L'accent d'Amérique de Buynitskiy

Dmitry Buynitskiy a admis que sa première moitié... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Dmitry Buynitskiy a admis que sa première moitié de saison en Amérique a été plus difficile qu'il ne l'avait prévu. Le Biélorusse, qui a récolté 15 points en 27 matchs cette saison, est persuadé d'offrir un meilleur rendement dans les semaines à venir

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Ensemble, les quatre joueurs russophones de l'équipe jasent dans leur langue maternelle, mais ils ne s'isolent pas dans leur coin pour autant. À preuve, Dmitry Buynitskiy a accordé sa première entrevue en anglais sans l'aide de son coéquipier Evgeny Kiselev, jeudi, au lendemain de son retour victorieux avec les Remparts de Québec, qui sont les hôtes des Voltigeurs de Drummondville, vendredi, au Centre Vidéotron.

Le Biélorusse de 19 ans disputait, mercredi, un premier match en décembre avec les Remparts en raison de sa participation au Championnat mondial junior Division 1. En Allemagne, il a aidé la Biélorussie à l'emporter et réintégrer le groupe principal pour la prochaine édition du Mondial junior.

«Pour le hockey dans mon pays, c'est très bon d'avoir réussi à remonter dans le premier groupe. Je ne pourrai pas y participer, l'an prochain, mais je vais les regarder à la télévision», confiait Buynitskiy, qui sera trop vieux pour le rendez-vous de 2018.

Le numéro 97 des Remparts a marqué une fois pendant le Mondial Division 1, évoluant sur la deuxième ligne et à l'occasion au sein du jeu de puissance.

«Ç'a bien été même si je n'ai pas eu beaucoup de points. Je connaissais tous les joueurs et les entraîneurs, ç'a été plaisant de les revoir.»

Buynitskiy l'admet, la première moitié de saison a été difficile pour lui. Il devait s'adapter à un nouveau style de jeu, un nouveau pays, une nouvelle langue de travail. Avant de partir, il avait marqué 4 buts et amassé 15 points en 27 matchs. Mercredi, il a récolté un but et deux aides.

«J'aime le style de jeu nord-américain, ç'a été difficile pour moi au début, mais je pense que ça ira mieux en seconde moitié. J'aimerais jouer chaque match comme je l'ai fait, mercredi», espérait le patineur de 6' 1'' qui apprécie son séjour à Québec.

«La ville est très belle. On joue dans le plus bel aréna de la Ligue et l'équipe a une longue histoire. Ce que j'aime, aussi, c'est l'esprit d'équipe, tout le monde s'entend bien», ajoutait ce choix de deuxième ronde (81e) au repêchage européen de 2016.

Potentiel d'un top 6

L'entraîneur-chef est convaincu qu'il peut le faire. Il le voit comme un membre à part entière du top 6 à l'attaque.

«On a repêché un joueur européen de 19 ans dans le but d'accélérer notre reconstruction. Il faut cependant être patient avec les «Euros» et leur donner le temps de s'adapter. Dans le cas de Philipp [Kurashev], ça s'est fait vite, mais on voit que «Dima» est content d'être ici, il a le sourire au visage. Il a vraiment acheté le style nord-américain, mais on ne l'empêchera pas de se servir de ses mains et de jouer offensivement. Il est capable d'être un joueur d'impact», notait l'entraîneur-chef Philippe Boucher au sujet de celui qui s'est bien reposé en Floride avant de rentrer dans la capitale.

À sa façon, Buynitskiy développe son propre accent d'Amérique...

«Je ne disais pas un mot d'anglais à mon arrivée, je me suis beaucoup amélioré. Même si entre nous quatre [Kurashev, Kiselev, Larionov et lui], on se parle en russe.»

Seulement lorsque vous êtes fâchés l'un après l'autre?

«Il n'est jamais choqué contre moi», répond Kiselev, en retrait au cas où son ami avait eu besoin de lui.

Les mêmes objectifs

Si on lui avait dit que son club compterait 20 victoires et 43 points au classement à l'approche du Nouvel An, Philippe Boucher aurait eu un peu de misère à le croire. Il ne veut cependant pas changer l'approche avec ses joueurs, même si obtenir l'avantage de la glace lui ferait plaisir. «Ce serait vraiment le fun, mais il y a des clubs qui viennent de s'améliorer derrière nous, comme Chicoutimi et Bathurst. Aller dans la chambre pour dire aux gars que c'est désormais notre objectif, non, car nos buts sont toujours à court terme : s'améliorer aujourd'hui, se préparer pour le prochain match, tourner la page après une victoire ou une défaite. On ne joue pas comme un club en reconstruction, mais on ne peut pas nier que nous en sommes un», estimait l'entraîneur-chef.

Une invitation refusée

En raison d'une tournée de quatre matchs en cinq en Abitibi, début janvier, l'entraîneur-chef Philippe Boucher a refusé l'invitation des Penguins de Pittsburgh, qui profitent de leur 50e anniversaire pour souligner leurs différentes éditions ayant remporté la Coupe Stanley. Boucher faisait partie de la conquête de 2009, qui sera honorée le dimanche 8 janvier .«Jacques [Tanguay] n'avait pas objection à ce que j'y aille, mais je me voyais mal partir en pleine date limite des transactions et rater trois matchs de notre équipe. J'ai remercié l'organisation des Penguins de l'invitation et je vais quand même suivre la fête du coin de l'oeil», disait Boucher, qui est toujours en contact avec des coéquipiers de l'époque, comme Maxime Talbot et Bill Guerin.

En vitesse...

En raison de la tempête, les Remparts ne prévoyaient pas tenir d'entraînement matinal, vendredi, comme ils le font habituellement lors d'un match en soirée... Même si Yanick Turcotte s'est entraîné, jeudi, il ne sera pas de l'alignement pour les deux matchs de la fin de semaine contre Drummondville et Gatineau... Louis-Filip Côté et Igor Larionov Jr sont aussi tenus à l'écart en raison d'un virus, tout comme Alexandre Drapeau blessé à une main... Evgeny Kiselev sera devant le filet, vendredi, et peut-être même samedi... Un mot de Philippe Boucher sur les Voltigeurs, de passage au Centre Vidéotron, vendredi : «Ils ont laissé partir quelques joueurs, mais c'est encore une bonne équipe, ils ont quand même gagné 8-2 contre Val-d'Or quand je suis allé les voir, dernièrement. Alex Boulet-Barré est l'un des joueurs les plus dominants. J'espère que les gars se souviennent de leur dernière visite ici [défaite de 10-2 des Remparts en début de saison], même si ça fait longtemps»... 

Partager

À lire aussi

  • Remparts: un but refusé très coûteux

    Remparts

    Remparts: un but refusé très coûteux

    Un but en désavantage numérique de Mathieu Sévigny à la deuxième minute de la prolongation a permis aux Voltigeurs de Drummondville de l'emporter 2-1... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer