Des retrouvailles suisses

Il serait surprenant que Philipp Kurashev ne reçoive... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Il serait surprenant que Philipp Kurashev ne reçoive pas d'invitation de la Suisse pour le Mondial junior.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le match entre les Remparts de Québec et les Mooseheads d'Halifax, jeudi au Metro Centre, aura une saveur particulière pour Philipp Kurashev et Nico Hischier, deux joueurs suisses faisant sensation avec leur équipe respective.

Si l'un est déjà dans la mire des dépisteurs de la Ligue nationale de hockey, l'autre commence aussi à s'attirer les regards même s'il est encore trop jeune pour entendre son nom au prochain repêchage. «Nico est l'un de mes meilleurs amis, j'ai joué avec lui en Suisse, on a aussi fait l'équipe nationale ensemble et j'espère avoir la chance de jaser avec lui», confiait Kurashev avant le départ de l'équipe pour la capitale de la Nouvelle-Écosse, mercredi matin.

Avec 41 points, Hischier occupe le deuxième rang des marqueurs de la LHJMQ, tout juste derrière son coéquipier Maxime Fortier. Il est classé dans le groupe A sur la liste de la centrale de recrutement de la LNH, ce qui est en fait un candidat à la première ronde.

«Il connaît une très bonne saison, ce n'est pas surprenant ce qu'il fait», estimait le centre des Remparts qui s'impose comme l'un des meilleurs joueurs de l'équipe en cette année de reconstruction.

Les deux copains suisses pourraient se retrouver au sein de l'équipe nationale junior de la Suisse, qui devrait faire connaître la liste des invités à son camp de sélection au début du mois de décembre.

«J'ai reçu un courriel, mais la décision n'est pas encore confirmée. Il s'agit d'un rêve pour moi de participer au Mondial junior. Tout ce que je dois faire, c'est de jouer le mieux que je peux. Si je le fais, je pense que ça ira bien», disait l'humble joueur d'origine russe.

Si l'on considère qu'Auguste Impose, le joueur suisse n'ayant évolué qu'un an à Québec la saison dernière, s'était taillé un poste avec la sélection nationale, on voit mal comment Kurashev pourrait rater ce rendez-vous, d'autant plus qu'il a déjà porté les couleurs de son pays dans diverses compétitions internationales. À leur dernière saison régulière ensemble, dans l'équipe U-17 de Berne, Kurashev avait amassé 50 points contre 61 pour Hischier.

«Je suis satisfait de mon jeu, mais je dois afficher plus de constance, jouer pendant 60 minutes et ne pas le faire que 20 minutes», s'analysait celui qui évolue avec l'autre joueur européen de l'équipe, le Biélorusse Dmitry Buynitskiy.

La main heureuse

Au tiers de la saison, Philippe Boucher estime avoir eu la main heureuse au repêchage européen, qui réserve parfois des surprises aux équipes.

«Ce n'est pas un exercice toujours le fun, ça prend du temps et de l'énergie sans que l'on connaisse la conclusion. On est sorti avec les deux joueurs qu'on voulait, mais ce n'est jamais garanti. Il faut ensuite faire preuve de patience.

«"Dima" joue vraiment du bon hockey, présentement, il est réceptif», a ajouté Boucher. «Philipp, lui, a tout pour devenir un joueur concession. Il vient d'avoir 17 ans et il a les habiletés pour l'être, même qu'il l'est certains soirs. À 19 ans, il va avoir l'air de quoi?» demandait l'entraîneur-chef à propos de celui qui sera admissible au repêchage de la LNH de 2018.

Coxhead à la maison

La maison familiale n'étant située qu'à 20 minutes du Metro Centre, c'est comme si Andrew Coxhead jouerait chez lui, jeudi, à Halifax. Le jeune homme de Fall River, en Nouvelle-Écosse, avait bien hâte de revoir parents et amis, le temps d'un match sur la route. «J'y étais retourné à la fête du Travail, c'est toujours bon de revoir parents et amis. Mes parents devraient voir tous les matchs de ce voyage, ils sont venus à quelques reprises à Québec depuis le début de la saison», expliquait Coxhead.

Le premier choix des Remparts retrouvera sa place dans l'alignement après un match de congé. «Ça fait du bien physiquement de prendre une pause, mentalement aussi. Pour un jeune de 16 ans, il n'y a rien de négatif à regarder un match d'en haut», notait Philippe Boucher sur celui qui récemment participé au Défi mondial des moins de 17 ans, ce qui pouvait expliquait son besoin d'un repos.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer