Les exemples à suivre de Pierrick Dubé

Choisi par les Remparts en fin de première... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Choisi par les Remparts en fin de première ronde, Pierrick Dubé, un ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François, est promis à un avenir intéressant, croit son entraîneur-chef Philippe Boucher.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il n'est pas le premier joueur de 16 ans à percer l'alignement des Remparts de Québec, mais Pierrick Dubé possède le profil de ceux qui l'ont précédé. Ne lui reste qu'à acquérir l'expérience nécessaire pour jouer, l'un de ces quatre, un rôle aussi important que les Olivier Garneau, Derek Gentile et Mikaël Robidoux.

«Si on l'a pris en fin de première ronde, c'est parce qu'on l'aimait. Le défi sera de lui trouver du temps de glace. Si on l'a gardé, c'est avec l'intention de le faire jouer», indiquait l'entraîneur-chef des Remparts Philippe Boucher, mercredi.

Le petit ailier droit de 5'8" a forcé la main des entraîneurs pendant le camp. Il est l'un des 14 attaquants à avoir réussir à se tailler un poste.

«Je suis très content, c'était mon premier objectif. Mais bon, je me dis que le premier est peut-être atteint, mais il en reste beaucoup d'autres avant le début de la saison pour arriver prêt le 22 septembre au match d'ouverture. Je ne vais pas me baser là-dessus, je vais continuer à travailler», notait le principal intéressé.

Cette attitude est sûrement de la musique douce aux oreilles de Boucher. Avant que l'on rencontre le joueur natif de Sept-Îles qui a grandi en France avant de revenir à Québec, il y a quelques années, l'entraîneur-chef traçait un parallèle entre lui et ceux qui ont récemment été des joueurs de 16 ans dans l'équipe.

Comme Gentile : «Il est arrivé au moment où on avait des trous dans l'alignement et il a obtenu plusieurs minutes de jeu. Mais sa première qualité, c'est un travaillant», indiquait le patron.

Comme Robidoux : «Il est l'un de nos joueurs offensifs les plus améliorés. Mais sa première qualité, c'est un travaillant.

Comme Garneau  : «Oli, c'est Oli, tous ses entraîneurs l'ont aimé, il y a une raison pour ça. C'est un travaillant.»

Boucher estime que Dubé est promu à un avenir intéressant, encore plus s'il suit l'exemple de Garneau et du capitaine, Matthew Boucher.

«Nos deux leaders sont "Matt" et "Garns", et ce, dans toutes les facettes du jeu, autant sur la glace, dans le vestiaire et dans le gym. Ils ont travaillé au pic et à la pelle pour en arriver là, ils ont pioché, et ils sont devenus des joueurs importants.»

Longueur d'avance

Dubé, qui s'alignait avec le Blizzard du Séminaire Saint-François, l'an passé, possède même une petite longueur d'avance sur ceux-ci, au même âge.

«Dans le midget, Matthew est sorti en septième ronde tandis qu'on a pris Olivier en quatrième parce qu'on l'aimait, ce qui était leur place. Pierrick est un marqueur naturel, au niveau du talent pur, ça ne se compare pas. On pense qu'il cheminera s'il est dans le gym avec eux, s'il les suit.»

Chose certaine, ce n'est pas la petite taille qui ralentira Dubé. «J'étais l'un des plus petits dans le midget AAA, je le serai encore dans le junior, mais ça ne m'empêchera pas de jouer mon style. Je suis capable de jouer gros et de déborder les "defs" avec ma vitesse. Je ne me stresse pas avec ça. Gentile, je l'admire beaucoup. Aller dans les coins contre les plus gros, ça ne le dérange pas, je m'inspire de lui.

Et son temps de jeu? «Je vais sûrement rater quelques matchs, c'est normal, mais je ne vais pas baisser la tête pour autant. Je voulais absolument faire le saut dans le junior, quitte à jouer un match sur deux. La qualité de mon jeu dictera aussi mon temps de jeu.»

Olivier Chalifour dans la ville de sa famille

Lorsqu'il s'entraînait en prévision du camp d'entraînement, cet été, Olivier Chalifour savait que plusieurs personnes doutaient de sa réussite dans l'atteinte de son objectif. «Aujourd'hui, je suis rendu avec les Remparts de Québec», dit-il fièrement.

Le gardien qui fêtera son 19e anniversaire, la semaine prochaine, fera partie du ménage à trois devant le filet en compagnie du numéro 1 Dereck Baribeau et de l'espoir Oliver Troop. «Je sais qu'il s'agit d'un ménage à trois. Si je suis le troisième, je vais travailler fort pour tomber deuxième. Et si je suis le numéro 2, je vais essayer de rester là, de bien appuyer notre numéro 1 et d'aider l'autre.»

Chalifour a été rappelé pour deux matchs, l'an passé, en raison d'une blessure à Callum Booth après avoir été courtisé par Christian Vermette, adjoint au directeur général. En 2015, il avait été invité au camp des Islanders de Charlottetown et jouait avec les Forts de Chambly, en ligue junior A.

«Finalement, ç'a marché! Je suis bien, bien content, je n'ai jamais lâché. Je ne m'étais pas fait trop d'attente, arrivera ce qui arrivera, que je me disais. Avec les années, j'ai compris qu'on contrôlait seulement ce qu'on pouvait», notait la recrue, malgré ses 19 printemps.

S'il se disait heureux de porter l'uniforme des Remparts, il a aussi sûrement réjoui ses grands-parents qui habitent à Charlesbourg. «Je suis né à Varennes, mais mes parents sont de Québec», notait celui qui ne débarque donc pas dans une région qui lui est inconnue. L'entraîneur-chef Philippe Boucher a constaté, l'an passé, qu'il n'y avait jamais assez de gardiens dans une organisation. Cinq hommes masqués ont disputé au moins un match avec l'équipe, en 2016-2017, incluant Baribeau et Troop.

La semaine prochaine, Chalifour et Troop se partageront le travail puisque Baribeau partira pour participer au camp du Wild du Minnesota à titre d'invité.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer