Tout un baptême pour le Dynamo de Québec

L'entraîneur-chef Marc Mounicot devra faire des choix déchirants... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'entraîneur-chef Marc Mounicot devra faire des choix déchirants pour son onze partant en vue du match de série de vendredi soir.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) C'est tout un baptême que vivra le Dynamo de Québec, vendredi soir, à Laval. L'équipe de soccer de Québec disputera le premier match de série de sa jeune histoire lors du Final Four de la W-League contre la formation invaincue du Spirit Reserves de Washington.

«C'est la consécration d'une bonne saison qui a commencé au mois d'avril»,  lance l'entraîneur-chef Marc Mounicot. Bien malin celui qui aurait pu prédire, en début de saison, que le Dynamo se retrouverait dans le carré d'as de la W-League. La jeune équipe n'avait alors comme objectif que de surpasser le total d'une victoire en 12 matchs de l'an dernier.  

«C'est un groupe qui voulait progresser et avoir de meilleurs résultats. La confiance s'est installée et on a réussi à avoir une meilleure cohésion de groupe», a expliqué l'entraîneur. Les résultats ont été au rendez-vous, les filles du Dynamo coiffant la saison avec huit victoires, tout juste derrière Laval au sommet de la conférence Nord-Est. 

Une de plus, vendredi soir, propulserait l'équipe en finale de la W-League. Mais le défi devant elle est imposant. Le Spirit Reserves de Washington a conclu la saison avec une fiche de neuf victoires et trois matchs nuls, au sommet de la conférence Sud-Est. 

«C'est probablement notre plus gros défi cette saison. Leurs joueuses sont plus complètes et plus dangereuses offensivement que Laval», estime Mounicot, qui a pu se procurer quelques vidéos, cette semaine, pour se préparer à l'adversaire avec lequel il n'a encore jamais croisé le fer. 

«Washington a beaucoup de vitesse en avant, mais la clé pour nous va être de contrôler leurs milieux de terrain. Ce sont elles qui imposent le rythme et qui peuvent faire la différence à tout moment.»

Gagne ou perd, le Dynamo terminera sa saison dimanche, puisqu'un match pour la troisième place aura lieu avant la finale. 

Choix déchirants

sur le onze partant

Le retour de six joueuses du Dynamo des Universiades de Corée, où elles représentaient le Canada, force Marc Mounicot à prendre de dures décisions. Elles sont pour la plupart des joueuses d'impact, d'où leur sélection nationale, mais les remplaçantes ont très bien fait pour le Dynamo en leur absence. 

«Certaines vont réintégrer le onze partant, mais d'autres non. Les filles qui ont joué toute la fin de saison ont bien fait et je veux garder cette dynamique», s'avance l'entraîneur sans identifier précisément de joueuses. 

Le choix de la gardienne s'avère particulièrement déchirant. Pendant que Marie-Joëlle Vandal s'illustrait devant le filet canadien en Corée, le brio de Gabrielle Lambert entre les poteaux du Dynamo a grandement contribué à l'excellente deuxième moitié de saison. «On va prendre une décision aujourd'hui ou demain», s'est limité à dire Marc Mounicot, admettant qu'il a un beau problème sur les bras. 

Le match du Dynamo, vendredi, aura lieu à 17h au Centre sportif Bois-de-Boulogne, à Laval, et il sera suivit de l'autre demi-finale entre l'équipe hôte, les Comètes, et une formation du Colorado. «C'est trois heures de route, mais ce serait bien d'avoir des partisans pour encourager notre équipe», souligne l'entraîneur du Dynamo.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer