Un domicile à mieux défendre pour les Remparts

L'entraîneur-chef des Remparts aimerait que certains vétérans prennent... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Remparts aimerait que certains vétérans prennent exemple sur Yanick Turcotte (17) pour donner le ton lors des matchs à domicile.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Depuis le début de la saison, les Remparts de Québec connaissent plus de succès à l'extérieur qu'à la maison. Pourquoi? On cherchait encore la réponse, jeudi, au moment où l'équipe s'entraînait à la veille de la visite de l'Océanic de Rimouski au Centre Vidéotron, qui devrait pourtant intimider l'adversaire.

Mais voilà, c'est tout le contraire qui se produit. À ce jour, les Remparts, qui occupent le cinquième rang du classement général de la LHJMQ, n'ont gagné que trois de leurs sept matchs devant leurs partisans. À l'inverse, leur fiche sur la route est presque impeccable avec cinq victoires et une récolte de 11 points sur les 14 à l'enjeu. 

«J'en ai parlé avec Philippe [Boucher] et j'en suis encore à chercher ce qui marche à l'extérieur et ne fonctionne pas à domicile. Ça fait quatre ans que je suis dans la Ligue, et j'ai encore de la misère à trouver la routine parfaite avant un match. Il faut offrir de meilleures performances à la maison, car les autres équipes sont vraiment prêtes lorsqu'elles arrivent au Centre Vidéotron», admet le vétéran Yanick Turcotte.

L'entraîneur-chef a aussi abordé le sujet avec le reste de la troupe en réunion après la séance du jour. «On veut trouver un moyen de mieux se présenter à la maison. Si t'es un partisan des Remparts, et que tu lis les journaux et écoutes ce que l'on dit, le message est positif depuis le début du camp. On aime ce qu'on fait, mais on ne l'a pas montré autant qu'on le voudrait à la maison.»

Il soutient que la pression d'évoluer dans un grand aréna peut être une cause, surtout que certaines recrues jouaient dans un relatif anonymat, l'an dernier, dans diverses ligues inférieures à la LHJMQ. Il pense aussi que des vétérans peuvent en faire un peu plus.

«Yanick est un joueur important pour nous par son énergie et son jeu physique, mais cela, on ne l'a pas vu de la part de certains vétérans à la maison. C'est à eux de donner le ton.»

À ses yeux, le travail est la seule option qui se présente à sa troupe pour connaître du succès, comme ce fut le cas lors du récent voyage de trois victoires en trois jours. «Il n'y a aucune raison, à part notre jeunesse, pour qu'on ne soit pas capable de jouer de la même façon à la maison que sur la route. À l'extérieur, on est appliqué, acharné, physique, et j'aimerais qu'on le soit autant chez nous», a indiqué le coach, qui ne songe pas encore à changer la routine d'un jour de match.

Programme double contre l'Océanic

Après avoir joué quatre matchs en cinq jours, les Remparts entreprennent une autre séquence difficile, vendredi, contre l'Océanic, qu'ils affronteront aussi dimanche à Rimouski, en plus de Shawinigan et de Blainville-Boisbriand (deux fois).

«Quand tu regardes le calendrier, tu fais "ouf"... On a autant de victoires sur la route cette année qu'au total après les Fêtes, l'an passé. C'est le fun, on va les prendre quand ça passe, mais la seule raison pourquoi on l'a fait, c'est par le travail et par notre application en défensive. Je pense qu'on n'a jamais aussi bien joué défensivement depuis que je suis ici que présentement.»

En vitesse...

Le gardien Callum Booth a repris l'entraînement, jeudi au Pavillon de la jeunesse, pour ensuite retourner au vestiaire avant la fin. Ainsi, Evgeny Kiselev sera devant le filet, vendredi, contre Rimouski, tandis que Booth agira comme gardien auxiliaire... Philippe Boucher au sujet de la sélection de Booth au sein de l'équipe de la LHJMQ pour la Série Canada-Russie : «C'est mérité, il est un joueur très important pour nous, il peut être dominant, et parmi les gardiens de la Ligue, présentement, c'en est un»... Les joueurs des Remparts assisteront à la cérémonie du retrait du chandail numéro 12 d'André Savard avant le match. «Je l'ai connu comme entraîneur adjoint à Pittsburgh, nos joueurs sont choyés de vivre des moments comme ça. Ils veulent tous marquer l'histoire des Remparts, il y en a qui jouent pour nous qui accompliront de belles choses comme il l'a fait», disait Boucher.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer