Les Remparts éliminés en quatre matchs

Les Remparts ont profité de trois jeux de... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les Remparts ont profité de trois jeux de puissance dans les 10 premières minutes du match pour prendre une mince avance de 1-0, Philipp Kurashev touchant la cible à la fin de la troisième tentative. Tout juste avant, les Remparts pensaient bien avoir marqué, mais la reprise vidéo n'a pas confirmé leurs espoirs.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La saison des Remparts de Québec est terminée! Et pour un deuxième printemps d'affilée, ils ont été balayés en quatre matchs dès la première ronde des séries éliminatoires de la LHJMQ.

Largement favori, le Titan d'Acadie-Bathurst a porté le dernier coup en l'emportant 4-1, mercredi, au Centre Vidéotron. Les Remparts ont combattu avec courage, mais ils n'avaient ni la profondeur, ni la puissance, ni la vitesse pour venir à bout de l'une des meilleures équipes du circuit en seconde moitié de campagne.

Au total, le Titan a doublé les Remparts aux lancers (168-81) dans ces quatre matchs où les perdants ont forcé l'adversaire à marquer dans un filet désert dans trois des quatre parties. «Je n'aime pas perdre, mais il y a beaucoup de positif à tirer de la saison. On s'en va dans la bonne direction, de meilleurs jours sont devant nous et on va revenir dans l'élite de la Ligue avant longtemps», indiquait l'entraîneur-chef après l'élimination des siens.

Les Remparts ont donné tout ce qu'ils avaient pour éviter le coup de balai, mais l'adversaire était trop dominant. Les Diables rouges ont bien pris les devants 1-0 à mi-chemin en première, mais cette avance n'a pas duré deux minutes. Le Titan a marqué le but vainqueur en deuxième, les deux derniers buts survenant dans une cage déserte.

«Offensivement, ç'a été difficile pour nous. Défensivement, on a bloqué des lancers, on s'est débattu, on a fait ce qu'on pouvait. Félicitations à Mario Pouliot et Sylvain Couturier, le Titan méritait cette première ronde», résumait Boucher.

Plusieurs jeunes de 17 ans ont réussi à se démarquer dans ce dernier match, dont le gardien Dereck Baribeau et les attaquants Derek Gentile et Mikaël Robidoux. Celui-ci a notamment bloqué trois lancers sur une même séquence, en deuxième.

«C'est avec eux, Philipp Kurashev, Andrew Coxhead et d'autres qu'on deviendra un club compétitif. L'important, c'est de repêcher, comme Bathurst l'a fait. Et il faut aussi le faire tôt», notait Boucher, qui occupe aussi la fonction de directeur général des Remparts. Plusieurs joueurs de l'édition 2016-2017 seront invités à revenir, l'an prochain, d'autres devront obtenir un poste ou partir, c'est la roue du hockey junior qui tournera.

Kurashev a été l'auteur du seul but des locaux, la réplique acadienne étant celle d'Antoine Morand, Rodrigo Abols, Jordan Maher et Christophe Boivin, qui a amassé sept points (3-4) dans la série. Le joueur de Québec s'est d'ailleurs attiré les éloges de Boucher. Devant le filet, Baribeau a reçu 43 lancers, ne cédant que deux fois.

Trop de joueurs éclopés

Les Remparts traînaient beaucoup trop de joueurs éclopés pour espérer vaincre le Titan. Si Olivier Garneau et Igor Larionov Jr n'ont pas disputé un seul match, plusieurs ont joué en dépit de blessures, dont Matthew Boucher, Mathieu Ayotte, Andrew Picco, Yanick Turcotte et Dmitry Buynitskiy, qui a raté les deux derniers matchs après avoir joué dans les deux premiers.

Le capitaine, qui est revenu au jeu après six semaines même si sa convalescence pour soigner une entorse à la cheville devait s'étendre de 10 à 12, s'est foulé l'autre cheville dans l'un des matchs à Bathurst.

«Les blessures font partie du jeu, mais c'est de valeur. Avant celles-ci, on avait réussi à établir une éthique de travail à l'image de l'Armada et de Baie-Comeau, il y a quelques années. Le message que j'ai dit aux joueurs, c'est qu'il n'y a rien de facile dans la vie, espérons qu'ils ont appris et qu'ils reviendront prêts à faire face à la musique, l'an prochain», ajoutait Boucher, en fermant le livre du 20e anniversaire des nouveaux Remparts.

Matthew Boucher et Félix Boivin se sont enlacés... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 2.0

Agrandir

Matthew Boucher et Félix Boivin se sont enlacés lors de la traditionnelle poignée de main après l'élimination des Remparts. Les deux sont amis depuis leur passage avec le Blizzard du SSF, dans la Ligue midget AAA.

Le Soleil, Erick Labbé

Le caractère n'a pas suffi

Des Remparts hypothéqués par de nombreuses blessures auront montré beaucoup de caractère au cours de la série les opposant au Titan d'Acadie-Bathurst, mais cela n'aura pas suffi à venir à bout d'un adversaire redoutable, qui les a balayés en quatre matchs.

Même s'ils se sont bien défendus contre un adversaire plus expérimenté et talentueux, les Remparts sont «passés proche» toute la série, sans jamais être capable de réellement rivaliser avec la formation de Mario Pouliot.

«Ç'a été l'histoire de la série. À toutes les games, on a trouvé un moyen d'être là, mais pas un moyen de fermer ça. Encore une fois, ce soir, ç'a été la même histoire. C'est décevant, mais c'est ça», a philosophé Matthew Boucher, après l'élimination des siens, mercredi.

À l'image de son équipe, le capitaine des Remparts a tout laissé sur la glace du Centre Vidéotron, dans ce quatrième match. Déjà limité par une entorse la cheville droite, subie en saison régulière, et une foulure à la gauche, dont il a été victime dans le deuxième match de la série à Bathurst, l'attaquant a toutefois dû déclarer forfait en fin de première, après avoir reçu un tir sur le pied droit. En saison régulière, il n'aurait pas revêtu l'uniforme, a-t-il estimé.

«Ça m'a limité beaucoup plus qu'on pensait au début. Mon coup de patin a vraiment souffert de ça. Et je ne suis pas le seul. On avait beaucoup de gars blessés, beaucoup de guerriers, qui se présentaient aux matchs avec des petites et des grosses blessures», a-t-il affirmé, en forme d'hommage à ses coéquipiers.

Bel avenir

La veille, il avait tenu une réunion dans le vestiaire avec ces derniers pour leur rappeler que les Remparts avaient dépassé toutes les attentes des observateurs, en récoltant 31 victoires, dans cette saison de reconstruction.

«Il n'y a pas grand monde qui nous mettait dans les séries cette année, ou presque pas. On a beaucoup de bons jeunes. L'avenir est rose ici. Je regarde juste l'année prochaine. On va avoir une très bonne équipe.[...] C'est très prometteur pour l'avenir. Je pense que les gens de Québec peuvent voir ça avec beaucoup d'optimisme.»

Parmi les jeunes qui représentent le futur des Remparts, le gardien de 17 ans Dereck Baribeau, nommé première étoile du match, a livré une excellente performance avec 39 arrêts dans la défaite de 4-1, mercredi. Acquis des Foreurs en milieu de saison, le portier originaire de Québec se désolait néanmoins de la tournure des événements.

«Ç'a vraiment été tough, aujourd'hui, comme game. Les gars se sont vraiment donnés à 100 %. On a passé proche de gagner le match. On n'a pas été opportunistes. Ça fait mal.»

La douleur était aussi visiblement vive chez les trois joueurs de 20 ans Yanick Turcotte, Raphaël Maheux et Mathieu Ayotte, dont il s'agissait du dernier match en carrière dans le junior.

«Je ne pensais jamais vivre tout ce que j'ai vécu ici, quand j'étais plus jeune. Je me souviens quand j'allais au Colisée avec Raphaël Maheux. Je ne pensais même pas jouer là un jour, parce que c'était un peu inatteignable», a affirmé, l'oeil mouillé, Turcotte, qui avait été le premier joueur issu du juvénile à être sélectionné dans la LHJMQ.

Turcotte croit qu'avec un peu plus de chance, les Remparts, même négligés, auraient pu connaître un meilleur sort. «On n'a pas été favoris, mais on a été dans toutes les games. Je pense que si le vent avait tourné de notre bord un peu, on aurait été capables d'aller en chercher une...» a laissé entendre l'attaquant, qui pourrait joindre les Patriotes de l'UQTR, mais n'a pas mis de côté le rêve d'une carrière professionnelle.  Kathleen Lavoie

Une première depuis 2008 pour le Titan

Pour la première fois depuis la saison 2007-2008, le Titan a franchi la première ronde des séries. «J'avais entendu dire ça quand je suis arrivé à Bathurst, c'est maintenant chose faite. Il s'agit d'un autre pas dans la bonne direction pour nous. Je suis surtout content de la façon dont on a gagné, nous avons dominé les quatre matchs, mais je lève mon chapeau aux Remparts, qui avaient de nombreux blessés, et qui nous ont forcés à sortir le meilleur de nous-mêmes», disait l'entraîneur-chef Mario Pouliot.

Les siens pourront se reposer à la maison en attendant de connaître leur prochaine destination en deuxième ronde «Tu ne veux jamais étirer une série afin d'éviter le risque de blessure. Nous n'avions pas beaucoup d'expérience en séries, on a appris à gagner et à garder notre calme, parce que c'était assez serré pour qu'on marque dans un filet désert dans trois des quatre matchs», ajoutait-il. Le gardien de Lévis Anthony Dumont-Bouchard était calme, malgré la première victoire éliminatoire du Titan depuis 2008. «C'était motivant [de le savoir], mais on s'est concentré sur ce qu'on avait à faire sur la glace», disait l'auteur des quatre victoires.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer