Un excellent bulletin pour l'Amiral

Sur le même thème

L'attaquante Mélissa Lesage a été la joueuse de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'attaquante Mélissa Lesage a été la joueuse de l'année chez l'Amiral, selon le directeur général de l'équipe, Maxime Barabé.

Photothèque Le Soleil

Guillaume Dumas
Le Soleil

(Québec) L'Amiral SC n'aurait pu demander mieux comme premi­ère saison dans la W-League. De bons résultats sur le terrain, un effectif de joueuses talentu­euses, un spectacle plus qu'intéressant et un intérêt marqué des supporteurs envers le club féminin semi-professionnel lui valent d'excellentes notes sur son bulletin.

La Ligue elle-même n'a pas manqué de saluer la qualité de l'organisation quand sa directrice des opérations, Melanie Fitzgerald, a produit un rapport fort positif lors d'une évaluation faite à Québec pendant l'été. Pour une équipe qui ambitionnait de se maintenir autour de la barre psychologique de ,500 à l'issue du calendrier régulier, l'Amiral a largement surpassé ses propres attentes avec un dossier de neuf victoires, quatre revers et un match nul ainsi qu'une précieuse place en séries.

«On savait que la Ligue était forte, mais on n'en avait pas une assez grande connaissance pour avoir des objectifs collés à la réalité, a remarqué Stéphane Alain, l'un des membres fondateurs de l'équipe. Notre excellent début de saison a compensé pour les nombreuses blessures survenues pendant l'été. Nous avons appris que les exigences du calendrier demandaient plus de profondeur et nous avons peut-être sous-estimé les dangers reliés au grand nombre de matchs disputés en peu de temps.»

N'empêche, la malchance brille par son imprévisibilité. Qui aurait pu penser que le secteur offensif allait être si décimé par des déchirures ligamentaires au genou pour Josée Bélanger et Caroline Vaillancourt, par une séparation de l'épau­le pour Geneviève Marcotte et par une mononucléose pour Virginie Jacques? Les nombreux écueils n'ont cependant pas empêché l'Amiral de garder le cap sur le succès avant de finalement s'échouer au premier tour éliminatoire - avec un onze partant amoché - sur un Buffalo renforcé et dominant...

Le directeur général, Maxime Barabé, refuse d'ailleurs de qualifier de «décevante» cette performance en séries en raison des circonstances atténuantes et de la puissance de l'adversaire. «C'est plutôt le dernier match perdu en saison régulière contre Toronto qu'on aurait dû gagner afin de jouer le premier match des séries à la maison au lieu de jouer sur la route», explique-t-il, puisque certains éléments-clés n'ont pu faire le voyage pour des raisons professionnelles.

Des fleurs pour Bilodeau

Notamment Mélissa Lesage, la joueuse de l'année selon le directeur général, avec ses six buts marqués et ses 1260 minutes passées sur le terrain. Aussi rapide que puissante, l'attaquante a montré qu'elle était «une coche au-dessus», dixit Barabé, qui a également fait l'éloge de la gardienne Marie-Pier Bilodeau dans ses mérites individuels. «C'est une leader fantastique en plus de faire le travail devant le but. Elle a contribué à ce que l'équipe se tienne.»

Une nouvelle organisation ne peut toutefois pas connaître un accouchement sans douleur. Barabé a reconnu que son poste a été beaucoup plus exigeant qu'il ne l'avait anticipé et que certains ajustements sont à prévoir. À commencer par doter le club de meilleurs moyens financiers, un objectif atteignable par l'accroissement du niveau des commandites, et gérer de façon optimale l'effectif de jou­euses pour passer à travers la saison.

Au rayon des bons coups, Alain note que le noyau de l'Amiral était composé en grande partie de produits de la région et qu'il en sera longtemps ainsi. «C'est important pour nous de garder un attrait local et d'offrir un débouché pour les joueuses d'ici. En même temps, il y aura toujours de la place pour des joueuses étrangères.» Une philosophie d'ouverture entièrement partagée par Barabé afin d'exposer aux autres footballeuses de la ligue la vision à long terme de l'Amiral.

L'organisation envisage même de tenir un tournoi international au mois d'avril prochain afin de mieux recruter et d'offrir une meilleure préparation aux Québécoises. Le camp de cette année a été trop long au goût des dirigeants et le manque de véritables matchs préparatoires a été inscrit comme remarque négative au bas de l'évaluation. Il n'en demeure pas moins que les prestations de Québec en 2009 ont été remarquées aux quatre coins de l'Amérique du Nord. De quoi attirer des joueuses en quête d'une formation sérieuse et gagnante.

La présence à la tête de l'équipe du possible entraîneur de l'année dans la W-League pourrait aussi étoffer l'argumentaire de la direction dans une opération séduction. Fabien Cottin figure en effet parmi les quatre techniciens mis en nomination par les entraîneurs et les directeurs généraux du circuit féminin pour les récompenses de fin d'année dévoilées aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer