Dynamo: un été parsemé d'embûches

La joueuse étoile du Dynamo, Mélissa Roy, vise... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

La joueuse étoile du Dynamo, Mélissa Roy, vise le final four de la W-League - tournoi qui se déroulera à Laval en juillet - et espère «faire des surprises» dans la nouvelle conférence de son équipe.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) L'objectif du Dynamo de Québec est clair : faire mieux que l'an dernier. Mais en plus de battre ses adversaires, l'équipe féminine de soccer de Québec devra surmonter plusieurs embûches cet été.
«C'est certain qu'on va faire un meilleur résultat que l'année passée, j'en suis convaincue», a lancé la joueuse étoile Mélissa Roy, encore essoufflée après un entraînement de l'équipe, dimanche matin, au stade Leclerc du Campus Notre-Dame-de-Foy.

L'an dernier, le Dynamo en avait arraché dans la W-League, avec une seule victoire en 12 matchs. L'objectif est donc réaliste.

Mais la formation est toujours très jeune. Ses joueuses ont entre 16 et 23 ans, alors que d'autres clubs alignent des vétérans de 30 ans, dont certaines ont participé à la Coupe du monde. «On bâtit pour le futur, affirme le directeur sportif, Helder Duarte. Cette équipe-là, on va l'avoir longtemps. Quand les filles vont être un peu plus vieilles, on va être bons.»

Fin de saison privée de joueuses

Plus inquiétant encore, le Dynamo devra jouer ses cinq derniers matchs de la saison privé de plusieurs de ses meilleurs éléments. Cinq, peut-être même sept filles seront alors en Corée pour participer aux Universiades avec l'équipe canadienne. «Et ce ne sera pas les sept moins bonnes, lance Duarte. Ça va être important qu'on fasse bien lors des sept premiers matchs, car les cinq derniers pourraient être difficiles», reconnaît-il.

L'entraîneur-chef, Marc Mounicot, aimerait bien garder son alignement intact pour chacun des matchs, mais il y voit du positif. «Ça va permettre à d'autres filles d'obtenir du temps de jeu. On peut déjà se projeter vers l'année prochaine en se disant qu'il y a beaucoup de filles qui vont acquérir de l'expérience.»

Tout ça n'empêche pas Mélissa Roy de viser le final four de la W-League, tournoi qui se déroulera à Laval en juillet. «On a la chance de faire des surprises. On commence dans une nouvelle conférence, alors c'est comme un nouveau départ», dit celle qui, comme 11 de ses coéquipières du Dynamo, a remporté le Championnat universitaire canadien avec le Rouge et Or en novembre.

Mounicot vise une fiche supérieure à ,500, mais pour ce qui est du classement, il n'ose pas trop fixer d'objectifs, car il connaît mal les équipes adverses.

Normal, puisque le Dynamo fera cette année partie d'une nouvelle conférence. Exit les quatre équipes de l'Ontario. En plus de leurs rivales québécoises habituelles, les Comètes de Laval, les filles de Québec se mesureront désormais à des formations du nord des États-Unis : le Magic de New York, les Rough Riders du Rhode Island et deux équipes du New Jersey, les Wildcats et les Valkyries.

Le Dynamo jouera son premier match le 23 mai. D'ici là, il poursuivra son camp d'entraînement amorcé en fin de semaine. En plus des pratiques traditionnelles, Mounicot a ajouté le yoga au menu de la préparation de ses joueuses. «C'est une saison très courte et très intense. Je pense que ça peut amener un plus en ce qui concerne la prévention des blessures et l'esprit d'équipe», explique-t-il.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer