Raphaël Maheux se plaît dans son style

Philippe Boucher ne comprend pas pourquoi il n'y... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Philippe Boucher ne comprend pas pourquoi il n'y a pas d'intérêt pour Raphaël Maheux à l'approche de la période des transactions.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après une saison difficile, l'an passé, Raphaël Maheux s'impose comme l'un des bons défenseurs à caractère défensif dans la LHJMQ depuis le début de la présente campagne. Et contrairement à certains qui préfèrent se lancer à l'attaque, le vétéran de 20 ans se valorise dans ce rôle plus obscur aux yeux du public, mais combien apprécié par les entraîneurs!

«Ça ne me dérange pas de rester en arrière, de bloquer des lancers. Si je veux jouer au niveau professionnel, c'est ce que je dois faire», a admis l'arrière de Beauport, mardi, à l'aube d'un voyage à Rimouski et Bathurst.

En première moitié de saison, Maheux a fait oublier une dernière année plus difficile, où une blessure à un genou avait bousillé sa campagne. Dommage, car il s'était imposé dans les séries éliminatoires menant à la Coupe Memorial.

«Je voulais reprendre la place que j'avais à 18 ans, bien jouer, bien paraître. Comme c'était ma dernière saison, je voulais aussi avoir du plaisir et venir à l'aréna dans un bel état d'esprit», a noté l'imposant défenseur.

L'entraîneur-chef Philippe Boucher apprécie la contribution de son arrière d'expérience. «Il joue bien depuis le jour 1. C'est rare qu'on voit des défenseurs passer les deux minutes en désavantage numérique sur la glace, il peut le faire. Il peut aussi jouer presque entièrement pendant les cinq dernières minutes d'un match. À 20 ans, il a une maturité physique sur les autres. Il est un athlète sérieux et ce n'était pas par manque d'effort que ça avait moins bien fonctionné, l'an dernier, où il était arrivé émotionnellement fatigué après la Coupe Memorial. Et avec sa blessure sérieuse, on n'a jamais vu le vrai Raphaël Maheux qu'on voit, cette année», a souligné Boucher.

Il se réjouit de le voir accepter son rôle défensif. Sur ce point, le principal intéressé a compris ce qu'on attendait de lui. «Dans le pro, il n'y a pas beaucoup de défenseurs offensifs, et lorsqu'il y en a un, ce sont des gars comme [Nikolas] Brouillard qu'ils prennent. Même si je me portais à l'attaque, je ne crois pas être né pour être un défenseur offensif. J'appuie l'attaque quand j'en ai l'occasion, mais ma tâche principale, c'est de bloquer des lancers. Si je ne le faisais pas, je ne serais pas aussi efficace. Il y a pas mal de gars de la Ligue qui ont peur de se mettre devant les lancers, de frapper, qui ont de la misère à être constant à tous les soirs. Moi, c'est ce que je veux faire.»

Boucher ne comprend pas

À l'approche de la période des transactions, où se situe la valeur de Maheux?

«Je ne reçois pas beaucoup d'appels pour lui, j'en suis dépassé. Il est l'un des meilleurs défenseurs défensifs de la Ligue. Il joue plusieurs minutes, fait les choses simplement, il est efficace. Il a compris que pour jouer pro, il doit faire cela, contrairement à plusieurs autres défenseurs au Québec. Ça doit être à cause du style plus offensif de notre Ligue. J'ai moi-même été coupable de cela, et quand j'ai ajouté une corde physique à mon jeu, j'ai eu de plus belles années.»

Maheux ne perd pas le sommeil à propos de son avenir à court terme. «Je ne sais pas ce qui va se passer aux Fêtes. Je ne connais pas d'équipes qui ont besoin de 20 ans, on verra. Si Philippe m'échange et qu'il a besoin de ça pour la reconstruction, ça va me faire plaisir d'amener quelque chose à l'équipe de cette façon. S'il me garde, ça va me faire aussi plaisir de finir ma carrière ici. Je suis préparé à toutes les éventualités.»

La suite n'est pas plus stressante. Maheux n'a pas eu vent d'intérêt de la part de clubs de la LNH. «On verra si une porte s'ouvre, sinon, il y a un autre plan puisque je parle plus en prévision du hockey universitaire.»

Une chance à saisir pour Sean O'Brien

Sean O'Brien (photo) pivote ces jours-ci un trio... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 3.0

Agrandir

Sean O'Brien (photo) pivote ces jours-ci un trio avec Yanick Turcotte et Louis-Filip Côté.

Le Soleil, Yan Doublet

En raison de l'absence de Dmitry Buinitskiy et Andrew Coxhead, certains attaquants obtiennent une chance de se faire valoir. C'est le cas pour Sean O'Brien, qui pivote ces jours-ci un trio avec Yanick Turcotte et Louis-Filip Côté. «Je trouve ça dommage qu'Andrew soit blessé [commotion cérébrale], mais lorsqu'une occasion de jouer se présente, il faut en profiter et jouer assez bien pour garder son poste, ensuite. Nous avons beaucoup d'attaquants, c'est difficile de trouver sa place. Mon rôle est défensif, mais si je pouvais contribuer à l'attaque, ce serait bien aussi. Tout ce que je veux faire, c'est d'aider l'équipe à gagner. Philippe me dit toujours d'améliorer mon coup de patin, car la vitesse permet de faire des choses différentes», a expliqué l'Ontarien de 18 ans. À ce titre, l'entraîneur-chef cite en exemple son ancien coéquipier, Stu Barnes. «Il était sur le quatrième trio, mais il faisait tellement de choses différentes qu'il jouait 18 minutes par match», a illustré Philippe Boucher.

La LHJMQ en vitesse...

Nommé gardien du mois de novembre et première étoile de la dernière semaine dans la LHJMQ, Callum Booth affrontera l'Océanic, mercredi, à Rimouski. L'identité du gardien partant pour le match à Bathurst, jeudi, n'est pas encore connue... Si Philippe Boucher ratera le match à Bathurst pour assister au Challenge midget à Gatineau, son homologue de l'Océanic Serge Beausoleil brillera aussi par son absence pour le duel contre les Remparts... Le directeur général discute avec d'autres équipes depuis déjà quelque temps, mais n'entrevoit pas faire une vente de feu comme l'an passé. «S'il y a des joueurs qui partent, la majorité va rester, se faisait-il rassurant... Le dg a hâte de voir ce que feront ses rivaux de la division Est, où l'on retrouve plusieurs bonnes équipes. «Selon moi, deux clubs connaissent bien leurs besoins dans la Ligue présentement, soit Saint-Jean et Rouyn-Noranda. Il y a de moins de moins d'équipes qui optent pour la reconstruction complète, alors que par le passé, c'était monnaie courante. C'est là qu'il faut un plan précis. Rouyn en avait un l'an passé, ils n'y ont pas dérogé et ont encore une bonne formation, cette saison. Nous, on a un plan et on va le suivre», a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer