Soccer féminin: le Rouge et Or en demi-finale canadienne

Mélissa Roy et ses coéquipières ont fait preuve... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Mélissa Roy et ses coéquipières ont fait preuve de beaucoup de résilience pour vaincre Western Ontario 3-2 en tirs de barrage.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Victoire hollywoodienne du Rouge et Or, jeudi soir, en ouverture du Championnat canadien universitaire de soccer féminin. But in extremis pour forcer la prolongation, but controversé pour encore égaliser et ultime but d'une réserviste en tirs de barrage après deux arrêts décisifs. Ouf !

«Si on gagne le Championnat canadien, je vais faire un film!» s'est exclamé l'entraîneur Helder Duarte, après la victoire de 3-2 des siennes aux dépens des Mustangs de l'Université Western Ontario. Sa bande passe en demi-finale, ce soir (18h30), contre les Cascades de Fraser Valley, vice-championnes de l'Ouest.

La pluie arrosait le stade de l'Université Laval depuis le début de la rencontre, quelque deux heures et demie plus tôt. Marie-Joëlle Vandal grelotait. Ce qui n'empêchait pas la gardienne du Rouge et Or d'afficher son plus beau sourire. Elle venait de bloquer deux des cinq tirs de barrage des Mustangs, se jetant du bon côté à quatre reprises. Une heure avant la partie, l'analyse vidéo de la dernière séance de tirs de ses rivales l'avait mise au parfum.

La force de la foule

«J'essaie de ne jamais me donner d'avance, d'aller où ça tire et ç'a bien porté fruit. Mais toute l'équipe a connu tout un match. On est chez nous, on est allé chercher la force de la foule. On va tout faire pour aller jusqu'à la fin!» a promis la portière recrue de 5'10'', qui pourrait vendredi avoir à composer avec de la neige.

Joëlle Gosselin a été la première à sauver la mise à la 88e minute, sur une longue frappe à ras du sol. Puis Mélissande Guy a créé l'égalité à son tour à la 104e minute avec un ballon qui a traversé la ligne des buts durant une fraction de seconde. Pas assez longtemps pour convaincre le pilote de Western, ensuite expulsé.

Léa Chastenay-Joseph a été nommée joueuse du match. Mais c'est en cédant sa place à Hélène Moreau dans la dernière des 120 minutes de jeu que la rapide attaquante a eu le plus d'impact sur l'issue finale. À froid, sans coup férir, Moreau a mis le cinquième tir de barrage au fond du filet pour propulser les championnes québécoises et hôtesses du tournoi en ronde des médailles.

«J'étais assez fébrile. Mais je me suis dit "J'ai juste à le mettre dedans, ce n'est pas compliqué. Je n'ai pas à faire grand-chose". C'est une passe dans le but, tout simplement. Quand je suis en confiance, je suis en confiance. C'est à ça que je servais», a résumé avec calme la petite défenseure recrue.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer