La lumière au bout du tunnel

L'heure était aux au revoir, dans le vestiaire... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'heure était aux au revoir, dans le vestiaire des Remparts où, après leurs rencontres individuelles avec le personnel d'entraîneurs, les joueurs se sont réunis une dernière fois, vendredi matin.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au sortir d'une année où les Remparts auront surpassé les attentes, l'organisation croit finalement être sortie de sa phase de reconstruction, nécessaire au lendemain de la présentation de la Coupe Memorial en 2015, pour passer en mode «performance», dès la saison prochaine.

C'est ce qui est ressorti du bilan de fin de saison dressé par le président Jacques Tanguay et le responsable du département hockey Philippe Boucher vendredi, au surlendemain de l'élimination de l'équipe en quatre matchs, face au Titan d'Acadie-Bathurst. 

«D'être hôte de la Coupe Memorial, ça vient avec une obligation. Ça coûte excessivement cher. Ça coûte cher en choix au repêchage, ça coûte cher en jeunes joueurs, et après ça, on a vécu ce qu'on appelle la reconstruction. Mais on ne reverra pas ça du temps où je vais être avec les Remparts de Québec», a juré Jacques Tanguay.

Pour les Remparts, on parle donc d'un retour à la compétitivité dès septembre, ce qui voudra dire «vouloir l'avantage de la glace, avancer dans les séries et performer», a résumé le directeur général et entraîneur-chef Philippe Boucher.

«La reconstruction, c'était un mal nécessaire [...], mais c'était inévitable considérant les nouvelles règles que l'on a dans la LHJMQ depuis quatre ou cinq ans. [...] Et oui, c'est fini le temps de laisser aller nos vétérans à Noël. On veut avancer avec les gars qu'on a ici, parce qu'on croit que la solution est à l'interne, que ce soit devant le filet, à la défense et à l'avant. Quand le temps sera venu, ce sera d'ajouter à ce groupe-là. Et ça va venir assez rapidement.»

À la recherche d'un quart-arrière

La première occasion d'améliorer l'alignement de l'équipe surviendra en juin, lors du repêchage. Les Remparts parleront au 18e et dernier rang de la première ronde. Il paraît illusoire de penser qu'ils pourront alors mettre la main sur l'un des cinq joueurs d'exception de la classe de 2017, qu'il s'agisse de Samuel Poulin, de Xavier Parent, d'Alexis Lafrenière, de Xavier Simoneau ou de Jakob Pelletier.

«Est-ce qu'on aimerait ça? Oui, mais bon... En même temps, l'année passée, on n'avait pas de choix de première ronde et on est quand même allé chercher Andrew Coxhead, qui était haut sur notre liste et haut sur la liste de plusieurs équipes. Tous les scénarios sont possibles», a estimé Boucher, jugeant toutefois peu probable que les équipes occupant les premiers rangs de sélection laissent filer ces espoirs et qu'il était par conséquent «futile» de tenter de s'avancer, en première ronde.

La profondeur du repêchage ouvre toutefois la porte à la sélection d'un défenseur de premier plan, un quart-arrière capable de relancer l'attaque, ce qui a fait grandement défaut chez les Remparts depuis le départ de Ross MacDougall, aux Fêtes.

«L'année passée, on a adressé la position de centre, avec Kurashev et Coxhead. Cette année, on a d'autres besoins. Un défenseur de 16 ans de premier plan, ce serait très apprécié. Tous les scénarios vont être envisagés avec Jacques et Christian [Vermette, adjoint au directeur général]», a fait savoir Boucher.

Le dg sera également actif sur le marché des échanges lors de la séance de juin, où il entend faire l'acquisition d'un joueur de 20 ans, que ce soit un attaquant ou un défenseur. Le départ du Biélorusse Dmitry Buynitskiy ouvre également la porte à la sélection d'un nouvel Européen, plus tard, à la fin juin.

«Il ne faudrait pas se surprendre que, si on réussit à mettre la main sur un attaquant de 20 ans au repêchage, ce sera un Européen à la défense. Ou vice-versa. On aimerait ça avoir une équipe assez précise quand on va arriver au camp d'entraînement», a-t-il conclu.

Le capitaine Matthew Boucher... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Le capitaine Matthew Boucher

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Boucher et Picco de retour comme 20 ans

Peu épargnés par les blessures cette saison, le capitaine Matthew Boucher et le défenseur Andrew Picco sont d'ores et déjà quasi assurés d'occuper deux des trois postes de joueurs de 20 ans des Remparts, la saison prochaine.

«Boucher sera là. J'ai aussi eu une conversation avec Picco. On pense qu'avec un bon été d'entraînement, il peut être un joueur dominant pour nous. [...] C'est sûr qu'on va regarder toutes les possibilités pour aller chercher un troisième joueur, un défenseur ou un attaquant, qui peut nous aider dans plusieurs facettes du jeu, mais plus particulièrement du côté offensif», a indiqué Philippe Boucher, qui n'exclut pas non plus la participation d'Evgeny Kiselev au camp s'il échoue dans sa tentative de passer chez les pros.

Pour Matthew Boucher, qui a joué cette saison en dépit d'une blessure au poignet et raté des matchs en raison de blessures à la hanche, à l'aine et à la cheville, la prochaine campagne sera des plus importantes, puisqu'il aspire toujours à une carrière professionnelle. «C'est là que ça passe ou ça casse. Auparavant, ça va être un gros été d'entraînement. Je vais sûrement prendre quelques semaines de congé pour essayer de me rétablir un peu, mais le but, c'est d'avoir une invitation à un camp professionnel. C'est mon but, même si certains ne voient pas ça pour moi. Je suis optimiste.»

Quant à Picco, qui a été blessé à l'épaule et est revenu au jeu juste à temps pour les séries, l'été servira à «préparer son corps», en vue de la prochaine saison. Acquis en novembre, il se remettait aussi alors d'une chute de 340 pieds dans un ravin survenue en juin. «Je vais me concentrer à retrouver la forme que j'avais avant l'accident. Je veux connaître un bon été d'entraînement et arriver au camp prêt à connaître une bonne année de 20 ans», a fait savoir le Terre-Neuvien.

***

Derek Gentile relève le Défi des têtes rasées... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 3.0

Agrandir

Derek Gentile relève le Défi des têtes rasées avec l'aide de Raphaëlle Hallé, la petite porte-parole de la campagne pour la région de Québec, accompagnée de papa Sébastien.

Le Soleil, Patrice Laroche

Pour une bonne cause

Huit joueurs des Remparts ont accepté de relever le Défi des têtes rasées de Leucan (www.tetesrasees.com) visant à offrir des services aux familles d'enfants atteints de cancer et d'investir dans la recherche clinique. Associé à l'organisme depuis deux ans, Jesse Sutton a convaincu ses coéquipiers Yanick Turcotte, Olivier Garneau, Derek Gentile, Andrew Coxhead, Mikaël Robidoux, Samuel Hould et Louis-Filip Côté de passer sous la tondeuse pour la bonne cause. La population peut appuyer leur initiative en faisant un don au groupe «Remparts de Québec» ou encore en appuyant chacun des joueurs individuellement. Sutton, Gentile et Coxhead ont profité du bilan de fin de saison des Remparts pour réaliser leur défi. Les cinq autres participants en feront de même lors du lancement de la campagne régionale de Leucan, le 12 avril.

***

320 000 partisans au Centre Vidéotron

Ce sont 320 000 partisans des Remparts, qui ont passé les tourniquets du Centre Vidéotron, au cours de la dernière saison, ce qui représente «seulement 9000 de moins que lors de l'année de la Coupe Memorial», a indiqué le président de l'équipe, Jacques Tanguay, vendredi. Ce dernier se réjouissait également de l'allure de la campagne d'abonnements pour la prochaine saison. «Ce qui est important et ce qu'on note beaucoup, c'est qu'on a des nouveaux clients qui se joignent à nous. La campagne de renouvellement de billets de saison, c'est vraiment un thermomètre important pour savoir comment ça va se passer l'an prochain et jusqu'à maintenant, c'est de bon augure.»

***

Baribeau prêt à être no 1

Un peu comme tout le monde, Dereck Baribeau a appris jeudi que son partenaire Evgeny Kiselev avait décidé de ne pas revenir jouer à Québec à l'automne, lui laissant du coup le titre de gardien numéro un des Remparts. Une situation qui ne change pas grand-chose à sa vie, soutient-il. «Je ne vois pas en quoi ça changerait quelque chose pour moi. Moi, je vais faire ma game pareil. Quand ils vont me dire d'aller dans le filet, je vais aller dans le filet et arrêter les rondelles», a commenté le grand portier de 17 ans. D'ici l'été, Baribeau se préoccupera davantage du repêchage de la LNH, auquel il est admissible, cette année. «Pendant la saison, j'essayais de ne pas y penser, mais là, c'est tout ce qui me reste d'ici la fin de la saison. Je ne me mets pas trop de pression avec ça. Je vais parler à mes agents pour savoir ce qui va se passer», a laissé entendre celui qui a discuté avec une quinzaine d'équipes.  Kathleen Lavoie




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer