Un appel au ralliement chez les Remparts

Yanick Turcotte, qui en est à sa dernière... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Yanick Turcotte, qui en est à sa dernière saison dans la LHJMQ, a l'intention de se battre jusqu'au bout, malgré les revers subis par son équipe la semaine dernière.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Avec seulement cinq matchs à disputer en saison régulière, le compte à rebours est commencé pour les joueurs de 20 ans des Remparts, dont Raphaël Maheux et Yanick Turcotte. Au terme d'une fin de semaine infructueuse à Chicoutimi et Baie-Comeau, les deux vétérans ont lancé un appel au ralliement de l'équipe, avec qui ils souhaitent terminer leur stage junior sur une bonne note.

Les Remparts venaient de rentrer de la Côte-Nord tard, samedi soir, lorsque Maheux et Turcotte sont montés dans les gradins du Centre Vidéotron, alors plongé dans la noirceur, et se sont mis à partager leurs souvenirs des cinq dernières années. À la conclusion de leurs parcours respectifs, le défenseur et l'attaquant originaires de Québec espèrent pouvoir ajouter à ces derniers celui d'une équipe qui, malgré sa jeunesse, se sera battue jusqu'au bout.

«On parlait de ce qui allait s'en venir après. On se disait qu'il fallait profiter de tous nos matchs, parce que ça s'en vient vite et ça va se terminer. C'est triste un peu, mais la seule affaire qu'on peut faire, c'est faire de notre mieux et en profiter au maximum. C'est ce qu'on essaie de faire...», a laissé entendre Turcotte, dimanche.

Le problème, c'est qu'à la veille des séries éliminatoires, le niveau de compétition s'est rehaussé un peu partout dans la LHJMQ et des performances mitigées ne suffisent plus à battre les adversaires.

«On voit que plus on avance dans la saison, plus le hockey lève d'un cran. Contre Chicoutimi, ça brassait. Contre Baie-Comeau aussi. Après les arrêts de jeu, il y a tout le temps de quoi qui se passe. Je pense que ça veut juste dire qu'il va falloir élever notre jeu d'un cran nous aussi, si on veut compétitionner en séries», a poursuivi Turcotte.

Faire face à la musique

Cela veut aussi dire que les Remparts se doivent de faire face à la musique quand les esprits s'échauffent et de défendre avec fierté le logo de l'équipe. Pour un, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a trouvé que ses hommes avaient manqué de caractère, dans une volée de 6-0 subie à Chicoutimi, vendredi, lorsqu'un joueur adverse a nargué leur banc.

«C'est sûr qu'il faut répondre à ça, qu'il ne faut pas laisser passer ça. Des affaires de même, il va falloir régler ça immédiatement, en séries. Chicoutimi, c'est une équipe qu'on peut affronter en séries et il va falloir remédier à la situation», a commenté Turcotte.

«Mais comme Philippe le disait, a poursuivi Maheux, ce n'est pas nécessairement d'aller arracher la tête au joueur, parce que c'était plus un signe baveux qu'autre chose, ce qu'on s'est fait faire. C'est donc de répondre en finissant nos mises en échec et de jouer dur contre le joueur, mais ce n'est pas ça qui est arrivé. On lui a laissé la vie facile toute la soirée...»

Et la jeunesse ne constitue pas une excuse au niveau d'engagement affiché sur la glace. À Baie-Comeau, samedi, Philippe Boucher avait mis ses joueurs au défi de le démontrer. Et les Remparts ont lamentablement échoué dans une défaite de 5-2.

«On l'a eu plus facile mercredi passé, alors il y en a peut-être qui pensaient qu'on était redevenu l'équipe du début de l'année et qu'on allait se remettre à gagner. Ce n'est pas comme ça que ça marche. Si on prend le Drakkar, ils sont aussi jeunes que nous autres et leurs jeunes n'étaient pas intimidés par personne dans notre équipe, samedi, et ils étaient acharnés. Je pense que c'est ça qu'il faut amener dans notre jeu», a estimé Maheux.

«C'est décevant ce qui se passe, a pour sa part continué Turcotte. Et c'est notre travail de régler ça, de rencontrer les joueurs et de s'assurer que tout le monde soit dans le même bateau.»

Des habiletés qui impressionnent

Ayant revêtu son équipement de hockey pour le... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Ayant revêtu son équipement de hockey pour le concours d'habiletés, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a ouvert la marche avec un tir de 98 milles à l'heure à l'épreuve du lancer le plus puissant, démontrant qu'il possédait toujours son arme de prédilection.

Le Soleil, Yan Doublet

Les Remparts ont fait une pause de leurs activités régulières, dimanche, pour accueillir leurs détenteurs de billets de saison au Centre Vidéotron. Plusieurs activités étaient au menu, dont une visite de l'amphithéâtre, une séance d'autographes et un concours d'habiletés, qui a révélé plusieurs talents!

Ayant revêtu son équipement de hockey pour l'occasion, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a ouvert la marche avec un tir de 98 milles à l'heure à l'épreuve du lancer le plus puissant, démontrant qu'il possédait toujours son arme de prédilection.

Ses joueurs ont toutefois prouvé qu'ils n'avaient rien à lui envier, puisque l'attaquant Philipp Kurashev a égalé à deux reprises son entraîneur. La surprise est toutefois venue du défenseur Raphaël Maheux, qui a enregistré des lancers de 100 et 103 milles à l'heure!

Ce dernier a apprécié la participation à cette activité, qui est survenue au lendemain d'un voyage catastrophe à Chicoutimi et à Baie-Comeau.

«Ça arrive au bon moment. On connaissait des difficultés dernièrement et on avait une longue semaine qui s'en venait en plus. À la place d'avoir une longue semaine à être marabout, et à penser à ce qu'on n'a pas fait de bien, ça détend un peu l'atmosphère. C'est sûr que lorsqu'on va revenir au hockey, il faut qu'on arrange les choses», a soutenu le défenseur qui, jusque-là, ne savait pas posséder un lancer plus puissant que son entraîneur.

D'autres, comme Louis-Filip Côté, ont brillé en contrôle de rondelle sur un parcours parsemé de cônes, alors que Mikaël Robidoux a été couronné patineur le plus rapide de l'équipe. Ou est-ce plutôt l'autre finaliste, Yanick Turcotte?

«C'est parce que j'avais une petite coche dans ma lame de patin, sinon j'aurais passé!» a lancé le vétéran, qui vient de signer sa lettre d'intention auprès des Patriotes de l'UQTR, son plan B si rien ne fonctionne du côté professionnel, la saison prochaine.

Quant à Maheux, pas de nouvelle, bonne nouvelle? «Il n'y a rien de mon côté encore et je ne veux pas savoir. Il me reste cinq matchs dans la ligue et je veux en profiter.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer