberia de football, Musa Bility, dont la campagne semblait pourtant se diriger nulle part en août.

La liste des candidats pour succéder à Sepp Blatter à la tête de l'organisation ébranlée par de nombreux scandales de corruption s'est allongée et sera assurément raccourcie d'ici au scrutin du 26 février.

Un autre rebondissement a empêché que la course ne se fasse à neuf après qu'un ex-secrétaire général de la FIFA, Michel Zen-Ruffinen, eut confié qu'il avait décidé de ne pas y participer en dépit du fait qu'il ait obtenu le nombre nécessaire d'appuis (5) parmi les 209 fédérations membres de la FIFA.

Il y a un mois seulement, Platini était le favori pour l'emporter puisqu'il avait l'appui des principaux dirigeants de l'Asie et des Amériques. Tout a basculé le 25 septembre, lorsque l'ex-joueur étoile français a été impliqué dans une enquête criminelle des autorités suisses. Platini aurait reçu un paiement irrégulier de 2 millions $ provenant des coffres de la FIFA en 2011, avec l'accord de Blatter. Les deux hommes ont écopé 90 jours de suspension du comité d'éthique de la FIFA, en attendant les conclusions de l'enquête criminelle.

Favori controversé

Les appuis de Platini semblaient alors destinés au président de la Confédération asiatique de football, le cheik Salman ben Ibrahim Al Khalifa. Le membre de la famille royale de Bahreïn a déposé officiellement ses documents avant la date limite de lundi minuit en vue de l'élection du 26 février et serait le favori pour l'emporter, sauf que des groupes de défense des droits de l'homme ont rapidement demandé au comité de surveillance de la FIFA de rejeter sa candidature lorsqu'il effectuera les vérifications d'intégrité requises par les règles électorales.

Des questions ont été soulevées quant à savoir si le cheik Salman avait adéquatement protégé les joueurs de l'équipe nationale après que certains eurent pris part à des manifestations pro-démocratie en 2011. Certains joueurs disent qu'ils ont été torturés pendant leur détention par les forces gouvernementales lorsque le cheik était à la tête de l'Association de football de Bahreïn.

Parmi les autres candidats qui convoitent le poste de président de la FIFA se trouvent le prince Ali ben Al-Hussein de Jordanie, Sexwale, l'ex-dirigeant de la FIFA Jérôme Champagne et David Nakhid, un ex-joueur de Trinité-et-Tobago. 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer